L'idée de Nation est-elle, par définition, une idée dangereuse ? Par Gérard Brazon

Publié le 22 Octobre 2013

 L'idée de Nation est-elle, par définition, une idée dangereuse ? C'est ce que les européistes et bien des politiques français laissent entendre. N'a-t-on pas entendu un François Mitterrand l'affirmer devant l'Assemblée européenne. Le nationalisme c'est la guerre ! En "bon et faux" socialiste,  savait-il de quoi il parlait ? Une amie me disait son soucis du vote juif face à la montée du Front National. Il attendent beaucoup et dans le même temps craignent cette montée. Trente cinq ans d'abrutissement médiatique et de propos dévastateurs plus loin, nous en sommes là. Que de temps perdu.

 Gérard Brazon interview3 Par Gérard Brazon

La Nation est-elle dangereuse pour les juifs de France ? Là aussi on touche à une idée fausse qui affirme que le juif est internationaliste avant d'être français. On oublie que les juifs étaient en France avant même la christianisation de la France. Ils étaient présent au moment où s'est constitué la Nation française et s'ils en ont été empêchés en tant que bâtisseurs, pêcheur, agriculteurs, artisans, etc. c'est le plus souvent à la suite d'édits royaux  qui leur interdisaient de pratiquer des métiers jugés nobles et qui les cantonnaient à d'autres, jugés diaboliques. Le commerce et l'argent qui en découlait avaient chez les chrétiens une valeur diabolique. L'Eglise avait de plus, décidé que c'était un peuple déïcide. Il fallut donc attendre l'arrivée des Protestants pour que l'argent retrouve sa juste place, c'est à dire un outil favorisant l'échange et le commerce et la Laïcité pour mettre à bas cette idée de peuple déïcide. Bref, beaucoup trop de temps.

 

Mais qu'en est-il de le Nation ? Faut-il énumérer le nombre de juifs mort pour la France ? Quel macabre comptage. Le sang impur de notre Marseillaise, celui de nos révolutionnaires de 1789, de 93, de 1830 et 1848 n'était pas seulement chrétien. De même celui qui coula sur tous les champs de bataille de nos Rois, comme ceux de nos Empereurs et des Républiques. Il y eut même du sang de patriotes musulmans qui aimaient la France et sont morts pour elle.

 

L'idée de la Nation est au-dessus de celà. C'est même ce qui fait la grande différence avec les tarés nazis qui avaient lié le sol et le sang et qui considéraient que l'on ne pouvait pas être du sol, si l'on n'avait pas le sang pur. Mais ce sang serait impur de quoi ? Comment peut-on avoir le sang pur lorsque l'Histoire de l'humanité nous dit les différentes vagues d'immigrations venues de l'Est et du continent Indo-européen ? Sans compter les échanges dans l'Empire de la Rome antique. Foutaises mais conséquences dramatiques.

 

La Nation c'est surtout une affaire de fidélité, de culture, d'amour de son pays. C'est pourquoi je suis pour qu'il n'y ait qu'une seule nationalité y compris si l'on vient d'une autre culture. Le choix fait partie aussi de la Nation. Faire le choix de sa nation c'est accepter l'ensemble de celle-ci. Son histoire, sa langue, sa culture. Tout le reste devenant secondaire et surtout le religieux qui fait partie du domaine de l'intime, du privé.

Cette amie me disait sous forme de question anodine :

Beaucoup de juifs sont malheureusement persuadés que le  "nationalisme" français fait le terreau du nazisme. Il y a probablement des sons de cloches différents à faire entendre. La Nation française de 2013 et la place qu'elle fait aux juifs. Et par là, à tous ceux qui veulent s'intégrer aussi bien que les juifs l'ont fait. Sachant que bien des juifs sont un modèle en matière d'intégration!

 

Voici ma réponse :

Je crois que se poser la question de cette manière sous entends que le nationalisme est antisémite. La Nation française n'a pas de place à faire à ses enfants juifs qui le sont depuis bien longtemps et souvent, bien avant beaucoup de français dit de souche comme on dit. Des juifs se sont battus et sont morts pour la France comme d'ailleurs des musulmans.

Etre de France ne devrait pas impliquer la notion de religion. Nous sommes sur une terre laïque. Ce débat doit avoir lieu dans les Eglises, les Temples et les Mosquées et non dans la République.

 

Ce débat est religieux et ne concerne que les religieux. Certes des abrutis sont persuadés que les juifs sont dans un immense bureau fumant le cigare, calculette à la main, et journal de la bourse sur la table.  Les mêmes sont persuadés qu'ils déclenchent des crises, des famines uniquement pour gagner plus d'argent. Il se trouve, disent les même attardés, que les médias seraient également infestés par l'épidémie juive, etc.

Comment lutter contre ces discours lamentables. Doit-on  demander à tous les administrateurs de sociétés ou de banques des certificats. Pour prouver quoi au juste ?

Ford était-il juif alors qu'il admirait Hitler et que celui-ci lui rendait bien.

Sommes-nous sûr que tous les "capitalistes" sont juifs ? 

C'est une évidence, on fait porter à quelques dix millions de juifs sur la planète, une responsabilité bien trop importante pour une humanité de 7 milliards d'individus.

Il y a forcément du fantasme, de la bêtise, de la croyance, du religieux et sans doute quelques connards qui n'arrangent pas la sauce comme il y a beaucoup de salauds juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes et hindouistes qui exploitent la misère.

 

Il nous faudra beaucoup de temps et ce n'est sûrement pas en nous bassinant tous les jours, à toutes heures  avec la dernière guerre mondiale, le drame de la Shoah, les nazis, la gestapo, les SS et j'en passe de toutes ces heures sombres de notre histoire et autres idées nauséabondes, balancés à des fins politiciennes qui commencent à énerver les Français. A force, cela va provoquer l'effet inverse. 

Je suis Mariniste de raison comme je suis Gaulliste. Je souhaite ignorer les français qui détestent De Gaulle qui fût, quoi qu'on en dise, un visionnaire. Certes un peu bigleux sur l'Algérie, mais un grand bonhomme tout de même, à l'aune des traîtres et autres "petits politiciens" qui l'ont trahis en se servant de son  nom et qui ont vendu notre souveraineté.

Je crois Marine sincère dans sa volonté de relever la France. Par amour pour son pays. Comment ne pas la soutenir lorsque celui-ci est visiblement en danger ?

Je ne suis pas juif et je parle aux juifs comme j'écris. Avec le coeur. Sans faire de cadeaux. En leur disant que mon soutien va à Israël et non vers des gens ayant peur de tout et qui ne comprennent pas qu'ils soutiennent des politiciens UMP, PS et autres qui se foutent bien finalement de leurs peurs et crachent le plus souvent sur Israël.  Globalement je dis "mort aux cons" et crois-moi, il y a du boulot car j'ai découvert qu'ils ont le même dieu. 

 

Gérard Brazon

Vive la France et les patriotes

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 22/10/2013 11:04


Bravo Gérard.


Tout est dit.

DUVAL Maxime 22/10/2013 09:10


"Un peu d'internationalisme éloigne de la Patrie, beaucoup y ramène". C'est, vous l'avez reconnu, de Jean jaurès.


On peut aussi voir ce qu'en disait le Breton Ernest Renan.