L'heure des grandes vérités par Thérèse Zrihen-Dvir

Publié le 15 Janvier 2015

Pour Regard d'un écrivain sur le Monde 

Chère France, aimée et bien chérie de tous et par tous, et surtout par tous ceux qui sont nés et ont grandi sous l’aile magique de son éducation, sa poésie, son charme, son élégance parfois farfelue, mais tant prisée, ses parfums, ses poètes et troubadours, ses amours fous, ses contes de fées et ses légendes, ses guerres et ses conflits…

Tu n’es plus.

Et il fallut de bien peu pour te voir courber la tête, fléchir sous le poids de l’immonde que tu avais, nonobstant nos cris de désespoir et nos implorations à plus de prudence, engendré par ton propre égarement.

La France d’hier ne sera plus quoi que l’on dise et que l’on fasse, et c’est là sans nul doute la plus grande victoire de la terreur et de l’Islam. La France n’agonise pas à cause des djihadistes qui s’y sont déversés, mais surtout par sa faute. Elle a oublié qu’une nation doit d’abord se conserver comme NATION. Elle a tant cherché à estomper son histoire, sa culture, sa foi, ses racines, sa nationalité, que celles-ci ont cessé d’être à la longue et le français, dénudé de ses éléments identitaires et vitaux, est devenu un errant qui ne se reconnait plus, ni ne parvient à y trouver un besoin de se reconnaitre.

En disant adieu à son intégrité, elle s’est donné le coup de grâce, et cela en toute conscience. Pourquoi ? Le français est si blasé qu’il renie son passé glorieux, où il découvre soudain qu’il n’y contenait aucune gloire, aucune raison d’en être fier… Ce français qui hier encore s’enorgueillissait d’être français, n’en veut plus, il en a soupé… Il a perdu sa couleur, sa langue, ses habitudes, sa foi, son Dieu, sa mère et n’est plus qu’une épave, qui se sait épave.

La France qui donnait le ton au monde entier, produisait des refrains, guidait des peuples vers des horizons éblouissants, s’est retrouvée avec les pieds incrustés dans une fange qu’elle avait sciemment encouragée par son mal de se faire pardonner des fautes - qui n’en étaient pas unes - envers des peuples qu’elle avait libérés de l’ignorance, de la servitude, de la faim et de la maladie… Qu’elle avait modernisés au point de se rebeller contre elle et lui infliger la honte du départ sous une grêle de balles…

Où est ton peuple France ? Où sont tes vaillants guerriers et tes citoyens fidèles ?

Tu les as remplacés par tes ennemis, ceux-là même qu’hier encore te poursuivaient sur les dunes de sable de l’Afrique…

Tu as réduit ceux qui croyaient aveuglément en toi en fuyards, cherchant un abri quelque part dans ce monde décadent et déboussolé…

Aujourd’hui, tu te demandes si cet infortuné parcours entreprit il y a quelques décennies suite à un mauvais jugement, une erreur légitime, pourrait-il être inversé ? Malheureusement non … Les parcours n’ont de particulier qu’une seule et ultime direction… Celle du progrès, même suicidaire… Et c’est ainsi que toi Chère France, tu assisteras, et comme toi beaucoup d’autres, à l’agonie et à la mort de ta civilisation sans pouvoir l’en empêcher ou y remédier…

Rome s’était suicidée lorsqu’elle avait importé ses ennemis sur ses terres…

Pénibles seront les heures à venir… Elles le sont déjà tout autant pour moi, une étrangère, pour qui la France personnifiait ses valeurs individuelles…

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

marie-plume 16/01/2015 10:01


Tous abjects, et les uns plus que les autres... Aujourd'hui, vendredi, devant la mosquée!  le" blogueur" appartenant à ce beau pays des libertés représenté dimanche par ce "vice-ministre des
affaires étrangères de d'ARABIE SAOUDITE " -n'oubliez pas ce nom vertueux!- recevra les coups de fouet "pour insulte à l'islam" (petites voyelles et cons...) Les représentants qui ont gouverné et
gouvernent la France sont les cocus, heureux, et déshonorants de la République française... Et ils boivent et ils mangent halal...

