La CGT soutient le Syndicat de la Magistrature et son "Mur des Cons"

Publié le 27 Avril 2013

Sans aucune hésitation, ni gêne, le syndicat du Parti Communiste CGT soutient l'insoutenable. Ce syndicat dit ouvrier ne réalise même pas que son titre consistant à défendre le SM est par essence écoeurant. La "liberté syndicale de penser en privé" que le père d'une victime d'un récidiviste est un con ne relève pas de la liberté mais de l'indécence la plus profonde et la plus ignoble!

Voilà donc où en est rendu ce Syndicat communiste. Il serait temps que les adhérents réalisent que ce syndicat leur fait plus de mal que de bien.

Gérard Brazon 

 

Soutien au Syndicat de la Magistrature

Et maintenant criminalisation de la liberté syndicale de penser en privé !

Si nous avions pu penser que l’ère des assauts à l’encontre du syndicalisme de lutte était terminée ou presque, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien !

Si nous avions pu espérer que la loi d’amnistie serait votée afin de décriminaliser l’action syndicale, l’actualité nous démontre qu’il n’en est rien puisque la Commission des lois, sur demande du gouvernement, vient de rejeter la proposition de loi.

Depuis deux jours le courroux politico-médiatique s’est abattu sans relâche sur nos camarades du Syndicat de la Magistrature. Les raisons invoquées sont disproportionnées et délirantes.

« Les déchainés du mur des cons », et leurs partenaires, leur reprochent donc, d’avoir acté leur liberté de penser syndicale, leur liberté de penser le fait et l’individu politique avec humour dans un local privé !

N’a-t- on donc plus le droit en France d’avoir de l’humour ? (C'est surement celà l'humour cégétiste! Glauque, lapidaire, grossier, un brin débile. ndlr Gérard Brazon)

Si nous avions pu penser que les agressions politiques et médiatiques menées à l’encontre du monde judiciaire, particulièrement à l’encontre des magistrats, durant cinq longues années étaient terminées nous nous leurrions.

Si nous avions pu penser que l’ère de la défiance, des menaces, des moqueries, (parce que l'on ne peut se moquer d'un syndicat de juges qui lui insulte! Etonnant) des atteintes graves au professionnalisme et à la réputation des magistrats était finie, nous nous trompions. L’actualité nous montre l’inverse.

Ce déchainement sans précédent étonne alors que dans le même temps des magistrats sont menacés de mort et rien n’est fait.

Après la criminalisation de l’action syndicale, après le rejet inacceptable du texte d’amnistie, nous sommes contraints de constater que la liberté de penser dans un lieu privé devient criminel. (Pratique stalinienne habituelle de l'amalgame! Le mélange des genres pour noyer les responsabilités! Du pur jus soviètique)

Par contre, nous constatons que les propos et discours homophobes entendus ces derniers temps, les appels indirects à la haine ou les menaces de « guerre civile » de la part de responsables politiques, associatifs, religieux ne sont pas sanctionnés à la hauteur du danger que ces actes collectifs représentent pour notre Démocratie. Les violences verbales et physiques perpétrées au sein de l’Assemblée nationale par les représentants du peuple ne le sont pas non plus. (Idem)

Certains ont le droit d’être hors la loi, d’autres non. Ce n’est pas nouveau, nous le savons ! (Donc des juges qui traitent de cons des parents ayant perdus leurs enfants assassinés par un récidiviste ont le droit pour eux? Ah oui, c'est un local privé et cela relève de la liberté syndicale! Un peu tordus la CGT des cocos)

Si un syndicaliste avait menacé de « guerre civile », il serait emprisonné sans sommations. Si des syndicalistes s’étaient réunis autour de l’Assemblée nationale en pleine nuit pour demander l’abrogation de l’ANI ou l’adoption de la loi d’amnistie alors, ordre aurait été donné à la police de leur tirer dessus avec des Flash Ball, fichés et leur ADN prélevé… (C'est sûrement pas cela qui se serait passé et la CGT le sait bien. Les actions violente des syndicalistes n'ont jamais entraîné de telles violence comme nous avons pu le constater sur des familles)

L’action et la pensée syndicale ne peuvent être criminalisées en Démocratie. (Ben voyons)

La CGT apporte son soutien au Syndicat de la Magistrature.

Montreuil, le 26 avril 2013

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

ESCLAFIT 28/04/2013 00:39


Les CONS ça ose tout c'est à cela qu'on les reconnait (Michel Audiart)

island girl 27/04/2013 16:45


La Gauloise a vu juste ! ENTRE CONS ON SE SOUTIENT TOUJOURS ...

Claude Germain V 27/04/2013 13:53


Normal ... CGT , PCF , Extreme gauche , magistrature TOUS FRERES DE SANG ET DE COEUR DANS LA COLLABORATION COMME EN 39.

Yves IMBERT 27/04/2013 12:33


Ce qui pose problème n'est pas tant le mur que la preuve éclatante de l'idéologie islamo-marxiste de ces magistrats qui s'oppose à leur impartialité et donc à leur indépendance


Seul remêde, au delà de la solution de  l'épuration comme en 1793, c'est de les rendre individuellement responsables comme tous les professionnels indépendants

LA GAULOISE 27/04/2013 12:24


C EST NORMAL ENTRE CONS ON SE SOUTIENT TOUJOURS .

Epicure 27/04/2013 12:18


Mais c'est strictement Normal puisque tout ce qui est De Gauche Totaklitaire plait de factio par essence au Parti Communiste stalinien (dont notamment les Juifs sont pour la pluspart soit partis
soit ont été expulsés....)


Les Magistrats sont des Vichystes dans l'Âme car c'est une Strucruee essentiellement Corporatiste et totalitaire: imaginez un peu la Puissance Formidable qu'ils détiennent et dont personne ne
peut les détrôner?

Dorothee13 27/04/2013 12:01


Plus con qu'eux, je meurt, normal, la CGT représente les fondations du mur !