L'Iran passerait à l'action en Occident

Publié le 24 Avril 2013

images (2)Ce matin un rabbin agressé par « un fou » musulman d’origine iranienne, suffisamment lucide pour choisir sa cible.
Les attentats de Boston ont été perpétré par deux tchétchènes financés et entraînés par le Hezbollah et soutenu financièrement par l’Iran.

 

Risque-t-on en France une vague d’attentats semblables aux attentats de l’année 1986?

Les années sanglantes 1985 / 1986 en réponse à la présence française au Liban marque le début de la terreur dans l’hexagone.
Le Hezbollah soutenu par l’Iran, souhaitait chasser les occidentaux du Moyen Orient. Ce fut chose faite, après une série d’attentat dans Paris faisant plus de 120 blessés et de 20 morts, la France abandonne les libanais. L’attentat du Drakkar du 23 octobre 1983 avait déjà fait trembler la France causant la mort de 241 personnes.

Le risque est élevé. Tous les jours en France des attentats sont déjoués par les services secrets français, comme récemment à la station RER Auber. La France ne manque pas de travail:
l’immigration massive en provenance du monde islamique offre jour après jour de nouveaux défis à relever. 
La question tabou est: le ministère de l’intérieur peut-il gérer une émeute semblable à celle de 2005 couplée à une vague d’attentats jihadistes?

Rien n’en est moins certain.

Pourquoi l’Iran passe-t-il à l’action?

Aujourd’hui, la présence française en Syrie par l’intermédiaire du soutien à des groupes islamo-rebels dérange profondément l’Iran. La Syrie étant le chaînon reliant le Liban et l’Iran, faire tomber la Syrie entre les mains du Qatar et des Saoudiens, ne laisserait plus d’alternatives autres à l’Iran que de déclencher une guerre, dont par exemple, une invasion de l’Irak. L’Irak deviendrait alors la zone tampon de l’Iran et l’Iran pourrait par l’intermédiaire de groupes terroristes, attaquer les installations pétrolières américaines parasitant le business américano-sunnite.  L’Iran gagnerait du temps sur son programme nucléaire.
L’interet nucléaire de l’Iran est bien évidemment de renverser les forces en présence au Moyen-Orient: Israel ne serait plus le seul pays nucléarisé. Les anti-israel du monde arabe verront en l’Iran un allié sur lequel compter et d’autres pays comme l’Egypte ou l’Arabie Saoudite tenteront de le concurrencer. Israel et l’Europe risqueraient alors d’être frappées par n’importe quel jihadiste en démonstration virile.

En Asie, l’Iran fait son nid.
La Corée du Nord, alliée elle aussi à l’Iran semble gonfler les pectoraux en déclarant vouloir réactiver son programme nucléaire. Une démonstration de force proche de l’agitation, qui sert bien évidemment l’Iran et popularise le non respect des normes internationales, notamment du traité de non-prolifération nucléaire. La Chine récemment, vient de vendre 
un troisième réacteur nucléaire à Islamabad. Les Porte-parole des ambassades chinoises et pakistanaises n’ont pas pu être joints pour commenter ce dossier.

En Amérique du Sud, l’Iran se répand
On se souvient des accolades et embrassades entre Ahmadinejad et Hugo Chavez, tous deux unis par le rejet de la politique américaine. L’Iran vient actuellement d’accomplir un franc rapprochement avec l’Argentine et la Colombie. Le hezbollah quant à lui est extrêmement bien implanté dans les réseaux mafieux de la drogue au Mexique. Cela lui permet de financer une partie de sa branche militaire et sans aucun doute, le train de vie de Nashrallah.

Les soudoyés européens
L’Iran allié aux russes finance et organise l’érection de personnalités européennes à l’apparence « grandes gueules » dont l’objectif est de mobiliser la rogne populaire contre essentiellement les juifs et les professionnels de la politique. Ainsi en Belgique un nouvel agent iranien vient d’arriver sur la scène politique, un certain Laurent Louis. En France nous avons le triptyque Chatillon-Dieudonnée-Soral mariés à la cause et à l’argent iranien depuis plusieurs années. Le comptable du FN, monsieur Peninque, qui a ouvert un compte à Singapour à Cahuzac doit surement savoir où va l’argent des collaborateurs iraniens. En Italie, le clone saltimbanque du triste Dieudonné, monsieur beppe Grillo, entretient un discours pro-iranien, antisémite radical, »anti-système » et vulgaire (« VDay » = jour du Vas te faire enculer). Sa femme est d’ailleurs iranienne. Il est quant à lui aux portes du parlement.

Pronostiques possibles quand à l’avenir de l’Iran
Plus l’Iran gagne du temps plus la guerre froide haute tension va prendre de l’ampleur. Attentats ici ou là, une synagogue brulée, une ambassade ouverte à l’explosif, une bombe chimique dans le RER, tout est permis à la hauteur de ce que l’Iran décidera de faireen Europe. L’Iran ne veut pas plier et refuse de céder aux pressions anglo-américaines liées au tracé de la route des oléoducs. Car là est le nœud  si l’Iran laisse son territoire être traversé par les Oléoducs américains (qui traversent déjà l’Irak), l’Iran deviendrait alors un partenaire bien plus fréquentable, comme l’est actuellement l’Arabie Saoudite (premier financier du jihad dans le monde).
A l’inverse, si les mollahs refusent ils seront tôt ou tard remplacés par une jeunesse pro américaine et bien plus souple « question business ».

Une guerre idéologique:
L’Iran cherche à scinder le monde en deux, pro américain, anti-américain. Il espère ainsi émouvoir dans sa chute probable, l’ensemble des régimes bien souvent anti-démocratiques et alliés objectif de la Russie. Car évidemment, les Russes ont tout intérêt à soutenir la diabolisation des USA et à maintenir des rapports étroits avec les islamo-fascistes (Syrie, Iran, Hezbollah) là où les USA préfèrent les Wahabbites.
Le soutien logistique des russes aux attentats du 11 septembre est d’ailleurs une thèse rarement exploitée et pourtant bien plus plausible que l’auto-mutilation américaine. Thierry Meyssan, premier diffuseur de la thèse révisioniste autour des attentats du 11 septembre vit actuellement au Liban et travaille pour le Hezbollah. Pur hasard? Peu probable. 
Il faut savoir que la subversion est LA technique de déstabilisation made in Russie. Le KGB a d’ailleurs fortement influencé la destruction des modèles traditionnels européens via les réseaux journalistiques communistes comme l’explique Yuri Bezmenov dans une conférence donnée aux USA dans les années 90. Doit-on rappeler que le KGB est aussi à l’origine de la création du « Che Guevara arabe », Yasser Arafat? 

Israël pourrait faire les frais de l’escalade Irano-américaine. Nous le serons bien assez tôt, le règne de Bashar Al Assad semble toucher à sa fin.

Si il n’y a pas de lobby plus puissante que celui du pétrole aujourd’hui dans le monde, Israël pourrait-elle profiter de ce postulat pour changer le regard des télévisions européennes sur la question israelo-palestiniennes?

Il y a de fortes chances que le quai d’Orsay se « prenne d’affection » pour Israël pays aujourd’hui producteur de gaz et de pétrole,  oubliant en quelques années, l’avenir très improbable de ce peuple crée en 67, front médiatique arabe, répondant au nom anachronique de « peuple palestinien ». 
 Enfin à la question de la survie du peuple européen sous influence mercantile/multiculturelle américaine d’un coté et sous influence islamisante et néo-fasciste Russe de l’autre. La guerre froide est loin d’être terminée.

 

Axel Rehouv’ pour Europe-Israel.org

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article