La circoncision: Question et Réponse. Le reste n'est qu'une manipulation - par Gérard Brazon.

Publié le 18 Juillet 2011

Je reçois régulièrement un cri d'alarme en forme de scandale et de honte contre les politiques et particulièrement contre une Députée Madame Valérie Boyer qui a demandé le remboursement de la circoncision. Quasiment tous les jours. Trop c'est trop et je le dis. En fait, comme très souvent, les faits sont déformés pour aboutir et toucher les lecteurs au niveau de l'émotion.

Je fais partie de ces gens qui pensent que les gouvernements de droite comme ceux de gauche de même que les politiques en général, en font assez pour être jugés inapte à gouverner ce pays. Et ce, depuis plus de trente-cinq ans. Tout ce qui est excessif est sans objet si ce n'est nul. Ils en font assez tous les jours si ce n'est par l'absence d'honneur, par les mensonges par omission ou calculés, par les faux-semblants, par le fait qu'ils ne tiennent jamais leurs engagements, par la trahison à la parole donnée pour en rajouter.

Alors, oui je pense que cette question au gouvernement a été peaufinée afin de paraître innocente ou du moins relevant de la salubrité publique. Pour autant, au-delà de la question, il y a la réponse. Que Madame Valérie Boyer des Bouches du Rhône soigne une partie de son électorat me paraît évident. Mais est-ce condamnable au fond ? Vouloir être réélue par les tenants de la circoncision, de plus en plus nombreux, pour continuer à percevoir de confortables indemnités la mettant à l'abri, pour cinq ans, du besoin est parfaitement humain même si ce n'est guère glorieux et plutôt lâche pour les finances publiques.

Elle peut toujours demander, on peut lui refuser. Et puis, il y a des élections en 2012, on peut aussi la faire sortir de l'Assemblée Nationale. Ce qui serait souhaitable d'ailleurs si la mémoire française des Bouches du Rhône n'est pas défaillante comme d'habitude. Il n'en reste pas moins, qu'elle a essuyé un refus. Et là, personne ne le dit. Cela s'appelle de la manipulation. 

Voici donc l'ensemble de la question et la réponse. Faîtes-vous votre opinion.

Gérard Brazon

Question écrite au gouvernement

Mme Valérie Boyer attire l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur le cadre juridique de la circoncision pratiquée dans les règles de l'art par un chirurgien. Lorsque son indication est posée pour des raisons médicales (diagnostic phimosis), la circoncision est prise en charge par l'assurance maladie et fait l'objet d'une codification CCAM sous le titre posthectomie code JHFA009. Lorsque son indication est rituelle (signe d'appartenance religieuse pour les juifs et musulmans), la circoncision n'est pas prise en charge par l'assurance maladie puisqu'elle n'est dictée par aucune considération médicale. Elle revient entre 500 et 1000 euros à la famille qui la sollicite pour son enfant. Compte tenu de cet état de fait, nombre de circoncisions rituelles sont effectuées sous couvert d'une indication médicale car les familles ont tendance à beaucoup insister auprès du médecin voire même à ne pas décalotter l'enfant pour qu'il développe un vrai phimosis impliquant la prise en charge par l'assurance maladie. Le moindre coût financier de l'acte et la garantie qu'il soit effectué dans les règles de l'art, donc sans risque de complication en comparaison avec les méthodes artisanales, constituent les principaux arguments qui conduisent à ces détournements et aux fraudes à l'assurance maladie. Car la pratique ancestrale de la circoncision implique un taux important de complications (hémorragies, surinfections, plaies et mutilations du gland) nécessairement prises en charge par la sécurité sociale et générant un surcoût pour l'assurance maladie. L'évolution démographique et sociologique de notre pays pose la question de la place de cet acte chirurgical en termes de santé publique, de coût pour l'assurance maladie et de laïcité. En effet, en 2006, lors du congrès annuel de l'association française des urologues, un médecin de la CNAM avait évalué à 9 millions d'euros par an la couverture de cet acte pour l'ensemble du pays. Entre la prise en charge complète par l'assurance maladie ou par les familles de cet acte, une troisième voie serait envisageable impliquant la création d'un contrat d'assurance circoncision proposé à la naissance des enfants mâles et destiné à prendre en charge les frais de réalisation de l'acte chirurgical. Il pourrait être, en outre, envisagé sous certaines conditions préservant le principe de laïcité, une participation limitée de l'assurance maladie. Elle la remercie de lui faire connaître son avis sur le sujet et sur la possibilité de mettre en place un groupe de réflexion intégrant les différents partenaires (assurance maladie, professionnels de santé, associations d'usagers) afin d'élaborer un protocole clair et applicable à tous qui préserve la neutralité et l'égalité républicaine.

