La Chrétienté d'Orient face à l'obscurantisme islamique.

Publié le 9 Novembre 2010

           Je me fais l'écho d'un article posté sur le blog CITE & CULTURE "Laïcs chrétiens dans la Cité" qui me semble particulièrement d'actualité dans cette période ou l'Islamisme destructeur est en marche dans tous les pays déjà conquis par l'Islam conquèrant. Il est à noter que, si le vocabulaire est important, le fait que des occidentaux utilisent l'expression "Terre d'Islam", cela signifie tout bonnement qu'ils ont enteriné les conquêtes islamiques comme la "Terre chrétienne" (des conciles) de Byzance perdue en 1496 mais aussi les terres chrétiennes d'Espagne et de Grèce qui furent autrefois, "Terre d'Islam".

            Les mots ont leur importance et trop souvent, nos politiques ignorent cette importance. (Lire cette interwiew de Père Boulad ICI) Mais les mots pour eux sont le plus souvent des outils que des paroles de vérité. Nous le savons bien.

           A ce petit jeu, la terre du sud de la France et jusqu'à Poitiers peut-être revendiquée "Terre d'Islam" par les intégristes musulmans. Ce qui explique sans doute cette mosquée cathédrale qu'ils souhaitent construire à Poitiers avec la complicité béate, pour ne pas dire plus, du Maire socialiste de cette ville. Mais il est vrai que la secrétaire de ce parti  politique s'appelle Martine Aubry-Brochen et qu'elle s'est remariée avec l'avocat Brochen, défenseur des islamistes de Roubaix. Lui même, dit la rumeur, se serait converti à l'Islam.

Gérard Brazon

 

              Plusieurs pères synodaux ont participé à une rencontre sur le thème : « Moyen-Orient le témoignage chrétien au service de la paix » qui se tenait au Capitole, en marge du Synode. Ils ont été accueillis par le maire de Rome Gianni Alemanno, qui a ouvert la rencontre en soulignant l’importance du rôle joué par les chrétiens au Moyen-Orient pour résoudre les conflits, et créer un climat de paix.

« Le synode des évêques pour le Moyen-Orient est une occasion trop importante et extraordinaire pour que la ville de Rome la gâche », a-t-il dit, avant d’indiquer l’importance de l’écoute des pères synodaux « pour comprendre quelle est la route de la paix » dans une région où les conflits durent depuis trop longtemps. Le maire de Rome a également dit son espérance que les jeunes générations réussissent à trouver « la voie juste pour une confrontation sans haine, dans le respect des identités et des appartenances ».

Le ministre des affaires étrangères italien, Franco Frattini, a eu des propos très durs sur les morts causées par l’intolérance religieuse : « Aujourd’hui, la christianophobie est un risque croissant et bien plus concret, qu’il faut craindre chaque jour plus. En de nombreux endroits, les communautés chrétiennes vivent une condition d’isolement et de mise à l’écart, alors qu’elles ont été, tout au long de l’histoire, des centres moteurs du christianisme, y compris avant l’arrivée de l’islam ».


Le père Lombardi, directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège, s’est dit touché par les paroles du ministre Frattini, rappelant l’engagement des médias du Vatican pour soutenir les chrétiens du Moyen-Orient.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

CITE et CULTURE 10/11/2010 15:29



Nous comprenons votre réaction : l'église, ou plutôt ses représentants en France, ce qui n'est pas la même chose, ont souvent manqué de courage et/ou de lucidité. 68 et son
idéologie sont passés aussi dans l'église de France, chez les clercs comme chez les laïcs !


Il y a encore peu, les évèques rechignaient à exhorter à l'engagement politique. C'est de plus en plus le contraire qui est vrai aujourd'hui, sous l'implulsion en particulier des nouveaux
évèques...mis en place par Jean-Paul II puis Benoît XVI. L'église est aussi une institution humaine et là comme ailleurs, l'importance des hommes et des appareils...


Mais l'église, l'épouse du Christ, est toujours là, au delà des vissicitudes et des déceptions. Sur celle-ci, nous pouvons compter car dans Son sillage tout a fleuri !


C'est ce qui fonde notre indéfectible Espérance et qui donne sens à notre engagement de laïc chrétien, engagement  qui n'est pas sans ammener quelques frictions y compris avec nos frères
dans la foi ou avec des dignitaires...Et à regarder l'histoire de l'église ou celle du peuple de Dieu, force est de constater qu'elle n'a pas été parfaite et dailleurs comment le serait-elle !


Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir mais vous pouvez compter sur l'engagement de plus en plus de chrétiens à faire bouger les lignes pour que l'appel de l'église à construire la
civilisation de l'Amour se traduise de plus en plus dans les faits, en charité certes mais aussi en vérité ! Et ce n'est pas un hasard si Benoit XVI ne cesse de dénoncer le relativisme.


Avez-vous lu la  dernière encyclique de Benoît XVI "L'Amour dans la vérité" justement ? C'est un trésor !


PS : nous connaissons plein de chrétiens qui vivent dans la joie !  


 



Cité & Culture 09/11/2010 09:56



Il faut avoir aujourd'hui la lucidité et le courage de dénoncer cette christianophobie qui se fait de plus en plus prègnante et violente, la situation des chrétiens en Irak en est un exemple
malheureusement démonstratif.


Cette christianophobie, au moins en France et en Occident,  est le résultat d'une guerre culturelle visant à asservir les esprits et les coeurs pour les soumettre à l'idéologie
révolutionnaire : "le Dieu révélé renversé et l'homme à sa place". Nous sommes tous la cible de cette guerre culturelle, concept mis en forme par Gramsci.


Au delà de la nécessaire dénonciation de la christianophobie et de ses incarnations, il est capital aussi de se réaproprier notre culture pour la diffuser et la faire aimer. C'est une des
meilleures antidotes à cette volonté d'asservissement.


 


 


 


 



Gérard Brazon 10/11/2010 14:01



Encore faudrait-il que l'Eglise accepte de se réformer dans sa façon d'être.


Que les prêtres acceptent de parler en tant que chrétiens face à l'islamisation.


Que des curés agissent comme des imams et erfusent les occupations d'Eglises.


Ques les croyants ressortent regénérés des églises plutôt que d'avoir une tête d'enterrement.


Que la joie soit palpable dans les églises comme elle l'est dans des temples protestants comme chez les évangélistes.


Que l'Eglise cesse de critiquer des chrétiens qui évangélisent en Algérie et partout ou ils le peuvent. Qu'ont fait d'autres les chrétiens dans le monde gallo-romain?


Et enfin, que les dignitaires religieux cessent de croire que l'islam est une religion qui ne leur veut pas de mal. Bon sang, n'ont-ils pas assz d'exemples ailleurs?


Je précise que je suis agnostique baptisé à ma naissance catholique. (sourire)


Merci de votre commentaire.