L'orthographe: la science des ânes au mieux...

Publié le 4 Février 2014

Gérard Brazon2   J'avais envie de faire une petite clarification sur l'écriture, la science des ânes. C'est très souvent que l'on me signale mes fautes d'orthographes. Les plus méchants me les signalent sèchement et avec mépris, les plus idiots m'invitent à ne plus écrire. Les amis ne me disent rien même s'ils n'en pensent pas moins. Ils savent d'où je viens et les efforts que je fais pour sortir un texte à peu près sans fautes. Mais parfois, l'enthousiasme, la colère si ce n'est, la rage font que je pense plus vite que je ne pianote sur mon clavier. D'où ces petites taches orthographiques qui viennent polluer mon discours. Ne me dites pas de faire des efforts, je ne fais que ça !

Comme vous le savez, je n'ai pas fait l'ENA et donc je ne suis pas au niveau d'un François Hollande, ni d'une Ségolène Royale et autre Chirac où de dirigeants politiques sortis tout droit de ces écoles et qui sans doute ne font pas de fautes d'orthographe. Cela dit, il est évident que l'on peut ne pas faire de fautes et avoir aussi le génie de se planter en permanence.

Je suis partisan de considérer que le contenu est plus important que le contenant. Vous allez me dire que cela m'arrange ! Ce n’est pas faux.

Je connais des spécialistes de l'orthographe qui sont bien incapable d'aligner une pensée ou de prendre la parole ou d'affirmer leurs convictions en public. Alors il faut de tout pour faire un monde l'essentiel étant que la dictature de l'orthographe n'interdise pas la libre circulation des idées. En effet, combien de personnes ai-je pu rencontrer dans ma vie qui n'osent pas écrire étant persuadées qu'elles ne savent pas le faire sans fautes et craignent le jugement de lecteurs. Alors qu'elles ont probablement des choses à dire... Sans tomber pour autant dans le texto illisible.

Donc en effet, si l'Empereur Napoléon s'était interdit d'êcrire et d'être lui-même sous prétexte qu'il faisait des tonnes de fautes d'orthographe, la France n'aurait pas connu la gloire et Napoléon III n'aurait pu donner cette France moderne que la 3 iém République a pu exploiter jusqu'à la corde.

Comme quoi, nous pouvons affirmer que les puristes sont bons à corriger les fautes à défaut le plus souvent, d'entrainer le monde dans une action. A chacun sa place et les virgules, les accents et autres points d'exclamations seront bien gardés.

A eux de corriger les fautes de l'Empereur, et à lui de nous emmener sur les cimes de la gloire.

Gérard Brazon

 

 *******

Par Athéisme

Fautes d’orthographe, de syntaxe, de style, d’inattention, erreurs de conjugaison, fautes de frappe, clavier anglais sans accentuation, indolence ou paresse intellectuelle, mésemploi de logiciels de correction ou inemploi de dictionnaires, de synonymes ou bien la mémoire qui flanche, je ne sais plus très bien…

Il avait été mentionné que l’écriture était la science des ânes. Ceci précéda : "l'orthographe est la science des ânes". Ce à quoi Napoléon aurait ajouté : "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit" remarquablement repris par Coluche. Nous sommes, nous-mêmes, pour la défense de la langue française et à l’instar de Jean Guéhenno, nous dirions que : "l'orthographe est la politesse de la langue".

******

Par Dom Bochel Guégan 

 Mais ou et donc or ni car. Une des questions grammaticales existentielles que tout un chacun s'est déjà posée. Le genre de règles que certains aimeraient bien voir trépasser. Mais qui font, pourtant, (la prise de tête et) la richesse de la langue française.

De mes vacances chez mes grands-parents instituteurs, je garde, en plus des goûters pantagruéliques de 16 heures, pain, beurre demi-sel et chocolat Poulain, les exercices quotidiens que notre grand-mère nous donnait à faire, sans jamais nous obliger. Bled, Bescherelle étaient, avec les mots croisés de "Ouest France", nos meilleurs alliés, qui, à la rentrée, nous permettraient d'obtenir de bonnes notes en dictées, grammaire, conjugaison ou expression écrite.

Ma grand-mère avait l'art de faire passer les règles de cette langue si difficile, où les exceptions sont aussi nombreuses que les règles, par le truchement de petites phrases, quelques astuces d'institutrice qui sont restées gravées dans ma mémoire et que je transmettrai à mon tour : 

- "Le tu prend toujours un s dans sa valise"

- "le ^ de la cime a chuté dans l'abîme"

- "le poisson scie n'aime pas les poissons raie"

Ce sont tous ces petits souvenirs d'enfance qui font que je m'attache aujourd'hui à faire le plus attention à mon écriture, et au respect de ces lois. 

