L'UMP serait-elle ruinée ou pleure-telle la belle époque sarkozyste?

Publié le 21 Mai 2013

Les pauvres militants UMP devront mettre la main à la poche pour que l'UMP puisse garder son train de vie! A eux les dons à faire, aux dirigeants les petits fours!

 

UMP coupé  

Terminés les petits fours et les plateaux de charcuterie. Les membres de l'UMP doivent secontenter de chips et de cacahuètes lors des événements organisés au siège parisien du parti.

Le Monde.fr


Notamment lors des pots de départ qui se sont multipliés ces derniers mois. Le mouvement, qui comptait plus de cent permanents, "a dû se séparer d'une cinquantaine de salariés en CDD" depuis la campagne présidentielle de 2012, indique Catherine Vautrin, trésorière de l'UMP.

Ces mesures de rigueur concernant le personnel – le premier poste de dépense – permettent de réaliser une économie de près de 3 millions d'euros par an. Mais elles ne sont pas sans effet sur le moral des troupes. "Le plan social plombe l'ambiance, car chacun se demande s'il ne va pas être le prochain sur la liste", confie un salarié, le visage grave.

"Ce n'est pas un plan social, mais de la bonne gestion", minimise un proche du président du parti, Jean-François Copé. Le principal parti d'opposition est contraint de réduire la masse salariale, en se séparant des derniers arrivés ou en ne remplaçant pas les personnes dont les contrats arrivent à terme.

 

14 MILLIONS DE DOTATIONS PUBLIQUES EN MOINS

 

Terminée la période 2002-2012, lorsque le mouvement était au pouvoir pouvait dépenser presque sans compter"Le parti se trouve aujourd'hui dans une situation financière très difficile, reconnaît Michèle Tabarot, secrétaire générale. Avant, on disait : 'Il faut faireorganiser tel événement'. Maintenant, on réfléchit plus au coût qu'à l'impact politique que cela peut avoir."

La défaite aux élections législatives de juin 2012, qui a envoyé cent vingt députés UMP au tapis, a contraint le parti à réduire la voilure. Des 35 millions d'euros de dotation publique qu'il touchait chaque année depuis 2007, il en a perdu près de 14 millions. "Une double peine : on a perdu des voix et de l'argent...", se désole un dirigeant.

Le budget annuel de l'UMP, de l'ordre de 54 millions d'euros lors de la précédente mandature, s'élève désormais à près de 35 millions d'euros, avec 21 millions de dotation publique et 14 millions provenant des dons et des cotisations payés par les adhérents et les élus.

Après avoir touché l'aide publique en juin prochain, le parti, endetté à hauteur de 44 millions d'euros en 2011, comptera encore un découvert à hauteur de... 35 millions d'euros. "Comme l'Etat, le parti est constamment dans le rouge en trésorerie et finance ses dépenses de fonctionnement sur de l'emprunt", explique un spécialiste des comptes du parti.


"SANS CET IMMEUBLE, ON SERAIT EN CESSATION DE PAIEMENT !"

 

Pour pouvoir assumer ses dépenses de fonctionnement, l'UMP a emprunté près de 55 millions d'euros, auprès de quatre banques, en juillet 2012. Ces dernières ont exigé que le parti s'engage sur un plan de retour à l'équilibre en cinq ans. Soit une économie annuelle de près de 10 millions d'euros à réaliser d'ici à 2017. Si l'UMP n'y parvient pas, les banques deviendraient alors propriétaires du siège du parti, situé rue de Vaugirard, dans le 15earrondissement de Paris.

L'UMP, qui louait des locaux rue La Boétie, dans le 8e arrondissement de Paris, pour 4 millions d'euros par an, a décidé de devenir propriétaire de son siège, en décembre 2011. Le choix s'est porté sur un ancien garage Renault d'une superficie de 5 500 m2.

Cette acquisition a coûté 40 millions d'euros (20 millions pour l'achat et 20 millions pour les travaux) et a été financée en majeure partie par un emprunt de 32 millions d'euros contracté sur une période de 13,5 années. Nathalie Kosciusko-Morizet propose justement que l'UMP revende son siège pour éponger ses dettes.

Mais l'idée ne fait pas recette. "Avec le siège, on possède au moins un actif. Sans cet immeuble, on serait en cessation de paiement !, tranche un ex-ministre. Ce qu'il faut, c'estrembourser les dettes en restant propriétaire." "Si on vendait le siège, il ne nous resterait plus rien", abonde un autre. Pour ces raisons, M. Copé n'entend pas le céder.

 

"ÉCONOMIES SUR LE TRAITEUR"

 

Pour sortir ses comptes du rouge, l'UMP réalise des économies dans tous les domaines. Après le personnel, l'autre poste de réduction budgétaire reste l'organisation des événements. A l'été 2012, l'UMP n'a pas tenu d'universités pour ses jeunes et n'en organisera pas non plus cet été pour économiser près de deux millions d'euros.

