L’étrange fascination de l’anti-clérical Mélenchon pour l’islam par Michel Ciardi

Publié le 6 Avril 2012

Riposte Laïque - Michel Ciardi 

Avec l’affaire du djihadiste de Toulouse et Montauban, se confirme encore davantage, s’il le fallait, le visage pro islamiste et pro-immigrationniste de Mélenchon.

Ainsi sa philosophie apparaît au grand jour dans un communiqué du 20 mars : «  Aucun criminel ne doit s’attendre à autre chose qu’à un mépris universel. A l’antique, il ne faut pas prononcer leur nom propre pour qu’ils n’aient pas droit à la renommée que l’ignominie peut donner. On dira le « fou », le « criminel », le « détraqué », pour que les autres dérangés qui errent n’aillent pas se rêver une part de notoriété au prix du sang. Si la suite montre qu’il y a une motivation, en réalité une prétexte et une croûte sur la démence, on aura soin de ne pas la mettre en scène. »

La messe est dite ne parlons pas des motivations religieuses de Mohammed Merah !

Et puis ensuite un jour après :  (…) »Nous sommes le rempart contre la haine » : « On s’est tapé du halal pendant un mois, j’espère qu’on ne va pas parler de ce timbré pendant encore un mois. » Jean-Luc Mélenchon semble avoir hâte de passer à autre chose, de parler usines et emploi, colère ouvrière et engagement militant. Il n’est pas sûr que Marine Le Pen partage le même objectif, ajoute le journaliste. (…)

Et dans la même veine de lâcheté :

« Poursuivre la campagne, c’est un acte de résistance morale, intellectuelle et affective », a lancé l’eurodéputé. « C’est montrer qu’en toutes circonstances, la vie l’emporte sur la mort », a poursuivi M. Mélenchon, dont l’agenda n’a pas été modifié, au contraire de plusieurs autres candidats à la présidence. »

« Il ne faut pas mettre notre bouillante démocratie entre parenthèses du fait d’un odieux dégénéré assassin », a-t-il ajouté. « Nous ne sommes pas à la merci d’un dégénéré, il ne fait pas la loi, il ne nous impose pas son rythme, nous le rattraperons et il paiera. »

Dégénéré, fou, criminel, assassin, tout sauf islamiste.

En 2011, Jean-Luc Mélenchon, dénonce l’entrée en vigueur de la loi sur la burqa. « Il faut arrêter de faire des névroses, de s’obséder d’un thème pour s’en rendre la vie insupportable et odieuse, et regarder son voisin comme un ennemi, en permanence ». Et d’ajouter : « chaque fois qu’ils vont nous parler d’immigration, d’islam et je ne sais quoi qui sont leur maladie mentale et leur obsession, nous on va leur parler feuille de paye et augmentations de salaire, salaire maximum, etc. ».

Et le Front de Gauche met dans son programme ; régularisation des personnes sans-papiers, fin de la traque policière et ses lots d’expulsions, respect du droit d’asile, lutte contre le racisme et les discriminations : au Front de Gauche, les engagements pour les migrants et l’égalité des droits sont clairs et sans ambiguïtés.

Ainsi nous comprenons mieux ses positions après les assassinats par l’islamiste Mohammed Merah, des militaires de Montauban, des jeunes enfants de l’école juive de Toulouse et de leur professeur  ; « Nous sommes unis comme les doigts d’une main face aux odieux criminels déments ». Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) a poursuivi mardi sa campagne aux côtés des salariés de la RATP, malgré la tuerie de Toulouse, y voyant un « acte de résistance ». Sur le quai embouteillé de la gare du Nord à Paris en partance pour Massy (Essonne), le candidat du FG, l’air grave, l’affirme : « Poursuivre la campagne, c’est un acte de résistance morale, intellectuelle et affective » pour « ne pas mettre notre bouillante démocratie entre parenthèses du fait d’un odieux dégénéré assassin »« Nous ne sommes pas à sa merci, il ne fait pas la loi », « nous le rattraperons et il paiera », insiste l’eurodéputé, ajoutant, avoir « en travers de la gorge » la récente citation par Jean-Marie Le Pen de « l’odieux collaborationniste » antisémite, Robert Brasillach.

Cet homme ne peut décidément avoir aucune compassion il lui faut mettre sa dose de fiel même dans un tel moment de douleur nationale, de stupeur et d’incompréhension, cet homme n’a de cœur que lorsque cela lui rapporte des voix.

