L'implosion du Moyen-Orient. Par David P. Goldman

Publié le 27 Novembre 2011

Nous sommes probablement à la veille d'un grand choc au Moyen-orient qui aura des conséquences en Europe! Est-ce la théorie des chocs pour casser les peuples et les nations existants et recréer des regroupements d'ethnies et de régions ? Est-ce Eurabia? Je l'ignore mais je trouve cette accélération des "révolutions" et des économies mises à mal plus que suspectes! Mais que faire sinon attendre et courber le dos devant un avenir qui semble bien incertain! 

Gérard Brazon

********

Point de Veille.ca

[...] La Bourse égyptienne est en chute libre, elle a sombré de 50 pour cent depuis le départ d’Hosni Moubarak. Un fait intéressant est que la Bourse turque n’est pas loin derrière dans cette dégringolade.

Enfer-dante-bologne-mahometLa crise économique qui submerge le Moyen-Orient s’étend sur tous les pays, de la Lybie à la Turquie. Les problèmes sont cependant d’ordre différent. Ainsi que je l’ai signalé précédemment, les réserves disponibles en devises étrangères de l’Egypte ont chuté à 13 milliards de dollars et continuent à s'épuiser alors que la banque centrale rachète sa propre monnaie, dédaignée par les marchés, afin de retarder l'effondrement inéluctable du taux de change.

Pourquoi ne pas tout simplement dévaluer la monnaie ? La réponse probable est que les généraux et leurs hommes de paille civils transfèrent autant d’argent qu’ils le peuvent à l’étranger avant la faillite de l'Égypte. Le mois dernier, les généraux ont licencié tous les membres du secteur privé du Conseil d’administration de la banque centrale, ainsi que je l’ai rapporté sur Asia Times Online. Tout ce qui peut être vendu à l'étranger pour des devises est bradé. Al-Ahram a signalé le 19 novembre qu’il n’y a aucune mise en application de l’interdiction de l’exportation du riz, tout simplement parce que tous les modes de contrôle ont implosé. L’Egypte subventionne le riz à une fraction du prix du marché mondial, alors les traders ont ainsi une incitation à le vendre à l’étranger. Non seulement la capacité de l’Egypte d’acheter dans le futur des produits alimentaires mais aussi ses propres réserves alimentaires sont en train de disparaître. En outre, l’Egypte importe la moitié de sa consommation en calories.

Par conséquent, il ne faut pas s’étonner que le pays implose. Une kleptocratie hors contrôle s’efforce avec frénésie d’acheter des maisons de ville à Londres dans Chelsea et des appartements dans le 16ème à Paris avant que les réserves en devises étrangères de la banque centrale soient épuisées. La suite de l’histoire sera horrible. [...]

Il n’y a ni pouvoir central, ni réorientation, ni néo empire Ottoman, ni croissant chiite, ni Printemps arabe, aucune description cohérente de ce qui se passe au Moyen-Orient. Il y a seulement une catastrophe sociale épouvantable, des troubles civils, du désespoir et de la violence. Si l’Iran parvient à acquérir des armes nucléaires, il va les utiliser. Nous ne pouvons rien faire pour redresser le Moyen-Orient. Nous ne pouvons que nous protéger des retombées, à commencer par l’acquisition d’armes de destruction massive par un état terroriste. La dernière phrase de mon livre How Civilizations Die (and why Islam is Dying, Too)(Comment les civilisations meurent et pourquoi l’islam meurt aussi) cite l’avertissement de Virgile à Dante, dans le chant III de l’Enfer : « Non ragionam da lor, ma guarda e pasa ». Ne discourons point d’eux, mais regarde et passe !

Source : Egypt and Turkey: Middle East Basket Cases, par  David P. Goldman, PJ Media, 22 novembre 2011. Extrait traduit par Capucine pour Poste de veille

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

island girl 27/11/2011 18:41


Une chose est sure le pays a déja perdu ses touristes et s'enfonce inexorablement .

Gérard Brazon 28/11/2011 12:18



Cela aura des conséquences chez nous! La France n'étant pas une Île sur la planète Mars! (sourire)