"L'islam c'est quand il dort. L'islamisme c'est quand il est en mouvement"

Publié le 17 Septembre 2014

Décapitation des infidèles: "Comment Allah guérit les coeurs des croyants"

Par Raymond Ibrahim

Un autre très bon article de Raymond Ibrahim qui fait le parallèle entre ce qui se passe aujourd'hui en Syrie et en Irak (mais également au Nigéria et ailleurs) et la manière dont étaient traités les non-musulmans par le "modèle parfait" qu'était et qu'est toujours Mahomet pour tous les musulmans.

Autrement dit, comment les actes barbares commis par ceux qu'on continuent de dénommer "islamistes" ou "extrémistes" sont justifiés par l'islam véritable et par la tradition islamique telle que l'a laissée Mahomet, le prophète des musulmans.

 

Pour comprendre pourquoi l'État islamique non seulement décapite ses captifs "infidèles", mais aussi mutile et se moque de leurs cadavres par leurs rires sadiques, il suffit de se tourner vers le coran et les actes de Mahomet. 

 

Le coran exhorte les croyants: 

" Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les coeurs des croyants. Et il fera partir la colère de leurs coeurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est omniscient et sage" (coran, versets 9: 14 et 9:15). 

 

Comme d'habitude, pour comprendre la signification d'un verset et en saisir le contexte, il faut se tourner vers la sira (la biographie) et les hadith (la tradition laissée par Mahomet). 

 

Ainsi, nous avons le récit de la mort d'Amr ibn Hisham, chef des banu Makhzum, chef arabe païen connu comme "abou Hakim" (père de la Sagesse) jusqu'à ce que Mahomet le surnomme "abou Jahl" (père de l'Ignorance) à cause de son opposition farouche à l'islam. 

 

"Amr avait été mortellement blessé par un nouveau converti lors de la bataille de Badr. Abdullah ibn Massud, un proche compagnon de Mahomet, a vu le chef "infidèle" s'effondrer. Alors il est allé vers lui, a posé fièrement son pied sur la poitrine du mourant, l'a saisi par la barbe et lui a tranché la gorge. Il porta la tête à Mahomet et la jeta par terre devant lui. Mahomet se prosterna et rendit hommage à allah" [at- Tabari, La Chronique Tome II: Mohammed, sceau des prophètes]. 

 

Autre version, celle d'ibn Khatir dans son "al-Bidaya wa al-Nihaya ("le Commencement et la Fin»), une des sources les plus autorisées sur l'histoire de l'Islam: 

 

"Après cela, il [Abdullah ibn Massud] lui a coupé la tête et la plaça entre les mains du prophète. C'est ainsi qu'allah guérit les cœurs des croyants". 

 

Ce qui constitue la véritable exégèses des versets 9: 14-15: 

" Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les coeurs des croyants. Et il fera partir la colère de leurs coeurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est omniscient et sage". 

 

La logique ici est que les pieux musulmans sont tellement remplis de zèle pour la cause d'allah que la seule façon de calmer leurs "cœurs enflammés" et leur donner du répit est de voir ceux qui s'opposent à allah et son prophète humiliés, mutilés, décapités. Alors les cœurs des croyants peuvent être soulagés et "guéris". 

 

C'est sûrement l'une des raisons de la diffusion par l'Etat islamique de ces vidéos sanglantes et de ces photos de victimes: le nouveau Califat tente de guérir le cœur de chaque croyant enflammé pour la cause d'allah. 

 

Si cela vous semble trop tiré par les cheveux, pensez à cette image d'un "infidèle" décapité, diffusée sur les sites web de l'Etat islamique. La légende en arabe à gauche dit "guérison pour les cœurs", une référence claire au verset coranique ci-dessus. 

 

 

Les versets 96:15-16 font également allusion au sort de Amr et offrent un autre contexte applicable à l'État islamique: 

 

" Mais non! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet, le toupet d'un menteur, d'un pécheur". 

 

Selon le tafsir (exégèse) de l'imam al-Alusi: 

"Après qu'Abdullah ait mis le pied sur l'ennemi mourant, celui-ci ouvrit les yeux et il l'a reconnu. Le fier chef s'est alors lamenté d'avoir été tué par un éleveur de chèvre, à quoi Abdullah a répondu: L'islam élève et rien n'est plus élevé que lui. Il lui a ensuite coupé la tête. Mais comme il ne pouvait pas la porter, il fit des trous dans les oreilles et plaça un fil en travers et il a traîné la tête jusqu'au prophète". 

