L’UE, fidèle à l’esprit de son passé Par Victor Perez

Publié le 26 Juillet 2013

Le journal officiel de l’Union Européenne a publié les « Lignes directrices relatives à l'éligibilité des entités israéliennes établies dans les "territoires occupés par Israël" depuis juin 1967 et des activités qu'elles y déploient aux subventions, prix et instruments financiers financés par l'UE à partir de 2014 ».
Lire ces lignes attentivement sera révélateur de l’esprit qui mène aujourd’hui cette Union Européenne.

Ainsi, et selon le point deux,  la ville de Jérusalem (entre autre), celle qui fut construite par le Roi David, symbole de l’histoire juive, et qui contient le premier lieu saint du Judaïsme est considéré par l’UE comme étant territoire « occupé » par les Israéliens. Toute « entité israélienne » y exerçant une quelconque activité sera donc exclue des accords à venir entre l’UE et l’Etat d’Israël. Ceci, évidemment, tant que les frontières définitives ne seront pas approuvées par les parties au processus de paix au Proche-Orient. Autrement dit, ad vitam aeternam puisque cette ville est revendiquée par le monde musulman comme capitale de la « Palestine » à venir !

 

Le point quatre, quant à lui, rappelle que « les présentes lignes directrices ne s'appliquent pas à l'aide octroyée par l'UE (…) aux entités palestiniennes établies dans les territoires visés au point 2, ni aux activités qu'elles y déploient, pas plus que les conditions d'éligibilité définies à cet effet. Plus particulièrement, elles ne s'appliquent pas aux accords conclus entre l'UE, d'une part, et l'Organisation de libération de la Palestine ou l'Autorité palestinienne ».

 

Ainsi, dans l’absolu, toute entité ‘’palestinienne’’ désireuse de s’installer, dans ce qui est selon le droit israélien, la capitale de l’Etat d’Israël sera encouragée par L’UE. Quand bien même le ‘’peuple palestinien’’ n’existait pas cinq décennies auparavant et la ville n’étant pas citée une seule fois dans le livre saint de l’Islam !

 

Pour l’UE les Israéliens sont jugés personæ non gratæ en leur ville sainte. Y compris en Judée et Samarie, territoires devant, selon la lecture européenne, devenirjudenrein pour que la ‘’paix’’ advienne en cette région. C’est à peu près ce que l’Europe avait décidé pour son propre territoire dans le siècle précédent. Rappelant en cela les différentes attitudes envers les Juifs de plusieurs pays membres de cette union dans les deux millénaires passés.

 

Quid des entités étrangères aux deux belligérants s’installant dans ces territoires et souhaitant bénéficier de subventions ? Devront-ils montrer patte blanche en fournissant la preuve qu’ils ne sont pas frappés part le ‘’sceau de l’infamie’’ ? A savoir, la nationalité israélienne, ou ayant des actionnaires possédant cette nationalité « bannie » !

 

C’est bien ce que sous entend a contrario la partie intitulée « Partie E — MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE » réclamant de la part des « entités israéliennes » une déclaration sur l’honneur affirmant que leur « lieu d'établissement est situé à l'intérieur des frontières d'Israël d'avant 1967 ».

 

Ceci dit, d’autres n’auront pas à montrer leur ‘’loyauté’’ envers l’UE. Par le point quinze, on apprend que ces lignes directrices « (…) ne s'appliquent pas aux activités qui, bien que se déroulant dans les territoires visés au point 2, sont conçues de manière à bénéficier à des personnes protégées aux termes du droit humanitaire international qui vivent dans ces territoires et/ou à mettre en œuvre la politique de l'UE dans le cadre du processus de paix au Proche-Orient ».

 

Simplement dit, les Israéliens, mais pas seulement, avides de servir la politique ‘’palestinienne’’ de l’UE dans les « territoires occupés » en seront récompensés. Nul ne songe au sein de cette union à changer une politique qui à fait ses preuves ! Les kapos du siècle dernier avaient eux aussi quelques privilèges en contrepartie de leurs basses besognes !

 

Faut-il s’étonner alors que l’Union Européenne collabore avec l’islamisme rêvant à son tour d’en finir avec les Juifs ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Europe liberticide

Commenter cet article