L’islam et le cadavre putride de Mahomet - Par Pascal Hilout né Mohamed.

Publié le 26 Juillet 2013

Voici le témoignage poignant d’une Yéménite de 11 ans, trouvé sur Facebook. Je l’ai traduit et sous-titré pour que nos lecteurs français ne puissent pas dire « Nous n’étions pas bien informés sur l’islam et ses pratiques ». La fillette fugue et dénonce ses parents qui ont voulu la marier. Ils le font en toute ‘légalité’, selon  la coutume et la pratique islamique, bel et bien héritée du pédophile en chef, Mahomet.

Par Pascal Hilout né Mohamed pour Riposte-Laïque

 

-

Et puis il y a la répétition de la même erreur par les progressistes

Mais voilà que beaucoup de militants des pays musulmans, sur Facebook et ailleurs, s’en prennent encore et encore aux pouvoirs successifs et au « Délire des vieux barbus », à ces muftis, gardiens de la loi islamique au lieu de s’attaquer au législateur en chef, à Mahomet et au commun de ses adeptes, tous attachés comme ils le sont encore à la vénération de cet ignoble personnage. Mahomet a non seulement défloré Aïcha à l’âge de neuf ans, mais aussi interdit à ses neuf femmes de se remarier. Aïcha n’avait que 18 ans à la mort de Mahomet. Elle est restée veuve jusqu’à sa mort, à un âge avancé. Oui, les musulmans, tous les musulmans, continuent de vénérer un tel monstre.

Voilà où se situe la monstruosité islamique et le mal endémique auquel les progressistes de tout poil et de tout horizon tardent à s’attaquer.

Il est grand temps que les progressistes, d’ici et d’ailleurs, dénoncent l’islam et les pratiques islamiques héritées de Mahomet puis consacrées par le Coran et par ceux qui vénèrent le Coran et Mahomet, noyau dur de l’islam, commun à TOUS les musulmans.

Ça pue le cadavre ! Il est grand temps de procéder à l’enterrement définitif de Mahomet et du culte qui lui est rendu. Pour l’amour que nous devons à ces petits êtres, à ces petits anges comme Nada al-Ahdal, je suis prêt à prononcer l’oraison funèbre.

Pascal Hilout, ex-Mohamed

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article