La collaboratrice islamiste d'Hillary Clinton passée au scanner.

Publié le 28 Juillet 2012

J'ai toujours un certain malaise à juger une personne par rapport à sa famille: son père, sa mère etc. Est-on marqué à jamais et ne peut-on pas être différenciés ou avoir des idées diamétralement opposées à celles de son père ou de sa mère?

Dans cet article paru sur Observatoire de l'islamisation, il y a un passage qui fait véritablement peur. Il s'agit de la conseillère de Madame Clinton.  Est-elle de facto, une dangereuse islamiste à la solde des frères musulmans?

On peut s'interroger pour le moins, car quoi qu'on en dise, on ne peut rester indemne d'une éducation islamique aussi marquée que celle qu'a dû recevoir cette femme. A décharge, Ayaan Hirsi Ali, Waffa Sultan et d'autres femmes musulmanes, sont de ferventes militantes de la cause de la Liberté de la femme dans le monde.

Cette information doit-être prise en compte et sans doute explique-t-elle en partie ce tropisme américain en faveur de l'islam au moyen-orient. Ce qui serait un véritable drame pour nos sociétés!

Gérard Brazon

****

Source

Qui est Huma Abedin, chef de cabinet au secrétariat d'Hillary Clinton [Deputy Chief of Staff to Secretary of Hillary Clinton] ?

La mère de Huma, Saleha Abedin, est membre des Frères Musulmans, précisemment de sa branche féminine "les Soeurs musulmanes". Elle siège au sein du Bureau avec la femme de Mohammed Morsi, le président égyptien appartenant à la fraternité islamiste.

Elle est également membre de la Ligue islamique mondiale, instrument saoudien de diffusion de l'islamisme Wahhabitte. L'organisation qu'elle dirige, le Comité international islamique pour la femme et des enfants, fait partie de la Ligue islamique mondiale.

La charte de ce Comité de la Ligue islamique dispose d'une charte écrite par les dirigeants des Frères, y compris par le cheikh Youssef al-Qaradawi, un partisan du Hamas (voir bio). Il n'est donc pas surprenant que l'organisation veuille se débarrasser des lois contre le viol conjugal, autoriser le mariage avant l'âge de 18 ans et d'autres éléments constitutifs de la charia. Elle est également membre du conseil de l'International Islamic Council pour Dawa et de secours (dont le groupe qu'elle dirige fait partie), un groupe interdit en Israël parce qu'il appartient à l'Union of Good de Qaradawi, un réseau de "bienfaisance" mis en place pour financer Hamas. Les Etats-Unis ont gelé les actifs de l'Union of Good en Novembre 2008.

Si vous avez encore le moindre doute que Saleha Abedin (la maman de Huma) souscrit à l'idéologie islamiste, lire le livre qu'elle a traduit et publié par son organisation en 1999 intitulé "Les femmes dans l'Islam." Il soutien que les lois humaines asservissent les femmes, et est un appel indéniable pour la charia. Il appelle à une législation fondée sur la charia, comme la lapidation des inculpés pour adultère et à éliminer la peine de mort pour ceux qui tuent les apostats. Le Center for Security Policy a publié une analyse de 28 pages de son livre.

Le défunt père de Huma Abedin, le Dr Syed Abedin, fut intimement liés aux radicaux. Il a dirigé l'Institut des affaires des minorités musulmanes basé en Arabie Saoudite, financé par la Ligue islamique mondiale. Cet Institut fut une entité de l'Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane (WAMY), fondée par le neveu de Oussama Ben Laden et mis en cause dans le financement d'Al Qaida. L'Institut a également publié un livre de Mme Abedin. Huma fut elle-même l'assistante éditoriale  de l'Institut de 1996 à 2008, ce qui signifie qu'elle a participé à l'édition du livre extrémiste de sa mère. Cette capture d'écran à partir de Septembre 2008 montre que Huma, sa mère et son frère étaient tous en même temps les éditeurs de la revue de l'Institut.

 

Le frère d'Huma Abedin, Hassan, avait obtenu une bourse du Centre d'Oxford pour les études islamiques, une entité qui est très amicale avec les Frères musulmans, au même moment où le cheikh Youssef al-Qaradawi  siégeait dans son conseil.

 

Un proche collaborateur de la famille Abedin est Abdullah Omar Naseef. Il est l'ancien Secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Il a fondé la fameuse banque Rabita, qui a eu ses avoirs gelés par le gouvernement des États-Unis en Octobre 2001 pour son soutien aux groupes terroristes.

 

Le père de Huma a rencontré Naseef quand il était professeur invité à l'Université du Roi Abdul Aziz, où Naseef était le doyen. Il y a des rapports contradictoires quant à savoir de qui entre le père de Huma et Naseef fut à l'origine de l'Institut des affaires des minorités musulmanes (IMMA), mais il naquit clairement d'un effort commun et fut soutenu par la Ligue islamique de Naseef. Huma, sa mère et son frère ont travaillé pour le journal de l'IMMA.

 

La mère de Huma et Naseef sont aussi membres du Conseil du personnel présidence du Conseil international islamique pour Dawa et de secours sous la direction de Qaradawi.

 

Tous ces liens sont largement documentées et détaillées par le Center of Politics Studies (un fameux centre de recherche américain), les auteurs sont Andrew McCarthy, Nonie Darwish et l'islamiste repenti Walid Shoebat, qui vient d'écrire un document de 38 pages sur le sujet.

 

Article original de Ryan Mauro, analyste du site RadicalIslam.org chercheur associé au Clarion Fund. Il est le fondateur de WorldThreats.com et est fréquemment interrogé par Fox News. 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article