L'État, les contribuables, les vaches à lait des anciens Présidents de la République.

Publié le 22 Janvier 2015

Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon

Comment s'étonner que ces politiques, anciens Présidents, anciens Ministres, anciens Députés et autres fonctions d'élus au dessus du panier populaire, au dessus des "sans-dents", des "pauvres cons", des "français d'en bas" et autres terminologies utilisées par ces nouveaux aristocrates pour désigner le petit peuple.  Celui qui, par définition, n'a pas de cerveau, boit de la bière, du mauvais vin, et se lève matin, raide comme un cierge et vote comme on le lui demande, dès que l'on touche à l'émotionel avec l'aide des médias. "Je suis Charlie" où autres affirme-t-il,  sans réaliser les manipulations de ses louables sentiments. Je ne suis pas le Charlie qui crache à la gueule du Front National, chante l'internationale et lève le poing. Je suis Charlie de la liberté d'expression et surtout, le Charlie Martel que l'éducation nationale assassine dans les écoles de la République.

J'ai une pensée pour tous ces braves gens qui bossent pour un salaire de misère le plus souvent, et ignorent que les "français d'en haut" pétent dans la soie, vont dans des cantines parlementaires à 150€ le repas, au bas prix, et voyagent gratuitement.

Le pire est qu'ils ne ratent pas une occasion de chercher à faire pleurer dans les chaumières.

En voici un exemple. Un homme qui a prouvé qu'il était capable de tout trahir, la France, ses amis et y compris sa parole. Il trouve le moyen de tenter de nous la refaire à l'envers. Les "français d'en bas " vont-ils se faire de nouveau rouler ?

Gérard Brazon

******

Depuis un peu plus de deux ans et demi, Nicolas Sarkozy bénéficie, comme tous les anciens chefs d'État depuis 1985, de moyens importants accordés par l'Etat. Outre la gratuité dans tous les transports publics en première classe, et un service de sécurité, il reçoit aussi des financements qui lui permettent de travailler. Jusqu'ici, la distribution de cet argent était opaque. Le site Mediapart a publié, vendredi 16 janvier, les pièces officielles "qu'un militant de la transparence, Raymond Avrillier, a obtenues du gouvernement, après quatre mois d'attente et de recours"

"Les largesses [accordées par la République] sont estimées entre 1,5 et 2 millions d'euros annuels" pour Nicolas Sarkozy, Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac. A lui seul, l'aménagement des nouveaux bureaux de Nicolas Sarkozy, rue de Miromesnil, "dépasse les 570 000 euros". Voici le détail des dépenses.

De nouveaux bureaux

Frais de nettoyage, électricité, ordinateurs, copieurs, papier, timbres, machines à affranchir... Selon Mediapart, l'État a déboursé 215 392 euros en 2014 pour la location de ces bureaux et leur entretien. "Trois semaines après le départ [de Nicolas Sarkozy] de l’Élysée, en mai 2012, l’État français lui a payé un coffre-fort (1 016 euros), un coffre de sécurité (1 074 euros) et une armoire forte (2 073 euros)", précise le site. L'année dernière, les factures de téléphone se sont élevées à 11 119 euros pour les mobiles, et 4 720 pour des fixes.

Une voiture de fonction

Depuis mai 2012, Nicolas Sarkozy roule en C6V6 HDI Exclusive, une limousine française haut de gamme. Coût pour le contribuable: 44 141 euros, versés à un vendeur de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), cinq jours seulement après la défaite de Nicolas Sarkozy à la présidentielle. La voiture a été agrémentée d'un "toit ouvrant électrique" et d'un "pack lounge""L'ancien président ne paie pas son carburant lui-même (4 046 euros par an, 5 301 euros d'entretien)."

Des collaborateurs

Cinq fonctionnaires d'État sont mis à la disposition de l'ancien président. Auxquels s'ajoutent cinq conseillers contractuels. Ce sont eux qui coûtent le plus cher à la République : ils sont rémunérés entre 5 247 euros et 7 020 euros net par mois, et"recrutés au bon vouloir de Nicolas Sarkozy""Il est bien possible que le plus gros salaire revienne à la demi-sœur de Carla Bruni, Consuelo Remmert, 'conseillère diplomatique' chargée de vendre les conférences du patron aux banquiers et dirigeants du monde", souligne Mediapart.

Et même le blanchissage

Pour l'anecdote, on retiendra que Nicolas Sarkozy a aussi réglé certaines factures annexes avec de l'argent public, comme en 2013, "une note de 'blanchissage' de 284 euros".

Comment Nicolas Sarkozy se justifie

L'Etat n'ayant pas le droit de financer un parti, et Nicolas Sarkozy étant de nouveau président de l'UMP, le fait qu'il continue de percevoir cet argent public interroge. Ses deux activités, celle de président retraité et celle de chef de parti, sont-elles incompatibles ? "Il travaille trois jours par semaine à l'UMP et deux jours rue de Miromesnil, où sont organisés des rendez-vous non politiques avec des personnalités diplomatiques ou de la société civile, qui ne viennent pas voir le président de l'UMP mais l'ancien chef d'État", justifie Véronique Waché, sa conseillère en communication. "Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïtés", l'organisation a été "doublée" (un directeur de cabinet de chaque côté, deux secrétariats, etc.).

