La BIBLE en bande dessinée: texte de J.P. LEVY; Illustrations de J.P. PETIT

Publié le 4 Décembre 2011

BIBLE en BD 2BIBLE-en-BD-1.JPGLes  "histoires saintes" nous présentent des versions soigneusement édulcorées de la Bible et on comprend que celle-ci ait été mise à l'index, interdite de lecture jusqu'au XIXème siècle. Cet ouvrage n'est pas un "pastiche  de la Bible", c'est la Bible dans toute sa crudité, sa violence, un document qui a été reconnu conforme à sa source originale  par les exégètes consultés. Le recours au dessin,  teinté d'un peu d'humour, permet pour la première fois de rendre lisible cet ouvrage de 2000 pages. Les expressions figurant dans la Bible masquent souvent les faits évoqués. Ainsi, dans la conquête de la Terre Promise, quand le terrible Yhaweh "dévoue les villes de ce pays par interdit", cela signifie simplement qu'il ordonne aux Hébreux et à leur chef, Josue, d'y tuer hommes, femmes, enfants et bétail. 

A travers cet ouvrage, nous voyons se construire une vision métaphysique, monothéiste du monde. Ce n'est que dans les derniers livres de l'Ancien Testament , que le "service après-vie" fait son apparition, lequel deviendra un des thèmes centraux du Nouveau Testament où le panorama cosmique se complète par deux nouvelles inventions : l'enfer et le paradis. Nous vous conseillons d'effectuer cette lecture avec l'album dans une main et la Bible dans l'autre, ce qui vous permettra de vérifier par vous-même, que cette présentation colle aux textes. 

Aux Editions TATAMIS : 25 Euros

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

Epicure 04/12/2011 14:50


Mais le Texte Littéral de la Bible ne veut souvent rien dire, est en contradiction fréquente avec lui-même, et même absurde, souvent...


Si on ne le lit pas en Hébreu, avec une connaissance parfaite de la langue (grammaire-racines-Nuances) et de sa Guématria (lettres-chiffres et racines corrélées ou inversées) et des "commentaires
des sages" plus que bi-millénaires: depuis le Premier exil de Babylone (Talmud de Babylone) et le deuxième romain (Talmud de Jérusalem) et les commentaires sans fin jusqu'au Moyen Age (Rachi) et
au-delà; on ne peut que faire des contre-sens et des faux-sens et surtout ne rien comprendre du tout....


La lecture Littérale est du plus haut ridicule, car faisant fi de la Symbolique, de la Métaphore et de la Nécessité de L'Interprétation selon Chaque génération...


Il faut dfire que les Rabbins (aussi dominateurs et dogmatiques que nos curetons!) ne se sont pas gênés pour bloquer ce système; à la fois qu'ils exploitaient d'une main, mais Figeaient de
l'autre depuis la Renaissance au moins, pour asseoir une dogmatique qui les serve.Domatique contraire au Judaïsme qui  n'a pas de Dogmes mais est une orthopraxie, mais qui plait à tous les
pouvoirs et leurs "gens de caractère dogmatique"..justement.


Donc, attention....Lire n'est pas comprendre....