L’ORNIÈRE DES AIDES SOCIALES. Par Sylvain Charat

Publié le 3 Décembre 2012

Par Sylvain Charat des Contribualbles associés

L’ORNIÈRE DES AIDES SOCIALES

En 2009, 11,2 millions de français ont bénéficié d’aides sociales pour un montant total de 59,5 milliards d’euros selon l’Insee. Cela équivaut au budget de l’Education nationale soit 1/5 du budget de la France.
Ces 11,2 millions de bénéficiaires ont des familles (parents, épouses, enfants, etc…). Ce sont donc au total plus 35 millions de personnes qui bénéficient, d’une manière ou d’une autre, des aides sociales, c’est-à-dire plus de 50% des français.

Etant donné l’importance de ces chiffres, est-il possible de sortir de l’ornière des aides sociales afin de réduire les dépenses publiques ? La réponse à cette question doit tenir compte du principe économique sur lequel tout le modèle social français est bâti : la redistribution. En effet, tout cet argent redistribué sous forme d’aides sociales a pour objectif théorique d’égaliser, autant que faire se peut, les revenus des français afin d’améliorer les conditions de vie.

Une autre question se pose alors : le modèle social français, au prix où il coûte aux contribuables, fonctionne-t-il ? La réponse à cette question-ci détermine la réponse à la première question : s’il fonctionne, il n’y aurait aucune raison d’en sortir et de réduire les dépenses publiques ; s’il dysfonctionne, il faudrait prendre d’autres voies car il ne serait pas responsable, en matière de politiques publiques, de fourvoyer la nation dans des impasses économiques.

Pour savoir si notre modèle social français fonctionne, prenons trois indicateurs qui permettront de le juger sur des résultats concrets : le taux de pauvreté, le revenu de solidarité active (RSA) et les « Restos du Cœur ».

Premier indicateur, le taux de pauvreté pris sur 20 ans et qui fournit un constat étonnant. En 1990, 13,8% de la population française était considérée comme pauvre, soit 7,9 millions de personnes sur une population totale de 57,3 millions. En 2009, le pourcentage de pauvreté a légèrement baissé puisqu’il est de 13,5%, mais cela représente 8,7 millions de personnes sur une population de 64,7 millions. Sur 20 ans, la pauvreté n’a pas diminué. C’est un premier constat d’échec.

Deuxième indicateur, le RSA qui a repris le flambeau du RMI, les deux noms recouvrant une même aide sociale rendant ainsi possible une observation sur la longue durée. Créé en 1989, le RMI a bénéficié cette année-là à 370000 personnes. En 2009, exactement vingt ans plus tard, 1,697,357 personnes percevaient le RSA, soit une augmentation de 359 %. C’est un deuxième constat d’échec.

Troisième indicateur, les “Restos du Cœur” qui ont été créés en 1985. Durant l’hiver 85-86, ils ont distribué 8,5 millions de repas. Lors de l’hiver 2010-2011, ce sont 109 millions de repas qui ont été servis, soit une augmentation de 1282 % en 25 ans. C’est un troisième constat d’échec.

Force est de constater, sur le terrain, que le modèle social français qui a pour but d’améliorer les conditions de vie des français,  ne fonctionne pas. La question qui vient à l’esprit est : pourquoi ?

Il existe une explication économique à cet état de fait. Tel qu’il est conçu, notre système social ne crée pas de richesse ; pire, il incite à ne pas créer de richesse. En dépit d’une intention qui reste en théorie généreuse – aider autrui -, le modèle social français a mis en place une trappe à pauvreté : une fois tombé dans cette ornière, il est très difficile d’en sortir. Pour vérifier cette assertion, observons un exemple concret.

Prenons une mère vivant seule avec ses deux enfants de 6 et 10 ans. Pourquoi un tel cas ? Parce que, selon l’Insee, 284,445 foyers recevant des aides étaient dans ce cas en 2010, ce qui constitue le nombre le plus important de tous les cas de figure familiaux, hormis les célibataires.

Cette mère reçoit le RSA qui, grâce à ses deux enfants, se monte à 845,88 euros. Si elle loue un appartement à 500 euros par mois, elle bénéficie d’une APL de 473,22 euros. Ses allocations familiales seront de 125,87 euros. Son allocation de rentrée scolaire, en général très attendue, sera de 575,68 euros, soit 47,97 euros si nous la lissons sur 12 mois. Cette mère pourrait sûrement bénéficier d’autres aides, mais nous ne prendrons que ces quatre-là qui sont les plus communes. Ainsi, elle touchera un total de 1501,85 euros par mois.

Maintenant imaginons que cette même mère de famille trouve un travail au smic, soit 1398,37 euros brut par mois ce qui lui fait 1096,94 euros net. Elle ne reçoit donc plus le RSA. Son APL est réduite à 354,89 euros, mais elle percevra toujours les allocations familiales – 125,87 euros – et l’allocation de rentrée scolaire – 575,68 euros. En conséquence, son revenu total sera de 1625,58 euros par mois. Travailler, pour cette mère, ne représentera qu’un bénéfice net de 123,73 euros. En outre, ce bénéficie sera probablement perdu dans les coûts de transports ou frais de nourrice pour garder les enfants. Pire, ces deux dépenses additionnelles coûteront plus que 123 euros par mois, faisant du travail une perte de revenu.

Dans ce cas, le plus commun, travailler n’est pas motivant, voire même déconseillé. Chacun étant mu par la recherche de son intérêt personnel, le choix entre recevoir des aides et travailler est rapidement fait : les aides sont un meilleur « deal ». Lorsqu’un citoyen fait un tel choix, il tombe alors dans la trappe à pauvreté, dans l’ornière des aides sociales qui le transformera, petit à petit, sans qu’il s’en rende compte, en un assisté profitant du système de redistribution.

Un bon modèle social est celui qui soutient tout en incitant à la reprise du travail et à la production de richesse, mais ce n’est pas le cas du modèle français, nous l’avons constaté.

Sortir de l’ornière des aides sociales est le défi majeur de la France actuelle : il s’agit d’une priorité non seulement pour la réduction des dépenses publiques, mais aussi pour la reprise économique de notre pays.

Sylvain Charat

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Economie-Finance-Industrie

Commenter cet article

lombard 04/12/2012 14:26


bonjour


a combien de millions de francais encore a venir dans la misere avant que l'on casse tout!!

Banro 03/12/2012 21:33


"En 2009, 11,2 millions de français ont bénéficié d’aides sociales"


Et parmi ces 11 millions combien y a-t-il des français de souche ? 

DURADUPIF 03/12/2012 16:34


On peut rêver. L'appel d'air à l'immigration, nord africaine,illégale et légale, est inérant à cette aide sociale manu largué qui coulent la France. Le dispositif ne va qu'en S'AGGRAVANT et va
nous mener tout droit à l'affrontement.

henri 03/12/2012 16:28


en Andorre , il existe des aides sociales , MAIS :


PRESTATIONS D'AIDE SOCIALE


La famille qui reçoit de l'aide sociale
peut être nécessaire de le retourner



La loi faite par le groupe des démocrates permettre à l'Etat de réclamer le coût des prestations aux familles des bénéficiaires sans ressources


Diari d'andorra : 


http://www.diariandorra.ad/index.php?option=com_k2&id=21710&view=item&Itemid=380


Et le tour est joué !