L'islam inspire la méfiance et la crainte en France.

Publié le 8 Janvier 2011

             Ce qu'il faut savoir c'est bien évidemment le défaut d'intégration de l'islam dans nos pays démocratiques européens et singulièrement pour la France dont la laïcité est une des bases de sa constitution.

Qui est responsable  de ce défaut d'intégration? L'islam en tant que religion ou la République française? Les deux tout simplement. La république et ses dirigeants de droite comme de gauche.

Nos dirigeants qui ont perdu le sens de l'Histoire et se courbent devant la bien pensance gauchisante et autres associations droits-de-l’hommistes. Des politiques qui ont honte de leur Histoire ne peuvent pas être fiers de leur pays, de son drapeau et de son hymne.

L'islam ensuite qui, devant les abandons systématiques d'une volonté d'assumer son passé au minimum et l'offre faîte de la part des politiques au prosélytisme islamique, ne fait que suivre sa pente naturelle qui est la conquête des territoires au profit de l'islam.  Aucun de ces politiques n'a conscience que l'islam est d'abord un système politique et juridique avant d'être une croyance en un Dieu.

 

          En clair, l'islam se propage à grande vitesse sur un terrain abandonné par les Chrétiens de France et les politiques y compris de la gauche laïcarde que je ne confond pas avec notre Résistance pour la Laïcité comme maison commune ou la sphère publique serait en dehors du religieux et donc le religieux cantonné au privé. La gauche laïcarde ne voit le danger que chez les chrétiens et considère l'islam et ses croyants comme un nouveau prolétariat.

 

         L'islam n'a plus aucune limite ni même de freins. Ces exigences sont devenues permanentes. Les abandons sur la laïcité ne cessent plus : le halal dans les écoles laïques, les panneaux d'affichages ouvertement discriminatoires, des restaurants d'entreprise halal ou séparés des non musulmans, des salles de prières également ainsi que dans des lycées, des ségrégations envers les femmes, des mosquées de plus en plus grandes avec minarets, etc. La liste est longue, trop longue.

L'islam n'est pas un exemple de démocratie puisque Allah et Mahomet sont le centre de vie de tout « bon musulman ». Exit la liberté d'expression, l'égalité des sexes, le changement de religion ou de ne pas en avoir.

Notre travail d'informations, tous les blogs et sites confondus, a fait que les français réalisent peu à peu l'ampleur des dégâts. Ils réagissent fortement et ce n'est pas fini. La Laïcité fera partie des thèmes qui feront les élections de demain. L'UMP ferait bien de s'en rendre compte avant qu'elle se fasse déborder par le Front National.

 

Gérard Brazon

 

L'islam inspire la crainte en France comme en Allemagne

Par Constance Jamet

        Quarante pour cent des Français et des Allemands estiment que l'islam représente «plutôt une menace», selon un sondage du Monde. Les sondés dénoncent en priorité l'échec de l'intégration des communautés musulmanes.

           Jugement sévère sur l'islam des deux côtés du Rhin. Un sondage de l'Ifop, publié mardi par Le Monde, révèle que la communauté musulmane représente «plutôt une menace sur l'identité de leur pays» pour 40% des Français et 42% des Allemands. Seuls 22% des Français et 24% de leurs voisins voient dans l'islam «un facteur d'enrichissement culturel». Ces réserves sont quasiment homogènes quelques soient les classes d'âge en France. Entre 41% et 44% des sondés de 25 à 65 ans partagent ce constat. Seule exception les jeunes de 18 à 24 ans. Seuls 28% d'entre eux se déclarent inquiets. En Allemagne, la tendance est au contraire inversée. Les plus méfiants sont les jeunes, à 47%. La génération née avant 1945 ne fait part de craintes que dans 36% des cas.

          Des deux côtés de la frontière, plus de deux-tiers des sondés dénoncent avant tout le manque d'intégration des communautés musulmanes. Un échec imputable aux principaux intéressés, selon 61% des Français et 67% des Allemands. Viennent ensuite les différences culturelles pour 40% des interrogés hexagonaux et 34% du panel germanique, puis le fait que les personnes d'origine musulmane soient regroupées dans certains quartiers et certaines écoles. Le racisme et le manque d'ouverture de certains Français et Allemands arrivent en quatrième position pour 18% des tricolores et 15% de leurs voisins.

Le poids des débats politiques nationaux

           Sans surprise, l'image de l'islam est sombre. Un tiers du panel lui associe en priorité le label «rejet des valeurs occidentales». Ce score a bondi en France. En 2001, ils n'étaient que 17% à le penser. Par le passé, les expressions les plus citées étaient «fanatisme» et «soumission», rappelle Le Monde.

         La similarité des résultats interpelle. «Malgré une histoire coloniale, une immigration et des modes d'intégration différents, le constat, dur et massif, est le même dans les deux pays», note Jérôme Fourquet, qui a réalisé l'étude. Il voit dans ce phénomène l'influence des discours politiques. Pour l'anthropologue Dounia Bouzar, interrogée par Le Monde, ce durcissement peut être lié aux responsables politiques. De droite comme de gauche, ils fustigent des aspects de l'islam, qui ne sont véhiculés que par les musulmans radicaux.

