L’Histoire de France que l’on assassine ! Par Dimitri Casali

Publié le 2 Octobre 2012

Gérard 52ansC'est toujours un plaisir de lire Dimiti Casali qui, depuis quelques années déjà, dénonce la volonté des pouvoirs de droite et aujourd'hui ceux de gauche d'anéantir ou réduire à la "peau de chagrin" notre Histoire de France. Exit Clovis, Charle Martel, Louis XIV, Napoléon 1er et troisième du nom. Finie la chronologie qui explique pourtant les faits, les causes et les conséquences. Vive l'étude des empires africains qui sera tellement utile aux petits français venus d'ailleurs. Je n'ose plus dire "têtes blondes" sans risquer d'être accusé de faire du racisme.

Ici même, nous nous sommes fait l'écho de cette volonté qui répond à la demande des européistes de supprimer dans les esprits, les références à la Nation, dernier rempart à la naissance de "l'homo-europé-anus" c'est à dire à cette sorte de consommateur inculte, déraciné et uniquement préoccupé par son caddie, ses achats, sa digestion pour finalement terminer dans les toilettes.

La Nation est le dernier rempart! Elle est surtout la force de citoyens voulant vivre dans d'un pays souverain et indépendant. Ce que détestent les tenants de l'Europe qui mélangent volontairement pour faire peur, l'idée de la Nation et le nationalisme poussé à l'extrême, objet de toutes les horreurs pour eux. Ils oublient ces doctrinaires européens que c'est l'idéal internationaliste qui fit le plus de morts sur cette planète. 

La gauche n'a rien changé à celà, elle poursuit l'oeuvre de destruction dans le droit fil du projet Eurabia, grand mélange de peuplades venues d'horizons différents et de cultures différentes broyées croient-ils, par la machine à intégrer de l'européen nouveau.

L'homme nouveau n'est pas une idée nouvelle. elle est éminemment fasciste! Elle est donc vouée à l'échec. En attendant, que de dégâts dans les âmes et les esprits.

Gérard Brazon  

Aucun autre pays au monde ne sacrifie autant sa propre histoire, au nom de la repentance, du politiquement correct et des nouvelles sirènes du multiculturalisme. Rares sont les nations qui constatent une telle perte d’identité et un effacement de tout ce qui constitue leurs valeurs, comme s’effacent celles constituant notre République. Je vois dans cette perte de valeurs, d’identité et de culture, les raisons de la crise morale sans précédent que traverse le pays, ainsi que la désintégration de tout patriotisme.

37 % des jeunes d’origine étrangère ne se sentent pas Français selon l’INED ;

71 % des jeunes Français sont angoissés devant l’avenir (sources Études internationales Pisa) ;

75 % des jeunes veulent devenir fonctionnaires selon un sondage IPSOS publié en mars 2005.

De plus en plus tournée vers la seule lecture culpabilisante du passé et cet éternel esprit de repentance, la France est le seul pays au monde à multiplier les lois mémorielles (loi Taubira, loi sur le génocide arménien…).

Les enjeux du présent expliquent ces relectures du passé. Il y a quelques années, dans le magazine l’Express 1, la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, déclarait sans ambages qu’il ne fallait pas trop évoquer la traite négrière arabo-musulmane pour que les « jeunes Arabes » « ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes… »

Nos dirigeants sont-ils à ce point désemparés devant les enjeux du présent et les perspectives d’avenir pour se déchirer ainsi sur notre passé ? Ont-ils une si noire vision de la France, de son héritage et de ses valeurs qu’ils s’acharnent à salir le pays pour plaire à leurs clientèles communautaires ?

Il faut dire et redire haut et fort que la France n’a commis aucun génocide, n’a jamais engendré de totalitarisme, n’a pas inventé la « solution finale », ni déclenché le feu nucléaire.

Aujourd’hui, l’Histoire de notre pays est bannie de l’éducation ; elle est en somme condamnée, honteuse d’être aimée et admirée, telle une lépreuse devenue paria de l’Éducation nationale. Honte à celui qui aime l’histoire de France, synonyme de réaction, de conservatisme, de passéisme, de haine et de destruction. Nouvelle victoire pour le terrorisme intellectuel qui caractérise la folie du temps présent.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article

marco 08/10/2012 20:30


C'est a nous de prouver a ces faux-culs que l'histoire de France est l'une des plus belles du monde et que nous allons nous battrent pour redorer son blason et la remettre a la une de
l'éducation;