La civilisation judéo-chrétienne, colonne vertébrale du monde occidental! Par Cora de la Paillette.

Publié le 3 Juillet 2012

 Par Cora de la Paillette (Nouvelle opposition)

Aujourd'hui  particulièrement, pour ceux qui sont croyants ou non, qui pratiquent ou non leur religion, mais qui sont tous, croyants ou non,  les héritiers des valeurs fondatrices de cette civilisation judéo-chrétienne qui est la colonne vertébrale du monde occidental,  du "monde libre", dans ces temps particulièrement troublés où la morale juive et la morale chrétienne sont en tant que fondements de nos religions la cible d'ennemis communs  parfaitement identifiés et alliés dans leur œuvre de déconstruction de notre civilisation et de notre société il me parait essentiel de revenir aux principes fondamentaux qui nous ont permis de porter, plus que tous les autres, les grandes avancées de l'humanité

 LA MORALE JUIVE  est portée par LA LOI: le décalogue

 10 simples lignes, dont 5 sont les fondements des rapports entre les hommes, pour préserver l’espèce et son environnement, principes généraux dont découlent tous les autres préceptes des interdictions qui ne sont assorties d’aucune sanction : C’est, devant l'effacement de Dieu, l’homme  seul avec sa spiritualité, face à LA LOI ! Et seul il doit trouver la réponse à ses questions, pour cela exercer pleinement ce qu’il a de plus précieux : "son libre arbitre"

Et à la seule question du "Pourquoi" ? il sera répondu : parce que "Nous sommes"

Nous sommes l'Humanité ! Proclamant l’unité d’origine et l’unité de destin. C’est la première des constitutions libérales, la plus géniale, celle qui fait confiance à l’homme pour exercer son jugement, son génie. Son "libre arbitre". Ce qu’il va faire, jusqu’à construire des fusées pour s’élever vers les étoiles !

Et, à partir des « écritures », ils construisent un modèle politique qui passe par une redéfinition du lien politique qui ne s’exerce plus sur un territoire, sur une puissance, mais sur LA LOI. Un lien civil qui résiste à la perte du territoire et à l’esclavage et une nouvelle idée : les hommes peuvent être esclaves, soumis à la conquête, sans perdre leur lien civil. 

Et afin de pouvoir exercer pleinement l’instinct moral inhérent à toute créature raisonnable, indépendant car non esclave de la politique et de l’Etat, il faut bien alors distinguer la morale de la politique, le code de la religion, le citoyen du croyant. Ce qui établira les trois piliers sur lesquels repose le judaïsme : la loi, la justice et la vérité! Et il faudra attendre encore 3.000 ans pour qu’apparaisse la deuxième constitution libérale, celle des Etats Unis d’Amérique "We the people", directement issue de la première, du Décalogue.

LA  MORALE CHRÉTIENNE

Laissons  Elie Benamozegh (1822-1900) parler  de la morale chrétienne: "Quels que soient les fondements de la morale chrétienne, quelque jugement qu'on porte sur leur solidité, toujours est-il qu'un grand, qu'un magnifique édifice a été élevé sur ces bases".

Mille générations se sont abritées sous son toit hospitalier ; mille souffrances, mille douleurs y ont trouvé un soulagement presque divin ; mille vertus s'en sont répandues dans le monde, communiquant partout le courage du bien et la terreur du mal ; mille génies ont courbé leur front à sa vue : Et elle a proclamé cette grande et féconde idée, que "l'autorité souveraine n'est qu'une charge, qu'un ministère, qu'une servitude". Mais  l'’abolition de la LOI  proclamée dès l’origine du christianisme en fit  une "morale sentimentale"!

Cette prédominance du sentiment dans la morale du christianisme , cet appel incessant au sentiment, non à la raison ont généré  l'horreur des disputes et des controverses, ce fut la FOI mise à la place du raisonnement et de la science. Et très tôt, les piliers du judaïsme : la loi, la justice et la vérité furent remplacés par les trois vertus du christianisme : la foi, l'espérance et la charité. Et puisque nous parlons ici  des bases sur lesquelles sont fondées l'avenir de notre société, de notre civilisation, de ce pays dont la campagne, les paysages,  à perte de vue a été modelée , mise en valeur par des moines chrétiens,  je cite à nouveau Elie Benamozegh à  propos des juifs et des chrétiens: " inclinons-nous aussi devant ce chef-d'œuvre d'une poignée de Juifs, devant cette branche du grand arbre d'Israël, greffée sur le tronc des Gentils.

Nous y reconnaissons l'empreinte du judaïsme, l'esprit des patriarches, des prophètes et des docteurs ; nous sommes tentés de dire avec le vieil Isaac : « En vérité, les mains sont celles d'Esaü, mais la voix est bien celle de Jacob »." Or, particulièrement aujourd'hui ,particulièrement dans ce pays,particulièrement dans cette période de troubles où les ennemis de nos religions - socialisme et islamisme- se sont alliés contre l’Église et la Synagogue, parce qu'ils y voient, mieux que nous, le danger mortel qui les menace dans leur entreprise de conquête du monde et des esprits. Pour ces raisons, nous devons plus que jamais , sans jamais renoncer , œuvrer pour provoquer le sursaut qui nous rapprochera et rendra réelle cette prédiction d'Elie Benamozegh: "Il arriva cependant, après bien des siècles, qu'un jour le christianisme et le judaïsme, fatigués l'un de frapper, l'autre de souffrir, se regardèrent en face, se reconnurent, se saluèrent du nom de père et de fils".

Il y va de notre survie, de la survie de nos valeurs et de l'avenir du monde que nous laisserons à nos enfants,

Cora de Paillette

Loquendi Libertatem Custodiamus - Gardons la liberté de parler

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article