Or,en Allemagne, où vivent 4 millions de musulmans dont 2,5 millions d'origine turque, comme en France, le débat sur la place de l'islam dans la société est au centre des préoccupations politiques. Outre-Rhin, la chancelière Angela Merkel a levé un tabou en affirmant que le modèle multiculturel dans lequel cohabiteraient harmonieusement différentes cultures avait «complètement échoué». Sans oublier le pamphlet anti-islam écrit par un ancien dirigeant de la Banque centrale allemande, Thilo Sarrazin, vendu en quatre mois à 1,25 million d'exemplaires. Dans l'Hexagone, l'été a été dominé par les questions d'identité nationale et d'interdiction du voile intégral avant que le Front national ne mette en avant les prières de rue. Le poids des débats nationaux est notamment visible sur le thème du voile dans la rue. 59% des Français y sont opposés désormais. En 2003, ils n'étaient que 32%.

LIRE AUSSI :

» Lire l'intégralité de l'enquête de l'Ifop

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Jean Valette ou "Johanny" 08/01/2011 20:45



La gauche laïcarde du style "à bas la calotte" se réjouit de la montée de l'islam pur et dur sans même se rendre compte qu'en islam les athées sont traités d'une manière bien pire que les
chrétiens.



Gérard Brazon 09/01/2011 13:59



Ce sont des imbéciles. Il faut le savoir. Les laïcards sont des moineaux et l'islam leur coupera les ailes et les mettront en cage avant mêmes les croyants.



island girl 08/01/2011 15:08



Tout à fait d'accord avec Francis Neri au sujet d'Israel.



Gérard Brazon 09/01/2011 14:00



J'approuve également.



Francis NERI 08/01/2011 14:12



Il n'est à mon avis plus temps, ni même nécessaire de créer un nouveau parti, ce serait un suicide pour nos idées et pour l'avenir de nos enfants, car 2012 sera une échéance clé et si l'union des
patriotes ne se fait pas en gommant certaines différences avant tout idéologiques, un des deux partis traditionnels reviendra au pouvoir...et ce sera la guerre civile


Le clivage gauche droite, c'est terminé je suis militant UMP et, ma foi je suis loin d'être contre un deal avec Marine Le PEN si elle était en charge de son parti et qu'elle affiche clairement
son hostilité envers les dérapages de son père, tout particulièrement envers le sionisme et Israël qui reste pour moi le fer de lance de l'Occident dans la lutte contre l'islamisation du monde,
malgré les dérapages actuels constatés en particulier au sein de la gauche israélienne et européenne, dont Marine Le Pen ferait bien de se méfier et éviter de fréquenter.   



Gérard Brazon 09/01/2011 13:58



Je partages ton avis Francis! Il est trop tard pour faire un parti politique. Ce qu'il faut c'est à l'intérieur de son propre parti politique faire bouger les lignes. Certes, ceux qui sont au PS
ou au PC ou chez les verts, auront plus de mal que ceux qui sont à Droite. Mais n'imaginez pas que c'est facile. Le nombre de fois que je me fais insulter par mes "amis politiques" est
conséquent. (sourire)



island girl 08/01/2011 11:43



Pur racisme ?!! !!non je ne pense pas ,j'ai des amis  métis,mon neveu,ma grand mère ...et le front avec Marine Le pen ne nous fait pas peur,il faut dire que nous avons beaucoup de bon sens ,
nous sommes dynamiques ,nous respectons les autres mais nous ne nous laisserons pas marcher sur les pieds ...



Gérard Brazon 09/01/2011 13:55



Le Front National? Ce n'est pas la panacée. Le FN n'a pas toujours montré des signes d'intérêts pour la laïcité. Cela dit, si la laïcité devient un paramètre du programme FN, je ne vais pas m'en
plaindre en espérant que les partis de droite ne s'en laisse pas déposséder comme ils l'ont fait pour le drapeau et l'hymne national. cqfd.



BIDAUX Marie 08/01/2011 11:31



IL SERAIT  TEMPS ! LA QUESTION EST :  N 'EST IL PAS TROP TARD ?



Gérard Brazon 09/01/2011 13:53



Je crois que non si nous arrivons à faire comprendre aux politiques qu'il en va de leurs intérêts. C'est triste mais c'est la réalité!



Topaze 08/01/2011 11:12



L'Islam véhicule un rejet de l'occcident et un racisme hors-norme...!


Les Européens continuent de croire à un changement profond de celui-ci, par la joue tendue, Ils raisonnent en Occidentaux et l'Islam n'est pas de "CETTE PENSEE LA OU DE CETTE MOUVANCE LA"....Tout
ce qui n'est pas musulman est dhimmi, esclave où à chasser de leurs terres islamistes...!


La Droite ou la Gauche française sont et surtout seront tenus comme responsables de la disparition de l'Europe Démocratique....!


Le FN lui est dans le pur racisme...je ne peux le rejoindre, même s'il dit certaines vérités...!


Il nous faut un nouveau parti qui défende le Drapeau Français, l'éthique et le refus de la soumission à l'Islam!


 



Gérard Brazon 09/01/2011 13:52



Cette évidence peu à peu pénètre les esprits. J'ai l'espoir et ce blog en est témoin que nous allons contrôler le fascisme vert. Non seulement le contrôler mais le vaincre. Y compris contre les
collabos et les dhimmis.