La barbarie à visage urbain

Publié le 11 Février 2013

Deux nouvelles pièces dans l'épais dossier délinquance-banlieues. Le journaliste Laurent Obertone en appelle à en finir avec l'indulgence. Marie Gillois donne à voir le quotidien d'un quartier tenu par des bandes.

Laurent Obertone et Marie Gillois, chacun à leur manière, décrivent les violences urbaines contemporaines. Selon eux, ce qui est rapporté comme « faits divers » (un euphémisme pour limiter la portée du phénomène), généralement perpétrés par des « jeunes » (un autre euphémisme qui ne fait plus illusion), atteint des niveaux intolérables.

Une France ensauvagée

Le journaliste Laurent Obertone publie l'ouvrage cauchemar des sociologues critiques. Ces derniers, prompts à dénoncer stigmatisation, amalgame et généralisation abusive, vont trouver de quoi faire à toutes les pages de ce gros document. Patchwork souvent redondant et critiquable par endroits, ce livre se veut gros pavé dans la mare de la bien-pensance sociologiquement correcte. Et il commence à faire du remous. Salué par Eric Zemmour, en couverture de « Valeurs actuelles », en très bonne place des ventes, il rencontre le succès et suscite la controverse. L'auteur, s'appuyant sur les enquêtes de victimation (ce que les gens déclarent, et non pas seulement ce que la police enregistre), compte 2.200 agressions physiques par jour, 200 viols. Des chiffres dont on peut longuement discuter, mais qui donnent clairement une idée. Surtout, il fait état d'une sympathie pour les coupables (les criminels et délinquants) et d'un déni des victimes. Journalistes et magistrats en prennent pour leur grade. Obertone conseille d'ailleurs de s'intéresser à la presse locale et de ne pas lire la presse nationale. On pourrait penser qu'il y a seulement outrance et provocation. Il y a enquête et analyse, servies par de la donnée, de la compilation d'information, et de l'ironie cinglante. Obertone souligne la progression d'une criminalité ultra-violente, souvent prédatrice (pour voler), parfois gratuite (pour un regard de travers). La France contemporaine apparaît comme un monde où des « sous-socialisés » vivent en meute et agressent, tandis que des « sur-socialisés » progressistes théorisent verbeusement pour les excuser. S'appuyant sur des faits retentissants, loin d'être systématiquement relayés, le livre dénonce des massacres et la mansuétude judiciaire. L'autre camp aura bon dos de décortiquer le propos. Le seul rassemblement des informations fait froid dans le dos. Et l'appel à moins de justification et de tolérance s'entend.

La vie dans le ghetto

Marie Gillois, dans un ouvrage au style original -mi-description, mi-lettre à son fils Louis -, relate son expérience d'habitante contrainte dans une cité HLM de l'est parisien. Divorcée d'un mari converti à un islam rigoriste, elle se retrouve seule pour élever ses quatre enfants. Elle trouve un cinq-pièces, dont pas grand monde ne veut. Et c'est le début d'une descente en enfer, un enfer tenu par des jeunes « grands, musclés, imposants, très noirs de peau » qui font leur commerce et leur loi dans le quartier. Il n'y a presque pas de jugement chez Gillois, juste de la description froide. Les « jeunes » tiennent leur mur, comme ils disent, pour faire vivre leurs trafics. Consommation de joints, insultes racistes, intimidations et violences physiques font le quotidien de ces immeubles où les filles sont cloîtrées et certains appartements squattés. Le plus jeune fils de l'auteur est conduit à s'investir dans la toxicomanie et le trafic. Et la famille ne se sortira que par quasi-miracle de l'engrenage de la pauvreté et des difficultés. Il y aurait bien des choses à redire sur ce témoignage au format, par moments, romanesque. Il en ressort toutefois le portrait d'un univers sordide de « brutalité sauvage » où les « racailles » se moquent bien des « bolos » (les blancs, les pigeons) même lorsqu'ils viennent leur acheter de la drogue. Une peinture sans prêchi-prêcha compréhensif sur les ravages du cannabis, la dangerosité des bandes, la dérive des enfants.

Souvent, sur ces questions, on nous ramène un Lévi-Strauss qui disposait que le barbare est d'abord celui qui croit en la barbarie. Au regard de ce que ces deux textes, avec leurs imperfections, soulignent, il est pourtant clair que les victimes n'ont rien de barbare. Et il n'en va pas de même de l'environnement dans lequel elles vivent, comme de leurs agresseurs qui, pour certains, se réclament explicitement de la barbarie.

JULIEN DAMON

Écrit par Julien DAMON 
Chroniqueur - Professeur associé à Sciences po.

« La France orange mécanique », de Laurent Obertone, Ring, 2013, 350 pages, 18 euros. « Conte de la barbarie ordinaire » de Marie Gillois, Grasset, 2013, 217 pages, 18 euros.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

DURADUPIF 11/02/2013 20:26


La France dans deux nasses abyssales : 1) sa dette, 2) son immigration arabo-musulmane.

aupied 11/02/2013 14:09


Bonsoir Monsieur, je tout a fait d'accord avec vous , mais que faire , vous savez bien que les français sont des grandes gueules, et que le dernier qui a parler a raison , dans des cas comme ça
que faut-il faire ? prendre le gouvernement a l'élysée en otage ? et mettre l'armée a la tête du pays , malheureusement on va droit a la révolution , peut-être qu'il faut ça , pour redresser la
France , et la nettoyez par la même occasion

philo 11/02/2013 12:40


Je suis d'accord et je pense la même chose que vou. Je pense d'ailleurs que beaucoup sont de cet avis et prêts à agir.


Mais comment ?  A part les élections et l'on voit ce que ça donne, j'ai moi aussi, comme beaucoup, je le suppose, réfléchi à cette question; mais je cherche toujours la réponse adéquate. Si
vous avez une idée n'hésitez pas à la communiquer, je pense qu'il y aurait beaucoup de monde pour vous suivre, vous aider et agir ensemble.

Claude Germain V 11/02/2013 11:50


Ras le bol !!!! suite a plusieurs explication sur la situation du pays , explications incroyable et innimaginables pour la plupart des citoyens lambda qui crient aux fous lorsque on leur explique
les tenants et les aboutissants de l'etat de la France ,de l'europe et du monde ,qui dirige , qui organise ,qui prepare etc....etc..... et POURQUOI ??? lorsque l'on emploie les mots de
Franc-maconnerie occulte , loge blanche , loge noire , mondialisme etc...etc... les gens retournent tranquillement vider leurs poubelles ou balayer devant leurs portes au lieu de prendre au
serieux la situation ET LES MOTS ..... LES GENS QUI VEULENT METTRENT LA FRANCE A GENOUX ET LE FONT , sont les milliers de politicards de tous bords , en partant d'un simple conseiller municipal
jusqu'au president du pays ...... la pyramide est IMMENSE , tres haute et la base agissante sur ordres ou sur"conseils" ne saura JAMAIS reellement qui tire les ficelles au dessus de sa tete .....
français reveillez vous , cherchez ..... deja chez TOUS LES DIRIGEANTS UMPS-COMMUNISTES...vous serez surpris . Fouillez sur vos femmes et hommes politiques ,la surprise n'en sera que plus grande
......99,99 % de la classe et du monde politique est pourrie jusqu'a la lie , tout le systeme politico financier industriel français est gangréné ....... mondialisme , fric , populations de
substitution , destruction de l'histoire de France et de la france 2 fois millenaire .....


Que chacun prenne ses responsabilité .......