L'UNESCO se fiche de nous, de tous et de tout...sauf des escrocs

Publié le 17 Juillet 2012

-

Michel Garroté – La Guinée équatoriale, célèbre pour ses violations de droits de l’homme, a obtenu de pouvoir financer un Prix de l’Unesco pour la recherche en sciences de la vie, qui sera remis mardi prochain. Ce prix d’une valeur de trois millions de dollars, voulu par le président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema, a été créé en 2008. De nombreuses ONG s’insurgent contre le passif en matière de corruption et de droits de l’homme du chef de l’Etat équato-guinéen, qui dirige son pays d’une main de fer depuis 1979.

« Nous regrettons que l’Unesco ait pris cette décision de décerner ce prix alors qu’il y a tant d’actualité judiciaire autour de la famille de Teodoro Obiang Nguema et d’opacité autour des fonds utilisés », réagit le responsable en France de l’ONG Human Rights Watch (HRW), Jean-Marie Fardeau. « L’image de l’Unesco ne sortira pas grandie de cette instrumentalisation par ce gouvernement incapable de satisfaire les besoins élémentaires de sa population, a-t-il affirmé ».

La France a lancé un mandat d’arrêt contre le fils du président Obiang. Les juges, qui soupçonnent Teodorin Nguema Obiang Mangue de blanchiment de détournement de fonds publics étrangers, l’avaient convoqué en vue d’une mise en examen (inculpation) pour la deuxième fois, mais il ne s’est pas présenté. Le gouvernement équato-guinéen avait refusé que M. Obiang dépose devant les juges en France en signe de « protestation » après la perquisition qui a visé un somptueux hôtel particulier parisien dans lequel ont été saisis 200 m3 de biens de valeur. Auparavant propriété de la famille Obiang, cet immeuble appartient depuis octobre 2011 à l’Etat équato-guinéen. Lors d’une première perquisition, en septembre 2011, la justice avait saisi onze voitures de luxe appartenant au fils du président équato-guinéen…

Michel Garroté

Rédacteur en chef

Reproduction autorisée avec mention de www.dreuz.info

-

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article