L'impossible état palestinien aux côtés d'Israël par Roger Korda

Publié le 21 Mai 2014

Par Roger Korda


Il faut fermement rappeler  que la Charte de l’ONU et les droits internationaux protecteurs des droits de l’homme sont incompatibles avec la Charte Palestinienne ainsi qu’ avec l’islam et ses mosquées.

En effet l’islam  n’est en fait qu’une dictature politique déguisée en religion.

Nous allons maintenant démontrer l’impossibilité légale d’un Etat Palestinien en terre d’Israël.

Ainsi  que la présence et bien entendu la construction de mosquées, centres d’endoctrinements islamiques  qui sont parfaitement illégales au regard du droit démocratique, que ce soit en Amérique en  France et en Israël.

Il se trouve que l’islam comporte trois livres. 
1) LE CORAN 
2) LA SIRA,  biographie officielle de Mahomet écrite par Ibn Hicham mort en 834. 
3) LA SHARIA,  droit coranique qui rapporte dans ses articles le contenu essentiel juridique du Coran et de la Sira. 
Or, il se trouve que la Sharia a été condamnée par la Cour Européenne des droits de l’homme par l’arrêt du 31 juillet 2001 stipulant que « la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme » 
Et cet arrêt a été confirmé par la Grande  Chambre de cette cour le 13 février 2003. 
En effet, la Cour Constitutionnelle a rappelé qu’un tel système (la Sharia) qui avait ses origines dans l’histoire de l’islam en tant que régime politique, s’opposait au sentiment d’appartenance à une nation ayant une unité législative et judiciaire. 
Pour la Cour Constitutionnelle la Sharia serait l’antithèse de la démocratie dans la mesure où elle se fonde sur des valeurs dogmatiques et est le contraire de la suprématie de la raison, des conceptions de la liberté, de l’indépendance et de l’idéal de l’humanité développé à la lumière de la science. 
Ceci posé, nous avons vu  que les articles de la Charte Palestinienne imposent la race arabe dans son Etat à l’exclusion de toute autre origine raciale. 
Ce qui en fait déjà un Etat fondamentalement raciste incompatible avec la communauté internationale. 
Maintenant nous allons expliquer à ces Messieurs détendeurs du droit  que cette insistance obsessionnelle à la race arabe est en fait une ruse. 
Les dirigeants de l’Autorité Palestinienne seront sûrs avec la population arabe qu’il s’agira à 99% de musulmans, c’est à dire « homme soumis » suivant la traduction littérale du terme. 
Et soumis à l’idéologie musulmane, à l’islam où les droits de l’homme et de la femme sont totalement absents. 
Ce qui rendra la population de cet Etat raciste pieds et poings liés à l’autoritarisme de ses chefs sans risquer l’opposition punie de mort dans l’éthique musulmane. 
Des habitants autres qu’arabes risqueraient d’être juifs ou chrétiens, contestataires à la soumission musulmane, ce que les dirigeants veulent éviter à tout prix. 
Maintenant quelques mots pour prouver l’incompatibilité de l’islam avec les droits de l’homme. 
Cette théocratie barbare comporte trois livres. 
1) LE CORAN,  présenté aux musulmans comme livre sacré venant de Mahomet le prétendu prophète via Allah. 
En réalité la constitution politique établissant le pouvoir dictatorial du troisième Calife, Uthman dont il est le commanditaire. 
Il devenait urgent, selon lui, d’établir la hiérarchie des pouvoirs despotiques dans le marbre de la nouvelle société pillarde soucieuse de gérer efficacement ses conquêtes sanguinaires, butins de guerre, en Palestine et ailleurs. 
2) LA SIRA,  biographie officielle de Mahomet écrite sur commande par Ibn Hicham mort en 834. 
Elle a pour charge d’établir la nouvelle éthique d’Etat en publiant complaisamment ses actes de détrousseur, de dévaliseur des tribus arabiques de 622 à 632 accompagnées de rackets, meurtre d’opposants, égorgements en série, mise en esclavage. 
Ses brigandages constituent l’inversement des valeurs universelles présentant le voleur comme « envoyé de Dieu » et le volé comme le « mécréant » qui mérite son sort ainsi que le pillage dénommé « djihad, Guerre Sainte », devoir religieux fondamental de tout musulman. 
3) LA SHARIA,  le droit coranique qui établit définitivement dans la pratique sociétale musulmane la mentalité que l’on retrouve dans la Sira et le Coran soit: 
- Blasphème, puni de mort 
- Apostasie, puni de mort 
- Vol, amputation des membres 
- Adultère, puni de mort par lapidation 
- Statut d’infériorité des femmes, des infidèles, juifs chrétiens dans tous les domaines 
Ce sont quelques unes de ces raisons qu’il faut rappeler  à Monsieur le Ministre Américain et Monsieur le Président de la République Française  qui rendent l’impossibilité légale d’un Etat Palestinien sur la terre d’Israël  ainsi que la présence de mosquées sur un Etat démocratique.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article