Et voici que la langue française, ou plutôt sa "simplification", revient sur le devant de la scène à cause ou grâce, va savoir, d'une autre institutrice, Delphine Guichard, mais actuelle cette fois, qui demande l'application de la "nouvelle orthographe"  dans les manuels scolaires. En ce sens, elle a raison. Si une "nouvelle orthographe" est désormais établie , et qu'elle est même recommandée aux enseignants, il est logique de penser que les manuels devraient en tenir compte. Cette enseignante demande donc l'application de la réforme de 1990, et des nouvelles règles orthographiques  dans les manuels scolaires afin de pouvoir s'appuyer sur des manuels conformes à celle-ci.

 

L'AFEF, Association française des enseignants de français , demande également l'application de cette nouvelle réforme dans les manuels scolaires, expliquant, en réaction d'un article publié sur le site du "Parisien" , que "contrairement à ce que semblent craindre vos lecteurs dans les dernières réactions, il ne s'agit pas d'une remise en cause complète de l'orthographe, mais de quelques simplifications qui ont pour but de rationaliser et simplifier l'orthographe et son application. TF1 a relayé l'information au journal de 13 heures". Si le journal de Jean-Pierre Pernaut a relayé l'information, autant dire que c'est sérieux, grave.

 

Les nouvelles règles de la langue française font donc que, désormais, les accents circonflexes disparaissent sur les i ou sur les u, plus d'abîme, ni de différence entre le passé simple du verbe être, et son imparfait du subjonctif. Mais qui utilise encore l'imparfait du subjonctif de nos jours ?

 

Les nouvelles règles imposent aujourd'hui qu'on écrive ognon plutôt qu'oignon, à fortiori plutôt qu'a fortiori, joailler plutôt que joaillier, assoir plutôt qu'asseoir. La liste est longue de ces nouveaux mots que nos enfants devraient désormais appliquer, de préférence à ceux qui nous étaient enseignés auparavant. Mais la réforme ne s'arrête pas à quelques nouvelles formes d'écritures, elle s'applique aussi à de nouvelles règles, de pluriel, ou d'accent, ou encore d'accord pour le participe passé.

 

Les partisans des deux camps s'affrontent donc, d'un côté ceux qui sont pour une évolution naturelle de notre langue, et qui pensent que sa simplification est normale, souhaitable même, et qu'elle rentre dans le schéma normal de toute évolution. Ceux qui estiment que refuser cette réforme est la volonté de vieux croûtons fossilisés qui viennent d'un autre temps, d'autres mœurs.

 

De l'autre, ceux qui pensent qu'à trop simplifier on simplifie aussi les pensées, on rabaisse le niveau, on tire vers le bas, que l'étymologie d'un mot comme nénuphar a toute son importance, et que de devoir désormais écrire "nénufar" nous ferait perdre une partie de notre histoire, donc de nos racines. Ceux qui pensent que si l'on était resté accroché à notre langue sans vouloir en changer une virgule, nous parlerions aujourd'hui encore en vieux français (ou en canadien, va savoir). Ceux qui pensent que la langue française, dans toute sa complexité, ses irrégularités, compose notre culture, notre savoir et aussi notre richesse.

 

D'un côte l'évolution, de l'autre la tradition.
D'un côté la modernité, de l'autre le conservatisme. 

Lire la suite ICI

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Epicure 07/02/2014 19:20


L'orthographe s'apprend tout simplement  avec des exercices et la mémorisation comme d'ailleurs les maths (jusqu'à un certain niveau (Bac sciences Nat en moyenne...Après c'est plus un don
qui est nécessaire.)


La mauvaise orthographe, à partt celle d'un dyslexique, trouble neurologique "Ré-éducable", n'est que le résultat d'un manque d'apprentissage par de bons instiotuteurs puis un manque de
concentration et de travail de l'élève. Tout le reste n'est que Baratin....Sans langue cohérente et sèyntaxiquement construite et donc orthographiée, pas de langage clair et sûr. Quant à
l'enthousiasme et la colère vsur un clavier souvent espiègle et farceur...n'en parlons même pas. Cela se vérifie au style !


Je ne vérifie pas avant de "cliquer".... justement...!


Vous me signalez les fautes, merci.


Tant pis !

Roban 05/02/2014 21:52


Que celui qui n'a jamais fait de fautes d'orthographe se jette la première pierre, car à moins de se relire deux ou trois fois, il est rare que l'on ne fasse pas de fautes !