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

maury 24/01/2015 00:05


J’avoue, je suis un Néandertalien


Publié le 1 décembre 2014 par voixdupeuple


Moi, je n’ai jamais eu de chance dans la vie.
Je suis né blanc, ce qui fait de moi un raciste.
Je ne vote pas à gauche, ce qui fait de moi un fasciste.
Je suis hétéro, ce qui fait de moi un homophobe.
Je ne suis pas syndiqué, ce qui fait de moi un traître à la classe ouvrière et un allié du patronat.
Je suis de confession chrétienne, ce qui fait de moi un chien d’infidèle.
J’ai atteint un certain âge et je suis retraité, ce qui fait de moi un vieux con.
Je réfléchis sans avaler tout ce que la presse me dicte, ce qui fait de moi un réactionnaire.
Je tiens à mon identité et à ma culture, ce qui fait de moi un xénophobe.
Je m’interroge sur les raisons de la collaboration, ce qui fait de moi un nazi.
J’aimerais vivre en sécurité et voir les délinquants en prison, ce qui fait de moi un gestapiste.
Je pense que chacun doit être récompensé en fonction de son mérite, ce qui fait de moi un antisocial.
J’ai été éduqué à la dure et j’en suis reconnaissant à mes parents, ce qui fait de moi un bourreau d’enfants opposé à leur épanouissement.
J’estime que la défense d’un pays est l’affaire de tous les citoyens, ce qui fait de moi un militariste.
J’ai le goût de l’effort et du dépassement de soi, ce qui fait de moi un retardé social.


Bref, je suis né trop tard ce qui n’enlève rien au respect dû à mes parents, mais qui fait de moi un Néandertalien…



Partager

maury 22/01/2015 21:32


 


Pour Aldo Giannuli, expert des services secrets italiens, l’attentat contre Charlie Hebdo est un complot


Publié par wikistrike.com sur 8 Janvier 2015, 20:13pm


Catégories : #Social - Société








La durée de leur fuite, des terroristes trop calmes, le manque de protection de la
rédaction de l’hebdomadaire satirique, les armes des terroristes… Aldo Giannuli, expert des services secrets italiens, n’est pas convaincu par la version
officielle.


Lors de cette funeste journée du 7 janvier 2014, date marquée à jamais comme synonyme de
la mort de 12 personnes lors de l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, l’hypothèse d’un complot faisait déjà son chemin.


Et aujourd’hui, ce n’est ni plus ni moins qu’Aldo Giannuli, experts des services secrets
italiens, qui publie un article sur le blog de Beppe Grillo.


Il est fort possible que cet attentat soit l’œuvre d’individus d’une toute autre
importance… C’est très louche.


Aldo Giannuli


Selon lui, cette tragédie porte bel et bien la trace de l’extrémisme religieux,
mais « cette affaire sent le cramé »...


Les éléments qui le portent à penser cela ? Des papiers d’identité « oubliés »
dans la voiture, à la durée importante de la fuite des terroristes, en passant par la protection très réduite de la rédaction de l’hebdomadaire satirique et les armes que possèdent les auteurs
de l’attentat.


Comme dans la plupart des grandes affaires (Kennedy, l’attentat de piazza Fontana, Olof
Palme, le 11-Septembre, la mort d’Oussama Ben Laden, etc.), quelque chose cloche, et de nombreuses interrogations s’imposent. Comment est-il possible qu’un objectif aussi sensible que la
rédaction de Charlie Hebdo ait été si peu protégé ? Où les auteurs de l’attentat se sont-ils procurés ces armes ? Ils les ont ramenées de Syrie ? Mais le plus important,
c’est ceci : avez-vous déjà vu des terroristes qui vont commettre un attentat en prenant soin d’emmener leur pièce d’identité, et qui l’oublient ensuite dans la voiture ?


Aldo Giannula, expert des services secrets italiens


Des doutes auxquels s’ajoutent les suivants :


On n’a jamais vu ça : des terroristes qui passent à l’action et perdent autant de temps
durant leur fuite, après avoir participé à deux affrontements à l’arme à feu, contre une voiture de police notamment. Ils ramassent une chaussure puis oublient un gant. Et comment se fait-il
qu’aucun blocage routier n’ait été mis en place dans la zone ? En plein centre de Paris, il doit y avoir de très nombreuses voitures de police. Et Paris est loin d’être une ville où la
circulation est fluide…


Aldo Giannula


Et l’expert des services secrets italiens de conclure
:


 


Je crois qu’il s’agit en effet d’une piste djihadiste, c’est hautement probable étant
donné le contexte, cette affaire date de près de 10 ans. Mais cela ne signifie pas qu’il ne puisse pas y avoir d’autres personnes impliquées dans cette affaire. Ni qu’on n’ait pas purement et
simplement laissé faire les terroristes. Les services secrets s’attendaient sans doute à quelque chose, mais peut-être pas de cette ampleur. Il est également possible que les enquêteurs cachent
quelque chose qui n’a rien à voir avec cette tragédie, et que ce qu’ils cachent pourrait sortir au grand jour. Et ils veulent peut-être éviter que ces informations soient révélées. Je pense
qu’il est tout à fait possible que les personnes impliquées soient bien plus nombreuses, entre commanditaires, cerveaux, mercenaires, infiltrés, dirigeants ou cellules
isolés.


Aldo Giannu


 


Source

DURADUPIF 22/01/2015 20:54


La République finira comme la Monarchie : à la lanterne !

L'EN SAIGNANT 22/01/2015 17:39


FRANÇAIS (ou, ce qu'il en reste)


Et après, les VEUVES .... Ce n'est donc pas prêt de finir .! Et pour cela, braves pékins de base on vous ponctionne de plus en plus ...