 

En se référant aux récits concernant le traitement infligé à Amr ibn Hisham tel qu'ils nous ont été transmis par les principaux textes islamiques (coran, hadith, sira et exégèses), tous les actes sadiques menée par l'État islamique ont été commis par les premiers musulmans et tous avec l'approbation totale de Mahomet. Ils comprennent: 

• les décapitations et mutilations (sadisme poussé jusqu'à imaginer de faire des trous dans les oreilles d'Amr), 

• les humiliation et gestes de triomphe (pieds sur la poitrine de la victime, corps traînés au sol, tête tenue fièrement dans la main), 

• les rires, la moquerie et la mise en scène (célébrations "pour guérir les cœurs des croyants"). 

 

En effet, avec l'image ci-dessus de "guérison des cœurs", on comprend mieux les autres photos prises sur les sites web de l'Etat islamique et dans quelle mesure elles sont conformes aux récits décrivant la mort de Amr. 

 

Notez que comme le montrent les images suivantes, pour démontrer que les ennemis de l'Islam ont été "châtiés et couverts d'ignominie" comme il est dit au verset 9:14, les membres de l'Etat islamique placent leurs pieds sur les cadavres allongés au sol, dont la plupart ont d'abord été décapités. Notez également comment le drapeau noir de l'Islam est toujours omniprésent, levé au-dessus des "infidèles", de manière à rappeler que "l'islam élève et rien n'est au-dessus de lui", rappelant le geste d'Abdullah posant son pied sur sa poitrine, avant de décapiter Amr. 

 

 

 

 

L'image suivante n'est pas sans rappeler la façon dont la tête de Amr a été traitée. Dans ce cas, il s'agit d'un corps décapité qui est "dégradé", mutilé et traîné au sol: 

 

 

Les deux images suivantes sont d'un intérêt particulier, par l'utilisation relativement obscure du mot arabe haz (coin gauche), qui signifie littéralement "inciser", pour décrire la décapitation des "ennemis de l'islam". Le mot arabe standard utilisé généralement pour dire couper, trancher ou pour une décapitation est qata'. Le mot utilisé ( haz ) est le même mot trouvé dans la toute première littérature parlant du djihad, ce n'est donc pas une coïncidence mais une indication de la source d'inspiration: les écritures des origines de l'islam. 

 

 

 

En bref, non seulement les membres de l'État islamique se modèlent de très près à Mahomet (le verset 33:21 exhorte les croyants à l'imiter dans ses moindres faits et gestes), mais en plus, ils trouvent comme un soutien dans leur prophète, même pour le plus sadique des détails de leurs actes. 

 

Il n'est pas surprenant que les musulmans connaissent ces récits datant de l'origine de l'islam. Après tout, l'hagiographie de la bataille de Badr, y compris l'histoire de la mort d'Amr, est systématiquement glorifiée à travers le monde dans les sermons des mosquées, sur les stations-satellite islamiques et dans les textes islamiques. C'est une source de grande fierté pour les musulmans. 

 

Ainsi, lorsque de jeunes musulmans expriment leur colère et leur frustration face à la situation du monde islamique, leurs imams les conseillent d'aller faire le djihad en Irak et en Syrie et décapiter un infidèle, pour "guérir leurs cœurs". 

 

(Peut-être est-ce pour cette raison qu'une ex-star du rock britannique convertie à l'islam est si désireux de décapiter les chrétiens? Peut-être est-ce pour cela qu'un djihadiste a sauvagement arraché le cœur d'un soldat syrien tombé, pour "guérir son propre cœur" et assouvir sa rage contre les ennemis d'allah?). 

 

Ces musulmans rejoignent le djihad, et non seulement ils décapitent, mais ils mutilent, humilient, et rient des ennemis d'Allah en disgrâce - dans l'émulation parfaite de ces histoires sanglantes de gloire islamique dont ils ont été bercés toute leur vie. 

 

 

C'est le vrai culte du djihad que seulement peu de non-musulmans peuvent commencer à comprendre, ce qui n'est pas étonnant, étant donné que leurs dirigeants politiques, leurs professeurs et les médias continuent à bafouiller bêtement sur la manière dont l'islam est "religion de paix". 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article