LA GAULOISE 16/01/2015 09:06


IL Y A PLUS DE 2000 ANS NOTRE PAYS S APPELAIT LA GAULE ET SES HABITANTS LES GAULOIS . VOUS SAVEZ CES  HOMMES QUI N AVAIENT PEUR QUE D UNE CHOSE C EST QUE LE CIEL LEUR TOMBE SUR LA TETE
...... ET MAINTENENT IL S APPELLE COMMENT NOTRE PAYS ?

maury 15/01/2015 22:46



Ni Charlie ni charia


Le gouvernement et les partis avaient mis en garde : il ne fallait surtout pas qu’une « récupération politicienne » souille la pureté immaculée de l’union nationale ! C’était Marine Le Pen qui
était visée au prétexte qu’après avoir reçu la claque de l’exclusion, elle ne tendait pas l’autre joue. Elle n’était pas assez démocrate et républicaine. On lui a préféré des démocrates pur
sucre venus d’Algérie, du Bénin, du Congo, du Gabon, d’Egypte, du Togo, des Emirats Arabes Unis, auprès desquels François Hollande a défilé. A l’Elysée, avant la manifestation, il avait tenu à
saluer Nizar al-Madani, vice-ministre des affaires étrangères d’Arabie Saoudite où, vendredi, un « blogueur » a été condamné à 50 coups de fouet pour « insulte envers l’islam. » Voilà un
ministre qualifié pour défendre à Paris la liberté d’expression qu’il fouette à Ryad !


Pas de récupération ? Le chef de l’Etat en a profité pour greffer sur cette démonstration un sommet international à sa gloire, devenant un instant le « président » du monde, comme Paris en
était la capitale. Effet d’aubaine pour ses homologues, dont certains n’étaient là que pour se refaire une virginité démocratique grâce au sang et aux larmes versés sur notre sol, en se
demandant les uns aux autres : « C’est quoi au juste, ce Charlie Hebdo » ?


Tous les citoyens étaient bienvenus, avait assuré le Président. « Levez-vous ! » avait-il lancé. Ceux qui se sont levés ont dû s’arrêter dans leur élan spontané. Y aller, certes, mais à
condition de respecter le protocole : les chefs de gouvernement, suivis des anciens présidents, des ministres, sous-ministres, personnalités politiques estampillées républicaines et des ayants
droit de la notoriété. Et après ces « élites », après elles seulement, comme toujours, la piétaille des citoyens lambda. D’ailleurs, la police était là pour surveiller que le populo ne sorte
pas de son enclos réservé.


Bien entendu les artistes, chanteurs, comédiens s’y bousculaient. C’était l’endroit où il fallait être : « the place to be », comme disent leurs attachés de presse. Ils l’ont tous proclamé : «
Je ne suis qu’un parmi des milliers », en montrant leur meilleur profil aux photographes. Bien qu’accablés de chagrin ils ont eu la force, non sans héroïsme, de se précipiter devant les micros
et caméras qui se tendaient vers eux. Enrico Macias a annoncé que toute la recette de son prochain concert ira à Charlie Hebdo : ça ne fera pas grand-chose. Il y eut un autre sommet : dans le
cortège, on vit en effet les ex-maîtresses du Président, Ségolène Royal, Valérie Trierweiler, Julie Gayet, toutefois, contrairement à Hollande et Merkel, elles ne se tenaient pas par la main.
La cause les a rapprochées mais pas jusqu’à la fraternité…


Pourquoi cette manifestation ? Il s’agissait de « Marcher contre la terreur », titrait Le Monde samedi. Dès lundi matin, la terreur devrait donc reculer. Les djihadistes embusqués prêts à de
nouveaux crimes ont dû être effrayés en voyant Hollande bras dessus bras dessous avec Merkel, Sarkozy tenant la chandelle. Grâce à cette démonstration, ils se sont aperçus que les Français
étaient contre eux, ce qu’ils ne soupçonnaient pas jusqu’ici. C’est sûr, après le 11 janvier, rien ne sera plus comme avant : les terroristes vont renoncer à nous frapper. T’as qu’à croire,
Grégoire…


Guy Rouvrais















DURADUPIF 15/01/2015 22:30


Le président turc n'a pas défilé dimanche à Paris, où il avait dépêché son Premier ministre, Ahmet Davutoglu.


"L'hypocrisie occidentale est évidente. En tant que musulmans, nous n'avons jamais participé à aucun massacre terroriste. Derrière tout cela, il y a le racisme, les discours haineux et l'islamophobie. De grâce, que les
administrations des pays où nos mosquées sont attaquées prennent des mesures", a-t-il poursuivi.


Tiens tiens les mosquées EN France sont NOS mosquées pour Erdogan. La France n'a jamais revendiqué SES églises ni ses Temples ni ses Synagogues des autres Pays. Les mosquées sont bien les 5è
colonne de l'islam fussent-t'elles celles de la turquie

Pivoine 15/01/2015 19:33


C'est là un beau texte, triste et touchant. Espérons que la France saura se relever, car c'est souvent quand tout parait désespéré, qu'un peuple se lève.