l'INSEE, les indices, les statistiques, le populisme et les français.

Publié le 23 Juillet 2010

Les français ont le moral dans les bottes. Ce ne sont pas les discours ambiant sur le chômage et la sécurité qui vont lui rendre le sourire aux français.

Après la pitoyable prestation des millionnaires du foot aux comptes en banque inversement proportionnel à leur qualité morale pour la plupart, suivi de prés par l’affaire Bettencourt qui, elle même, est en concurrence avec le tour de France, on peut s’attendre, suite de "ces affaires" qui passionnent la planète entière que les français n'ont pas le moral. Qu’importe, il faut vendre du potins, du people et si possible un peu graveleux. Au journal d'hier j'ai été ravi d'apprendre qu'un starlette avait dépensé 10000€ de fripes avenue Montaigne. D'autres français sont certaimement content pour elle en se cuisinant les même pâtes et riz que d'habitude. Ah c'est vrai, c'est populiste de le dire! Désolé. 

Alors, les ménages français sont aussi pessimistes sur la situation économique en juillet qu'en juin, l'indicateur qui mesure leur moral s'étant stabilisé "à un bas niveau" (-39 points), a annoncé jeudi l'Insee.

L'indicateur qui résume l'opinion des ménages sur la situation économique a baissé depuis le début de l'année, chutant de 9 points depuis janvier, selon l'Institut national de la Statistique.

Pour couronner le tout, les français n’étant pas tous actionnaire de l’Oréal, loin s'en faut et encore moins photographe de Lyliane Bettencourt à 1 milliard d’euros comme le sieur Banier, il s’avère qu’en juillet, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle se dégrade (-2 points, à -28) mais, quel bonheur, il semble nous dit cet institut que  leur opinion sur leur situation financière personnelle future est stable, tout comme sur l'opportunité de faire des achats importants.

          Pourtant, les français auraient moins d’inquiétudes, non pas parce qu’ils auraient quelques amis, des copains un peu coquins bien placés mais parce que leur inquiétude sur l'avenir de l'économie française s'atténue légèrement. En baisse depuis le début de l'année, les perspectives d'évolution du niveau de vie en France progressent un peu (+2 points par rapport à juin), tandis que l'opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France reste stable, à un très bas niveau. Nous voilà rassuré n’est-ce pas.

       Que dire de ce Monsieur Owen Jones PDG de l'Oréal de 1988 à 2006, 64 ans qui à reçu en 2009,  2 millions d'euros de salaire annuel comme président non-exécutif du leader mondial des cosmétiques, et "touche déjà une retraite de 3,3 millions d'euros par an", nous apprend le magazine économique Capital.

 

            C’est merveilleux les indices, les statistiques, cela fait réfléchir sur les réalités qu’appréhendent nos responsables politiques.

          "Si les français sont moins inquiets, c’est que la politique est bonne disent les uns, oui mais vous ne tenez pas compte de ceux qui sont au bas de l’échelle et qui souffrent disent les autres. Et inversement en fonction de ceux qui sont au pouvoir.

  

         Ceux qui souffrent ? Comment peuvent-ils imaginer ce qu’est souffrir lorsque les indemnités de ces personnes sont plus proches des 15000€ sans les à côtés que des 900€ net d’un Smicard.

         Mais cela il ne faut pas le dire parce qu’il paraît que c’est... populiste et que cela fait monter l’extrême droite. Vous savez, ceux qui sont « les heures sombres de l’histoire » et qui représentent également des idées « nauséabondes », autre mot que l’on nous sert à toutes les sauces ces 20 dernières années.

 

          Ah, on ne vit pas un monde facile à comprendre. En attendant, hier matin, j’ai été touché par une auditrice, en direct sur RMC qui soudain, a fondu en larmes et a dit toutes sa souffrance justement, le manque d’argent, les gosses qui ne partent pas en vacances, les écoles à payer par rapport aux millionnaires du foot, à ceux qui brûlent, qui pillent et tuent des flics. Elle s’est vidée comme une fontaine, mélangeant tout certes, mais toujours avec un fil conducteur. Vous parlez de gens qui gagnent des millions en les plaignant presque parce qu’ils sont devant un juge, l’un pour avoir couché avec une mineure, l’autre pour avoir mis la main dans le sac, il y en a même un à qui l’on a donné un milliard d’euros monsieur. Nous, on est rien, nous on a rien, on cache à nos enfants que l’on n’a pas d’argent et pourtant monsieur, on travaille tous les deux.

         J’ai été touché par cette femme qui pleurait et qui vidait son sac avec des mots simples, avec beaucoup de dignité. Elle disait sa vérité. Alors, est-ce que cette dame est parmi les inquiètes de l’INSEE et de ces statistiques. J’en doute. Elle est sûrement à rangé parmi les millions de français, jeunes et vieux que j’ai entendu dans la boulangerie, dans les pharmacies, dans les rayons des supermarchés qui se voient ponctionner de plus en plus, y compris dans les pharmacies justement qui remboursent de moins en moins.

         Ils parlent dignement, le plus souvent lèvent les yeux au ciel, mais ils souffrent le plus souvent dans ce silence révélateur d'un grand malaise qui semble être ignoré. Ils souffrent pendant que des responsables font les rigolos sur les chaînes de télé ou d’autres encore, bénéficient d’aides sociales pour leur 3 femmes, 15 enfants avec la CMU par-dessus le marché et se plaignent aux heures de grandes écoutes. Mais chut, c’est populiste.

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Gérard Brazon 23/07/2010 16:34



Buvons mes amis mais... boire ou conduire, il faut choisir! (sourire). N'étant plus fumeur ma foi, cela me dérange moins. Pour autant, vous soulevez une vraie question sur la liberté de choix.
L'Etat au nom de notre santé devient de plus en plus intrusif dans nos comportements. Les gros ou les obèses sont en général assez pauvres (que certains appelle "classe moyenne basse?) du
fait qu'ils mangent plutôt des frites et des pâtes que les 5 fruits et légumes bien trops chers pour les bourses de la plupart des français.


Par ailleurs il est laxiste sur d'autres sujets comme de sanctionner les patrons qui emploient des travailleurs clandestins, plutôt souple sur la délinquance à col blanc mais présent partout sur
les routes de France pour la chasse aux conducteurs qui dépassent de 5kmh la vitesse autorisée. C'est plus facile sans doute sauf quand un Luigi au cerveau "petit pois" fonce dedans.


Bien à vous.



mapea 23/07/2010 11:31



Bonjour ,


Liberté -Egalité: ce doit être au nom des ces principes que


- les fumeurs de tabac licite et taxé par l'Etat n'ont plus le droit de fumer nul part . Bientôt il y aura des milices aux terrasse des cafés
pour  surveiller nos cigarettes .


- on nous rabache les oreilles qu'il faut manger 5 fruits et légumes par jour , car l'Etat
"omniprésent" est très inquiet pour notre santé !!........en pleine crise économique quand un kg de tomates ou d'abricots est plus cher qu'1 kg de frites


- et c'est toujours au nom des ces principes de sauvegarde de l'humanité française que notre chère Ministre de la SANTE propose d'ouvrir
des sallles de SHOOTING!!!! 


Et pourquoi pas transmettre directement les fichiers de la police sur les  "drogués " au Dealers pour les aider dans leur
trafic.


Mr Sarkozy ,par l'intermédiaire de son ministre ,devraindra le chef de la Mafia , du Deal ,


Alors buvons , mes amis !!!