Mais pour connaître l’opinion de Mélenchon sur l’islamisme et ses apports à la civilisation, je vais citer abondamment, Jean Théron, qui dans le numéro du 9 juin 2011 de « Riposte Laïque » alla aux sources de la pensée de Mélenchon sur cette question.

À la question : « la laïcité est-elle en danger » le député européen qui se présente comme laïque de chez laïque de répondre : « oui, la laïcité est menacée parce que le gouvernement à l’intention d’autoriser que la célébration des cultes se fasse en public, à la demande du Pape ».

Ainsi les prières dans les rues répondraient au souhait du Pape. Toutes ces personnes qui occupent illégalement le territoire tous les vendredis seraient en fait des « papistes ». Tout comme le seraient les membres du commando du « collectif cheik Yacine » qui sont venus installer leurs tapis de prière dans la rue à proximité de l’Espace Charenton le 18 décembre 2010 lors des Assises sur l’islamisation comme acte de leur combat contre la laïcité, la République et plus généralement la civilisation occidentale.

- Au sujet de la bataille de Poitiers de 732, M. Mélenchon regrette la victoire de Charles Martel.

« … Si on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valu la main-mise de l’Église sur l’Occident chrétien, si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses… »Et revoilà le stéréotype de la merveilleuse civilisation andalouse auquel a fait son sort Jacques Heers, professeur émérite à la Sorbonne lorsqu’il explique : « parler, comme l’ont fait et le font encore quelques historiens d’occasion, d’une civilisation et d’une société « des trois cultures », musulmanes, juive et chrétienne, est signe d’ignorance et de supercherie, les deux ensembles généralement  » (in les négriers en terre d’Islam VII-XVIème siècle, La Flèche, Éditions Perrin, 2007.)

Quel pouvait être l’apport des « Sarrasins » qui dès 719 commencèrent leur pénétration au nord des Pyrénées ? Tout d’abord tueries, dévastations et destruction notamment de tout ce qui peut ressembler à un écrit. Après Narbonne les musulmans prennent et saccagent Carcassonne, Nîmes, Arles, Aix, Avignon, Valence, Vienne, Lyon, Besançon, Dijon, Autun, Luxeuil, Toulouse, Bordeaux…

Ensuite pillage de tout ce qui peut avoir une valeur et enlèvement des femmes et des enfants qui seront ramenés comme esclaves dans la colonie d’Andalousie, consommés sur place ou exportés dans le reste du monde musulman.

Selon Ibn Khurdahbeth, géographe arabe du IXe siècle : « de la mer occidentale arrivent en Orient les esclaves hommes romains, francs, lombards et les femmes romaines et andalouses ».

Ibn Haukal géographe du Xème certifie que "le plus bel article importé de l’Espagne sont les esclaves, des filles et de beaux garçons qui ont été enlevés au pays des Francs et de la Galice. Tous les eunuques slaves qu’on trouve sur terre sont amenés d’Espagne et aussitôt qu’ils arrivent on les châtre. » (Jacques Heers, ouvrage cité)

L’esclavage de masse est en effet un des principaux apports de la civilisation musulmane à l’humanité, avec pour les hommes, qu’ils soient d’origine européenne ou, et en nombre vingt fois plus important, d’Afrique noire, pendant 13 siècles, par millions, la spécificité d’être castrés.

Lorsqu’on parle de l’Andalousie, il ne faut pas oublier d’ajouter les esclaves aux musulmans, et aux communautés inférieures, chrétiens et juifs. Pour M. Melenchon il aurait été préférable si on le suit que tueries, dévastations, destructions, captures humaines esclavagistes perpétrées par les musulmans puissent se perpétuer pendant des siècles en Europe Occidentale et plus particulièrement sur le territoire de l’actuelle France. Mais on peut penser que Mr Mélenchon n’a peut-être pas bien réfléchi avant de parler, tellement la quête des éventuelles voix musulmanes peut obscurcir son cerveau d’homme politique.

Et que pouvait apporter encore Abd al Rahman al gha fiqi, de la tribu Yémenique des Ghafiq, « émir » de Al Andalous, et sa troupe de conquérants pillards ignares et analphabètes ? L’arabe écrit venait à peine, au mieux, de se doter de voyelles, et les connaissances grecques et perses commençaient à peine à être aperçues par les fils des bédouins du désert d’Arabie qui venaient de coloniser de vastes territoires des empires romains d’Orient et de Perse.

