L'enfumage de Jean-Marc Ayrault : l'ombre d'un programme flou et sans perspective..Préface de Jean-François Touzé

Publié le 4 Juillet 2012

Le premier ministre lors de son allocution d'investiture à l'Assemblée Nationale a fait de l'enfumage. Y a t-il un pilote dans l'avion ?  le pire est à prévoir....

Préface de Jean-François Touzé

 

 

Discours de politique générale du Premier ministre: Réaction de Jean-François Touzé, Président des Nouveaux Républicains

"Et je vis l'ombre d'un cocher/ Qui tenant l'ombre d'une brosse/ Nettoyait l'ombre 
d'un carrosse".
 

 

A la tribune de l'Assemblée nationale ce mardi, comme dans le poème de Scaron, c'est bien l'ombre d'un Premier ministre qui, prononçant l'ombre d'un discours, à dessiné l'ombre d'un programme.
Le flou avait été la marque de la campagne présidentielle de François Hollande. Nous savons maintenant que l'ombre sera celle de Jean Marc Ayrault tant que durera son séjour à Matignon.
Gris, terne, sans relief, relevant bien d'avantage encore que ceux de ses prédécesseurs de l'inventaire à la Prévert, désespérément vide de tout projet pour la France, sans volonté ni courage, enfermé dans le déni de réalité, le discours du Premier ministre, au delà de l'incantation et des appels décalés au "sérieux", à l' "autorité" au "patriotisme qui suppose que chacun dépasse ses intérêts particuliers" et au " redressement de notre pays dans la justice", se situe à des années lumières de ce qu'une situation aussi périlleuse pour la Nation que celle que nous avons à affronter exigerait des pouvoirs publics.
En réalité le gouvernement socialiste n'a pas d' autre horizon, pas d'autre moteur, pas d'autre mécanique que ceux de l'idéologie ( fiscalisme; dépenses nouvelles; hypertaxation des entreprises; détricotage systématique de ce qu'avait fait le gouvernement précédent en matière de réduction des déficits, d'allègements de charges pour les entreprises et des droits de succession, de retraites, de TVA anti délocalisations ou de défiscalisation des heures supplémentaires; irénisme et laxisme quant aux questions de sécurité; réduction budgétaire pour nos forces armées évoquée à demi mots dans la perspective du livre blanc et de la future loi de programmation militaire; affrontements dogmatiques avec notre partenaire allemand...) et du clientélisme ( attaques contre "les riches", droit de vote aux immigrés,impossibilité de fait du recours à la rétention des illégaux et large régularisation des clandestins déguisée en semi fermeté d'apparence, embauche massif dans l'enseignement, non réduction des effectifs dans la fonction publique territoriale, mariage et adoptions homosexuels), Quant à l'introduction d'une dose de proportionnelle pour les prochaines élections législatives, elle ne réjouira que ceux qui font passer leurs intérêts claniques et partisans avant ceux de la France, tandis que la fin du cumul des mandats participe de la politique gadget dont ne sont friands que les pouvoirs faibles.
Face à cette incurie programmée, il ne peut pas y avoir d'opposition sélective. Il ne peut pas y avoir d' opposition "constructive". Il ne peut pas y avoir d'opposition de compromis, de connivence ou de petits arrangements politiciens.
Notre opposition à ce gouvernement doit être totale, absolue et définitive.
Non parce qu'il est le gouvernement de l'autre rive politique. Mais parce qu'il conduit la France non seulement dans le mur mais vers le gouffre.

  

 

215 vues 
   
   

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

DURADUPIF 04/07/2012 17:34


Les Français, les vrais, aiment les désastres, notre histoire en est pleine, mais se rajoute aujourd'hui en plus de ceux qui les aiment, ceux qui les créent, les français nouveaux les faux.

mika 04/07/2012 07:43


http://www.youtube.com/watch?v=3H6uUp9j98Y&feature=relmfu


L'avis de Gilbert Collard sur le discour de JMA