L'HISTOIRE DU «GRAND DÉRANGEMENT» par Jean-Marie Montbarbut Du Plessis - Préface Gérard Brazon

Publié le 12 Septembre 2012

Une catégorie de Français qui fut spoliée de ses terres et à qui personne en France ne parle si ce n'est avec un sourire presque méprisant. Ces Français sont devenus américains de force et par la déportation. Car à l'époque, les anglais n'y allaient jamais par quatre chemins. Rappelons-nous comment ils ont réglé le sort des indigènes Tasmaniens pour s'accaparer de leur île proche de l'Australie. 

Mais qui parle de ces Français aujourd'hui? De ceux qui connurent les camps de concentration anglais. Hé oui les premiers camps de concentration n'étaient pas Russes ou Allemands mais bien Anglais et le système concentrationnaire servit également pendant la guerre des Boers.

De même, qui se souvient de ceux qui vivaient en Algérie dans un territoire où ils avaient tout créé ? Il est curieux que ce pays politique français ne regarde jamais autrement ces français d'ailleurs que comme des occupants ou des colonisateurs et se regarde comme un pays indigne. Comment être fier de soi ?

Gérard Brazon

****

 Sur une idée de Jean-Marie Montbarbut Du Plessis 

 

Le 5 septembre 1755, dans l'église de Grand Pré, 418 colons français - les Acadiens - furent réunis sous la surveillance des soldats britanniques. Le colonel Winslow prit la parole et leur fit connaître la décision de Lawrence : toutes les terres des colons français seront confisquées et eux seront déportés !

le 10 septembre suivant le premier embarquement eut lieu à bord des vaisseaux, puis la chasse à l'homme commença. Sur les 15 000 habitants de l'Acadie, 7 000 furent déportés vers les colonies anglaises d'Amérique, les autres se cachèrent dans les bois et s'enfuirent vers la Nouvelle-France. 1 500 furent envoyés en Angleterre dans des camps de concentration: 866 survivants furent libérés 8 ans plus tard et regagnèrent la France. Les premiers Acadiens - partis de la Georgie et de la Caroline du Sud - arrivèrent en Louisiane au nombre de 475 et furent dirigés vers les districts des Attakapas et des Opelousas en 1765, où ils fondèrent les villages de Saint-Martinvilles et Opelousas.

-

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article