On notera en revanche qu’à peu près dans la même période les copistes de l’Europe carolingienne vont se mettre à utiliser la lettre minuscule qui constitue une avancée considérable pour la reproduction et la diffusion des écrits, la minuscule caroline à l’origine de nos caractères d’imprimerie

Pour le candidat du Front de gauche, les religions, en particulier la chrétienne sont un frein au progrès, mais pas la religion musulmane qui, dès le VIIe siècle, a permis le développement d’une « brillante civilisation » comme on nous le rabâche depuis la 5e de collège. Il suffit de voir ce qui se passe dans les pays musulmans notamment en Afrique du Nord, au Proche et au Moyen-Orient et de le transposer 14 siècles en arrière pour se faire une idée particulièrement sombre de la brillance en matière de société humaine !

Et pour finir, on retiendra que selon Mr Mélenchon « les cathédrales ont pu être construites grâce aux techniques que nous ont données les Arabes… qui ont conservé les mathématiques. »

Jusque-là, il paraissait convenu chez les thuriféraires de l’islamisme que ladite brillante civilisation arabo-musulmane avait permis l’éclosion de la « Renaissance » en Europe, niveau de civilisation supérieur à celui du Moyen Âge, mais qui peut le plus peut le moins, c’est bien connu !

Sans entrer dans la discussion sur les origines des cathédrales gothiques, tenons-nous-en à ce qu’ont pu, nous, « donner les Arabes » dans ce domaine.

Les techniques architecturales qu’étaient en mesure d’apporter les habitants de l’Arabie lors de leur entreprise de colonisation pouvaient se résumer soit à la fabrication de tentes faites de bandes de tissus de laine, soit à l’édification de huttes aux murs de boue séchée et couvertes de feuilles de palmier. Au contact des civilisations Perse et surtout Byzantine, les colons arabes découvrirent de nouvelles techniques, et il n’y avait pas beaucoup de palmiers place de grève.

Il était beaucoup plus aisé d’être en contact avec les connaissances grecques par l’intermédiaire des Grecs qui avaient quand même quelques facilités pour les « conserver », plutôt que par l’intermédiaire de puissances musulmanes, arabes et turques, dont l’Europe était en butte en permanence aux attaques, tentatives de conquête, enlèvements à fin d’esclavage, massacres, destructions et pillages.

N’en déplaise à M. Mélenchon et à ceux qui ont décidé de faire disparaître cet évènement des programmes d’histoire, Charles Martel arrêta bien les colonisateurs arabes à Poitiers en 732. Cela dit, il faudra attendre 973 pour que les sarrasins soient définitivement expulsés de leur repaire de Fraxinatum dans les Maures.

On notera encore que pendant ces 250 ans de présence d’Arabo-Andalous dans le sud de la France leurs apports en terme de savoirs et de progrès seront non seulement nuls, mais de plus négatifs au regard par exemple de tous les textes gravés ou écrits qu’ils ont pu détruire.

En revanche, la limitation très importante de leur potentiel de nuisance à la fin du Xème siècle donc, conjuguée à celles que subiront dans le même temps Hongrois et Normands créera une situation beaucoup plus favorable à un développement de l’activité des marchands et des villes et donc à l’essor de notre civilisation.

Le même Mélenchon, qui le 14 février 2011 déclarait  « les yeux dans les yeux » à Marine Le Pen, qu’il n’y avait « pas de problème avec l’islam dans ce pays ».

Soit  3 semaines avant les tueries de Montauban et Toulouse. Ce qui nous amène aux amitiés troubles de Mélenchon avec les dictateurs son admiration pour Morales et Chavez et Castro, les meilleurs amis de l’iranien Ahmadinejad, celui qui appelle de ses vœux la destruction d’Israël et qui impose le voile aux infirmières de l’hôpital qu’il finance en Bolivie. Que dire encore du front que forment à l’ONU ces deux idoles de gauche avec les pays musulmans pour faire reconnaître le délit de blasphème, d’islamophobie et l’interdiction de critiquer le voile imposé aux femmes ? Doit-on admettre que, pour Mélenchon seule compte la révolution prolétarienne ou plutôt sa révolution petite bourgeoise, et si au passage Israël est détruite, ce n’est que le prix à payer, l’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs.

Michel Ciardi

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article