L'extrême gauche au secours de l'islam!

Publié le 8 Septembre 2011

J'ai rarement l'occasion d'éditer des textes des anarchistes mais celui-ci vaut le détour! Il explique comment et pourquoi l'extrême gauche comme les socialistes en général sont aussi "islamophiles"comme autrefois ils étaient si compréhensifs envers l'Union Soviètique! Toujours ce travers "Munichois", ce "pacifisme" dans l'ADN ! 

Gérard Brazon  


*******************

En septembre dernier, les éditions Libertaires ont sorti un essai pétillant d’Hamid ZanazL’Impasse islamique – La religion contre la vie.

Ce livre est tellement pétillant qu’il n’arrête pas de faire des bulles. Où ? Chez les barbus ? Pas encore. A la surprise générale, ce sont certains milieux libertaires qui fulminent en premier. Un comble. En guise de lettre ouverte, les animateurs des éditions Libertaires répondent à leurs détracteurs dans un texte nommé L’impasse islamo-gauchiste 

A peine imprimé, le livre d’Hamid Zanaz, L’Impasse islamique - La religion contre la vie, a été l’objet d’une charge d’une violence rare. Un journaliste de Politis, le journal Alternative Libertaire, des camarades de la CNT et d’ailleurs… ont, en effet, accusé l’auteur et l’éditeur d’islamophobie, de racisme, de faire le jeu de la droite et de l’extrême droite, de participer du choc des civilisations… Rien que çà !

 

 Quelques précisions

Les éditions Libertaires, parce que libertaires, considèrent que toutes les religions sans exception aucune sont des instruments d’exploitation et d’oppression des populations, et des insultes à l’intelligence. D’où l’existence d’une collection intitulée Propos mécréantscomprenant à ce jour huit titres consacrés à la religion catholique et un à la religion islamique. Un autre, relatif à la religion juive, est programmé.

Que nous dit Hamid Zanaz ?

Dans son livre, Hamid Zanaz critique TOUTES les religions. Morceaux choisis : « Toute croyance est une conviction fanatique. Le cessez-le-feu entres religions n’est malheureusement pas pour demain », « Toute religion est, au départ, une technique sociale. C’est le cas du premier âge des principales religions. Et comme l’histoire des religions n’est autre que celle de ses défaites, ces religions intègrent ce qu’elles ne peuvent plus empêcher, jusqu’à la limite de l’explosion du dogme lui-même », « L’islam, comme toute religion, est castrateur », « Certains milieux catholiques proches de Sarkozy se cachent derrière les musulmans et les encouragent à revendiquer des droits religieux spécifiques pour pouvoir ouvrir une brèche dans le mur de la laïcité », « Le bonheur n’est pas caché dans un texte sacré ou autre, mais il est à inventer », « La séparation de la raison et de la révélation est inévitable. Car, sans la privatisation de la religion et l’instauration de l’Etat de droit, comme le dit bien Daryusch Shayegen, on n’aura ni une démocratie véritable ni une religion du salut mais un amalgame cumulant les défauts des deux », « La liberté de conscience, le droit de philosopher, la tolérance, l’autonomie de l’individu, le libre usage de soi, l’égalité entre les sexes, ces questions et beaucoup d’autres encore ne pourraient se résoudre dans le cadre de la religion. Toutes les religions, l’islam en premier, sont intrinsèquement hostiles à ces droits fondamentaux de l’homme »…

Sur ces bases qui sont sans ambiguïté aucune, Hamid Zanaz passe la religion islamique (c’est l’objet de son livre) à la moulinette d’une critique certes féroce mais sans insulte aucune. Et il nous explique, entre autre, que la religion islamique n’est ni réformable ni modernisable. Parce que la parole de Dieu, soi-disant inscrite dans le Coran, n’est, contrairement à la parole d’humains relatant la parole de Dieu, pas susceptible d’interprétations. Logique ! Et puis, parce que la religion islamique, comme toutes les religions, combattra toujours les droits de l’homme, la démocratie, la laïcité…

Parce que philosophe, il parle beaucoup de modernité et des valeurs de l’occident.

Ce qui fait hurler dans les chaumières gauchistes qui ont toujours le doigt sur la détente du revolver à tirer dans les coins. Sauf que… Sauf que, Hamid Zanaz, avec son langage de philosophe qui ne recouvre pas obligatoirement le langage politique stricto sensu, n’en n’est pas pour autant un adepte du soi-disant horizon indépassable du capitalisme ou d’un soi-disant choc de civilisation entre le « gentil » occident chrétien capitaliste et le « méchant diable » islamiste. Là encore, quelques morceaux choisis :

« Islam-Occident, par cette formule, ces « élites » veulent nourrir une opposition indélébile entre la modernité et le monde arabo-musulman »,

«Nul relativisme culturel ne peut justifier l’idée selon laquelle la démocratie, les droits de l’homme, l’humanité de la femme, le droit de disposer de son corps, se masturber, croire ou ne pas croire au Bon Dieu, changer de religion, ne pas en avoir, seraient des valeurs exclusivement occidentales »,

« Séparer le religieux du profane, élire librement ses représentants, la liberté de conscience, en un mot être libre, ne sont plus une culture d’un pays ou d’un autre. Ils sont aujourd’hui des principes universels. Des valeurs transnationales»,

« Etre moderne, c’est être inquiet et incertain. Sacrifier certaines choses pour en gagner d’autres, tel est le prix de la liberté », 

« L’insoumission est la clef de la modernité »,

« La modernité n’est que la reconnaissance des aspirations contradictoires des individus, une éducation à la liberté »,