Texte de la réponse

Le champ de l'assurance maladie défini par l'article L. 321-1 du code de la sécurité sociale couvre les soins nécessaires au maintien ou au rétablissement de l'état de santé des personnes. Il en est ainsi des actes thérapeutiques destinés à la réduction d'un phimosis. En revanche, la circoncision rituelle pour motifs religieux n'entre pas dans ce cadre, de même que les actes médicaux pratiqués pour d'autres motifs personnels, esthétiques ou de confort. Ainsi, par exemple, un acte de chirurgie réparatrice sera remboursé lorsqu'il est consécutif aux lésions provoquées par le traitement d'un cancer, ce qui n'est pas le cas des interventions à visée purement esthétique. Il s'agit d'un principe simple, aisément compréhensible, et il n'est pas envisageable d'y déroger. En ce qui concerne les problèmes de santé induits par la pratique de la circoncision, il convient de rappeler que l'acte médical relève, aux termes de l'article L. 4161-1 du code de la santé publique, de la compétence exclusive du médecin, et partant doit être réalisé dans les mêmes conditions de sécurité et de suivi médical quelles que soient ses modalités de prise en charge. Le praticien engage sa responsabilité et s'expose à des recours. Concernant enfin la création d'une « assurance » sur ce sujet, l'absence d'aléa rend inapplicable le principe même de l'assurance. Il ne peut être envisagé, en tout état de cause, la participation de l'assurance maladie à un dispositif de cette nature.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Epicure 19/07/2011 08:58



J'oubliais... qu'en trant que médecin, je sais depuis plus de 50 ans que la circoncision précoce n'est pas traumatique (psychiquement) et guérie en deux ou trois jours...et qu'elle était connue
comme prévenant contre le cancer du gland comme de celui du col de l'utérus (par l'hygiène générale qu'elle suscite et son absence de viroses epithéliomateuse) A présent, elle a été
statistiquement  reconnue (aux USA et en Afrique où elle est très largement répandue (usage protestant aux USA et musulman en Afrique)comme prévention à 60% au moins, de la contagion du
HIV....


Que les "amoureux de leur prépuce" aillent donc se faire voir!


Intéressante aussi, l'Interprétation juive, et psychanalytique avant la lettre(!) de la valeur "féminine et régressive" de l'usage du prépuce comme favorisant l'immaturité sexuelle ...!



Epicure 18/07/2011 21:24



Cela fait des millénaires que divers peuples pratiquent la circoncosion qui ne pose aucun problème financier... et qui de surcroît est une Action sacrée pour les Juifs et qu'aucun remboursement
(sic!) ne saurait dispenser de Dons qui sont une nécessité morale et symbolique (Circonciseur, synagogue,fondations charitables etc...)


Cette proposition vise manifestement à exonérer les musulmans et sûrement pas les israélites qui, "quatre plumés et deux tondus" n'intéressent Numériquement, aucun CANDIDAT...!!!! Evident mon
cher Watson....


Les juifs savent depuis trois ille ans quelles sont les conditions d'hygiènes et de contre indications médicales à respecter (jaunisse, fièvres, syndrômes hémorragiques famiiliaux troubles
digestifs etc...)Ils n'ont pas eu besoin de la médecine hospitalière Sic! car ce sont eux qui ont inventé hygiène et médecine en devenant déjà  les médecins privés des Rois, Empereurs
princes et  Papes ou Grands Vizir en pays islamiques... . 


Ce pays, que nous aimons quelque peu... me parait peuplé de veules et d'idiots...ce n'est pas l'idée première que je m'en faisais quand j'étais plus jeune....



Gérard Brazon 18/07/2011 21:59



Je partages particulièrement la sortie sur les musulmans.



Francis CLAUDE 18/07/2011 18:09



petite remarque : nos conpatriotes Juifs sont egalement circoncis...nous ont ils fait chier pour cela ? non ni d'ailleurs pour aucune de leurs pratiques religieuses. Les musulmans  ont
vraiment des gros problémes pour vivre en sociéteé avec qui que ce soit. En ce qui concerne la classe politique il faut changer pratiquement tous les politiciens qui gravitent dans ce monde ils
l'ont pourri a leur image et le Français moyen a aujourd'hui un grand désamour pour la classe politique, aussi en 2012 devons nous malgrés ou a cause de ce désamour aller voter pour que cela
change bien sur nous ne les elliminerons pas mais s'ils n'ont plus le pouvoir, leur pouvoir de nuisance sera déja bien réduit...alors pour notre France changeons ce paysage politique et
votons massivement pour MLP...