Cependant si l'on prépare son texte sur un programme comme Word par ex, il possède un correcteur d'orthographe.

marco 05/02/2014 09:45


Comme vous le dites si bien Gérard les fautes d'orthographe sont secondaires c'est le contenu du document qui compte,et rien d'autre,qui de nous n'a jamais fait  de fautes ou de fautes de
frappe ???que celui qui n'a jamais fauté jette le premier crayon......

pouf 04/02/2014 22:02


Ne pas oublier non plus le côté formateur de l'apprentissage de la langue. Bien sûr, tout le monde n'a pas eu l'opportunité d'apprendre dans de bonnes conditions et donc en tant que lecteur, on
s'adapte !...pas toujours facilement car on peut buter à cause de la mauvaise ponctuation ou de son absence...mais on y arrive ! Simplifier les accords des participes passés, d'accord mais, pour
le reste, pas forcément, cela relève de notre héritage culturel...


Notre langue est précise, concise et il faut lui garder sa richesse. Je me souviens d'une discussion en Asie du S-E, je m'inquiétais du fait que l'interprète parlait longuement pour une
malheureuse phrase que j'avais dite. Sa réponse a été : " il faut que je lui explique sous plusieurs formes pour qu'il comprenne ce que vous voulez"...voilà où conduit le trop plein de
simplification ! On peut tout simplifier au niveau des études...pourquoi faire des mathématiques...qui se sert d'équations, de dérivées ou d'intégrales dans la vie courante ? Alors laissons
tomber...et ainsi de suite ... Je dis NON, faisons des efforts même s'ils ne sont pas toujours couronnés de succès, on apprend toujours quelque chose !

L'EN SAIGNANT 04/02/2014 19:50


J'en suis mais, je ne pense pas être parmi les "imbuvables et méchants" Je pense que ce ne sont pas des fautes "classiques" mais dues à la PRESSE et à des remaniements de texte in fine. Si vous
aviez dans votre entourage direct quelqu'un dans les mains duquel vos articles passeraient systématiquement avant publication, il n'y aurait plus de problème. La COQUILLE est le fait de tous ceux
qui écrivent surtout dans un environnement  comme celui-ci et, tous les "journaleux" passent par un correcteur car, il n'y a pas, sur ce plan, plus aveugle que l'auteur lui même.


Conclusion: MANQUE de RELECTURE préalable à la PUBLICATION, par UN TIERS.!


Cordialement, malgré ces  quelques "coquilles compréhensibles" vous êtes tout ce qu'il y a de plus apprécié pour ne pas dire "AIMÉ" De toutes manières MERCI Gérard car grâce à vous on sait
ce que l'on ne saurait jamais 

ESSYLU 04/02/2014 19:17


Effectivement difficile de ne pas faire de fautes surtout quand à longueur de journée il faut lire des torche culs qui en sont remplis et au surplus lors d'une frappe rapide sur internet


Cependant rien n'interdit de faire un effort pour tendre vers la pleine maîtrise de notre langue que l'ENA n'apparaît pas avoir à son programme et d'ailleurs une de ses diplômées est 
devenue célèbre avec sa "Bravitude" comme certain coureur cycliste avec son " à l'insu de son plein gré"


Quant aux ânes je m'insurge une fois de plus contre la vision du villageois prétendant qu'ils seraient abrutis,


Un enfant de la campagne sait parfaitement que ces sympathiques quadrupèdes sont des malins et d'évidence beaucoup plus intelligents que les chevaux

Alain AMAR 04/02/2014 19:11


Concernant la langue écrite, ce n'est effectivement pas une gloire de rédiger un texte sans faute ! Mais dire que l'orthographe est "la science des ânes" est une injustice qui console uniquement
ceux qui la malmènent ! Cela dit sans vous offenser M. Brazon car je suis l'un de vos inconditionnels fans. Vous êtes un homme courageux et votre site est l'un de ceux qui militent réellement en
faveur de la reconquête de notre liberté et celle de ce pays. Je me réjouis à chacune des lectures de vos textes.


Merci de continuer M. Brazon !

Walker 04/02/2014 18:36

Les fotes d' ortograffe ne sont qu' un prétexte aux mulets pour critiquer les idées qui les dérangent !

avraham Yael 04/02/2014 18:16


bonjour, votre traduction du sens de cette phrase est erronée car il faut traduire écriture par "calligraphie" (le fait de bien dessiner les pleins et les déliés ne veut pas dire que l'on sait
écrire). Beaucoup de personnes, dont je fais partie, n'ont pas eu l'opportunité d'étudier bien longtemps mais ce n'est pas une raison pour faire des fautes d'orthographe, de grammaire, de syntaxe
car quand on le veut, on peut s'améliorer et acquérir du vocabulaire, en lisant, en faisant des mots croisés etc... et en prenant le dictionnaire à chaque fois que l'on entend un mot inconnu.
Alors, désolée de vous contredire mais pour moi, essayer de bien écrire et sans faute est tout d'abord une marque de politesse envers celui à qui je m'adresse et ensuite, le souhait que
l'interprétation de mes propos ne sera pas faussée par des fautes qui changent le sens de mes phrases. Amicalement.