« La théologie islamique est défavorable au développement de la raison, de la responsabilité individuelle, du libre exercice de l’esprit critique, c'est-à-dire les trois piliers de la modernité »

""…

Vu la teneur du livre d’Hamid Zanaz et la petite réputation des éditions Libertaires, nous nous étions préparés à nous faire traiter d’islamophobes, de racistes, de faisant-le-jeu-de-la-droite-et-de-l’extrême-droite, de tenants du choc des civilisations…, par les « méchants » barbus. Ça devrait venir ! Mais c’est vrai, nous avons été surpris de constater que ces mêmes accusations sont portées à notre encontre par certains de nos compagnons de lutte au quotidien. Selon eux, l’islam étant principalement la religion de peuples que « nous » avons colonisés, critiquer leur religion n’est pas séant. D’autant moins qu’en France, aujourd’hui, la population maghrébine est grandement victime de l’exploitation capitaliste et du racisme.

En clair, en France, aujourd’hui, ce ne serait ni le lieu ni le temps de critiquer l’Islam. Sauf à faire le jeu de la droite et de l’extrême droite qui mettent régulièrement de l’huile sur le feu pour alimenter le brasier d’un soi-disant choc des civilisations. Le raisonnement semble bétonné. Comme il semblait l’être quand, il y a seulement quelques décennies, on nous accusait de faire le jeu de l’impérialisme américain dès lors que nous émettions des critiques à l’encontre du « paradis » soviétique. Remember !

De l’universalisme en politique

La grande force des anarchistes, depuis toujours, est de n’avoir pas la critique de l’exploitation et de l’oppression (et, donc, des religions) à géométrie variable. Pour nous, en effet, quelques soient les lieux ou les circonstances, l’exploitation et l’oppression de l’être humain par l’être humain doivent être dénoncées et combattues. Car les droits fondamentaux de l’être humain relèvent de l’UNIVERSEL et non du circonstanciel. Point barre !

Ceux qui aujourd’hui, dans nos rangs ou à notre périphérie, estiment que tel n’est pas le cas, devraient s’interroger. La religion islamique, comme tous les monothéismes et comme toutes les religions, est-elle ou non un instrument d’exploitation et d’oppression des populations, et une insulte à l’intelligence ? Les petites beurettes et autres qui, dans les « quartiers » de notre « douce » France se battent pour n’être ni putes ni soumises ou tout simplement pour pouvoir porter une jupe ont-elles ou non droit à notre soutien ? Les Maghrébins qui, dans les cités, les taules et ailleurs sont sommés de faire ramadan et la prière ont-ils ou non droit à notre soutien ? Les homosexuels, les athées, les apostats… maghrébins qui sont pourchassés ici, là et ailleurs, ont-ils ou non droit à notre soutien ? Les gouvernements de merde qui, par le biais de la religion islamique, asservissent physiquement et psychologiquement des populations entières doivent-ils être respectés au nom d’une culpabilité à l’encontre d’anciens colonisés et d’un pseudo droit à LA (laquelle ?) différence ?

Du pourquoi du comment des choses

Les anarchistes pensent depuis toujours que la lutte contre l’exploitation n’a de sens qu’en se menant de concert avec la lutte contre l’oppression. Qu’il n’y a ni front principal ni fronts secondaires dans la lutte contre une ALIENATION qui est par définition GLOBALE. Et que la liberté, l’égalité, l’entraide…, relèvent de l’universel et non du conjoncturel. Les marxistes, les para-marxistes, les crypto-marxistes et autres gauchistes pensent différemment. S’appuyant sur une méthode d’analyse soi-disant scientifique, ils énoncent le primat de l’économique, qualifié d’infrastructurel, sur le politique, le culturel et le social, qualifiés de super structurels. De là la notion de front principal et de fronts secondaires. Et, dialectique oblige, car des fois c’est quand même un peu gros, une révolte à géométrie variable contre l’intolérable. C’est une manière de voir les choses qui a réussi à complètement décrédibiliser l’idée même de révolution.

Ni dieu, Ni maître, Ni…

Bien sûr qu’aujourd’hui, en France, il faut combattre le racisme et la stigmatisation dont sont victimes certaines populations. Mais, bien sûr qu’également il faut combattre l’oppression religieuse dont sont victimes ces mêmes populations. Les gauchistes, depuis toujours, ont fait le choix de défendre, d’abord, le prolétaire et l’ancien colonisé, avant l’être humain. Cela les conduit aujourd’hui à se fourvoyer dans l’impasse de l’islamo-gauchisme et, défense de rire, à jouer les idiots utiles de la religiosité islamique. Pour des gens qui ne cessent d’accuser leurs voisins de faire le jeu de X ou Y, c’est à tout le moins un paradoxe !

Pour les éditions Libertaires : Jean-Marc Raynaud, Dominique Lestrat, Franck Thiriot.

L’Impasse islamique sur Le Post.fr : http://www.lepost.fr/article/2009/10/07/1730928_l-impasse-islamique-un-livre-a-contre-coran_1_0_1.html

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Epicure 08/09/2011 20:21



Toute croyance est une conviction fanatique


Quand on a dit cette vérité profonde, tout le reste de l'article n'est que redondance inutile et otu le problème est là:
Comment lutter contre la Paranoïa basique humaine partagée par un "nombre certain" d'individus...? Si on ajoute les "politiques" aux "religieux" aussi CONVAINCUS les uns que les autres, on arrive
à un taux totalement dissuasif...


On est fichu...avec cependant, si on  survit aux catacxlysmes (GM I et II) quelques decennies de "Fatigue" qui nous
fichent la paix...