L'enseignement scolaire en Iran. par Arnon Groiss

Publié le 10 Octobre 2011

Un programme scolaire préparant à une guerre globale

Arnon Groiss

Les déclarations et messages en provenance de l’Iran ont rendu perplexe nombre de personnes sincèrement intéressés à comprendre la vision politique émanant de ce pays.

 Entre les déclarations fougueuses de l’actuel président Mahmud Ahmadinezhad et le ton plus modéré de l’ancien président Mohammad Khatami, elles s’interrogent sur les véritables aspirations de l’Iran.

Nous allons tenter de répondre à cette question en nous fondant sur une étude que nous  venons de réaliser pour le CMIP sur 95 manuels scolaires et 20 guides de l’enseignant actuellement en usage en Iran. Le CMIP (Center for Monitoring the Impact of Peace) est une ONG vouée à l’examen des manuels scolaires des nations du Moyen Orient, en particulier le rapport à «l’autre» et les questions de guerre et de paix

Les quelques mille citations, cartes, photographies et illustrations sur ces deux thèmes trouvées dans ces ouvrages traduisent sans doute mieux que d’autres sources  d’information, les valeurs et idéaux auxquels tient le régime actuel en Iran. Il est en  effet bien connu que les manuels scolaires et les guides de l’enseignant expriment  clairement ce que tout système d’éducation entend inculquer aux jeunes générations.  Le rapport complet sur les manuels scolaires iranien est à disposition sur le site du CMIP: http:/www.edume.org.

Le tableau d’ensemble qui se dégage de l’examen des manuels scolaires iraniens  ne présage rien de bon. Les manuels révèlent une attitude intransigeante d’hostilité  au monde occidental, tout spécialement aux Etats-Unis et à Israël. De fait, le but  déclaré du programme scolaire est de préparer les élèves à une lutte globale contre le  monde occidental qui comporte des éléments alarmants quasi messianiques frisant l’autodestruction. (cf. ci-dessous)

 

L’orientation de cet endoctrinement, manifeste surtout dans les manuels des classes terminales, n’a pas été générée récemment. Elle a été conçue par le fondateur de l’Iran révolutionnaire, l’Ayatollah Khomeini, et appliquée sans discontinuer depuis lors, y compris pendant la présidence de Mohammad Khatami dont les déclarations et l’apparence modérées ont pu égarer certains dans le monde occidental. Il convient d’avoir à l’esprit, qu’à une exception près, les manuels scolaires et les guides de l’enseignant étudiés dans cette recherche ont été publiés sous la présidence de ce dernier.

 

Le programme scolaire de guerre de l’Iran peut être divisé en deux composantes essentielles. La première se rapporte au raisonnement d’ensemble présenté dans les manuels. Il forme la perception que les élèves ont du monde, le rôle que l’Iran a y jouer et la nature de la guerre à mener. La seconde concerne la préparation effective des élèves à prendre part à cette guerre, qui repose sur un endoctrinement à la haine de l’occident, le développement de l’esprit de préparation militaire et finalement l’encouragement au sacrifice de soi. (...)

http://www.ecomtrade.co.il/eMall/Shops/1559/imgbank/Policy%20Paper%20French%20Final%20for%20Press.pdf

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

Epicure 10/10/2011 12:10



Autodestruction Pré-Programmée comme on dit en Allemand.


Oui toute Passion Antijuive est pathologique et la Paranoïa n'a jamais été la voie du succès tant personnel que social...


L'Iran, comme la Turquie, sont d'anciens très grands Empires aujourd'hui frustrés et leur mégalomanie les conduit à rêver une grandeur que leurs territoires laissés par les grandes puissances
leur permettent d'imaginer.


En ce sens, l'Autriche ne le peut plus! Ce fut certes une grave erreur de détruire ce qui aurait pu devenir une Fédération centre-européenne avec un Charles I et son fils Otto qui vient de
disparaître, et qui aurait alors empêché le délire pangermaniste et la IIe GM....mais ce ne fut guère plus juste de choisir d'en faire une minuscule République qui ne pouvait réaliser son
fantasme de grandeur que par l'Anschluss au voisin germanophone que par ailleurs elle déteste toujours...


Ainsi il fallait réduire la Turquie à rien du tout et rendre aux Arméniens et aux Kurdes ainsi qu'aux Grecs, leurs territoires ancestraux et  laisser aux Turcomans un bout de cette immense
Turquie actuelle qu'ils ont envahi voici seulement 8 siècles.... Comme il aurait fallu tenir parole et faire la Palestine là où elle se trouve: en Jordanie.... et le Foyer Juif là où il est
depuis 1000 ans AJC sur la Palestina d'Hadrien...


D'erreurs en erreurs nous nous acheminons vers une troisième grande guerre..(?) en tout cas loco-régionale....