 

Terminées également les locations de grandes salles dans des hôtels parisiens ou de centres de congrès pour les conseils nationaux, qui coûtent près d'un million d'euros.

 

La quasi-totalité des réunions se tiennent désormais au siège du parti, dans un auditorium d'une capacité de 400 places assises. Cela permet de réduire les dépenses de près d'un million d'euros annuel en location de salle.

 

Les frais d'hôtellerie ont également été revus à la baisse. Pour tout déplacement à moins de trois heures de Paris, les dirigeants rentrent désormais chez eux dans la nuit pour limiter les coûts. Le parti réalise aussi "des économies non négligeables sur le traiteur", se félicite Mme Vautrin. Ainsi, la réunion des cadres départementaux, organisée le 9 février, au siège parisien, a été programmée à 14 heures pour que le parti n'ait pas à offrir le déjeuner à plus de 500 personnes.

 

Des contrats avec des prestataires extérieurs ont été rompus ou renégociés à la baisse, début 2013. Entretien des bâtiments, frais de téléphones ou presse. Au siège de l'UMP, on ne trouve plus de trace d'un journal... Les quotidiens se lisent désormais en version numérique.

 

Même le président du parti montre l'exemple. Jean-François Copé, qui est le seul à disposeren permanence d'une voiture de fonction avec chauffeur, a remplacé son ancienne Citroën C6 par une C5 début 2013. Le parti révise à la baisse les montants des cotisations reversées aux mouvements associés à l'UMP comme le Chêne de Michèle Alliot-Marie. Sur ce sujet sensible, les négociations sont en cours.

 

MULTIPLICATION DES APPELS AUX DONS

 

L'UMP a également décidé d'augmenter le montant de la cotisation demandée à ses élus."Depuis le 1er janvier 2013, ils doivent verser 5 % du montant net de leurs indemnités, contre 3 % auparavant", indique Mme Vautrin. Encore loin des 10 % minimum demandés par le PS à ses élus...

S'agissant des adhérents, l'UMP n'a pas augmenté le montant de l'adhésion, fixé à 25 euros, mais elle incite ses encartés à verser une "contribution spéciale" de 10 euros en vue des élections municipales de mars 2014. Les appels aux dons se multiplient. Une fois, poursoutenir la mobilisation contre le mariage gay. Une autre à l'occasion de la première année de François Hollande à l'Elysée...

La situation, déjà critique, risque de s'aggraver si le Conseil constitutionnel confirme le rejet des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy. L'UMP perdrait alors 11 millions d'euros de dotation publique. Dans ce cas, le parti devrait un peu plus se serrer la ceinture et miser sur une victoire aux législatives de 2017 pour espérer retrouver une bonne santé financière.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

LA GAULOISE 22/05/2013 08:44


JE ME SUIS SENTIE TRAHIE DONC JE NE PORTERAI PAS LE DEUIL.

lucie 22/05/2013 00:10


L'UMP porte une très grave responsabilité : ils ont eu le pouvoir suffisament longtemps, et ils auraient pu faire quelque chose pour enrayer les processus dans lesquels le PS se réjouit
d'étouffer le pays.


Honte à l'UMP, qui passe son temps à donner des leçons, sans avoir rien fait d'utile pour protéger le pays. quand on voit les chechefs s'entre-déchirer, qui peut leur faire confiance?


Ils ont fait leurs (minables) preuves! L'UMP et ses médiocres dirigeants, tellement peureux, sont de double dhimmis :


ils sont à la fois les dhimmis du PS et de la religion de tolérance et de paix....


Ils ont fait très fort en ne faisant pas grand chose d'utile. et nous pouvons les tenir pour coresponsables des désastres annoncés.


eux aussi méritent largement le label de voiture-balai du PS! 


 

RODRIGUE 21/05/2013 18:25


J'espère que ce vparti de coquins va disparaître car ils mènent la même politique que leurs copains socialistes.


Eux qui espéraient récupérer le mouvement LMPT se sont déjugés. Ils osent annoncer que s'ils reviennent aux affaires en 2017, ils ne savent pas s'ils reviendront sur cette Loi scélérate ou pas !
Preuve qu'ils ne feront rien du tout et ne font que surfer sur la vague !


L'UMPS doit disparaître et porter des gens intégres qui représenteront la vraie France en s'unissant avec le FN pour mener une autre politique que celle qui nous ruine depuis 40 ans et qui permet
à ces irresponsables de s'engraisser !

Marie-claire Muller 21/05/2013 17:27


On ne les plaint pas ils n'ont pas sû nous défendre ni défendre notre Pays contre l'uerss car complices !il ne nous reste que Marine :WHAT ELSE?? pour ma part je lui fait confiance!!!!!!!!!!!!!