La concubine du Président-Roi socialiste à la charge des finances publiques?

Publié le 10 Juin 2012

C'est probablement peu de chose au regard de la dette de notre pays mais si l'on se réfère à l'exemplarité voulue par le nouveau Président, on peut se poser des questions. D'autant plus que la concubine du Président-Roi socialiste, souhaite rester une journaliste "normale"! Souvenons-nous de la concubine de François Mitterrand qui fit une fille et l'éleva aux frais des contribuables. Bref, André me signale un texte et je ne résiste pas à le soumettre à votre sagacité. 

Gérard Brazon

****

Le PS et l'état  entretient-il la concubine du président ?

Madame Valérie Trierweiler contribue-t-elle à la réduction de la dette publique ? Sans le vouloir, est-elle coupable de complicité  de détournement de fonds publics ? Un vide constitutionnel pèserait donc sur la dette publique. Comme chacun sait, Madame Valérie Massonneau, épouse Trierweiler, divorcée depuis, et concubine de notre Président-Roi-Normal ne jouit d'aucun statut juridique au côté de lui. Pas même celui d'une secrétaire à l'Elysée.

On connait clairement la différence entre une concubine déclarée et une secrétaire de base. L'une couche avec le Président, pas l'autre (en principe)! Quoi de plus normal pour un couple légitime en droit. C'est plus délicat pour une femme ne l'étant pas. D'autant plus du fait que la charge financière pèse sur nos deniers publics. Bon c'est vrai, ce n'est pas grand-chose. Mais entre Madame Yvonne de Gaulle qui avait posé des compteurs et Madame la concubine, on a franchi un gouffre! Si j'ose dire, sans fâcher l'ex, c'est un monarchique et royal retour en arrière. Pom pom pa dour!

Madame Valérie Massonneau, épouse Trierweiler, divorcée depuis, et concubine de notre Président-Roi-rose ne dispose d'aucun droit à bénéficier d'avantages tels que ceux qui viennent de lui être octroyés:

- un directeur de cabinet. (Excusez du peu)

- et plusieurs membres de "cabinet",

Tout cela payé par l'Etat, donc par nous les contribuables !

Patrice Biancone, ancien journaliste de RFI, est le directeur de cabinet de Valérie Trierweiler à l'Elysée. Jusqu'à son départ de RFI, il y a deux ans, Patrice Biancone était l'éditorialiste politique de la radio, mais il a également travaillé  pour la presse écrite (le Matin de Paris, l'Express). Il a fait toute sa carrière en politique intérieure, alors que sa consœur Trierweiler avait des visées internationales. Il a suivi notamment la campagne présidentielle de Lionel Jospin en 2002. C'est un ami de longue date de Valérie Trierweiler, journaliste de Direct 8 et Paris Match, et le couple présidentiel a passé une partie de ses vacances de l'été 2011 à Hossegor (Landes) où il possède une maison. (Nous sommes rassurés, c'est des copains, alors tout va bien!)

Il est précisé que le cabinet de Mme Trierweiler compterait "4 à 6 personnes". Les premières dames ont souvent eu par le passé un secrétariat ou un cabinet à l'Elysée, pour gérer notamment leur courrier, les interviews, etc. C'était le cas pour Bernadette Chirac et Carla Bruni-Sarkozy, des épouses légitimes.

L'arrivée de journalistes dans les cabinets ministériels, à l'Elysée ou à Matignon, n'est pas une nouveauté, mais c'est la démonstration officielle des connivences entre la presse et le pouvoir. La baisse de 30% du salaire des ministres vise-t-elle à financer les frais de fonctionnement de la dame? (On ne  s'étonnera plus de la perte de crédibilité des journalistes. Copains/Coquins et vacances communes, tous ensemble, tous ensemble en maillot de bain !)

 Mais que dit le code pénal applicable depuis le 1er janvier 2012 ? Article 432-15, modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002:

"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l'un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission, est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150000 euros d'amende."

La tentative de délit, prévu à l'alinéa qui précède, est punie des mêmes peines. Une opacité dans la "transparence" "exemplaire" ! 

Le fait que  Madame Valérie Massonneau, épouse Trierweiler, divorcée depuis, et concubine de notre Président-Roi-rose ne soit pas marié à lui, puisqu'elle est en instance de divorce, serait-il depuis le 15 mai, une circonstance atténuante ?

Pouvez-vous, Madame Taubira, Garde des Sceaux, éclairer notre lanterne (Pas celle de Versailles que notre Président-Roi a repris à Nicolas Sarkozy)? Sans attendre un an, le temps que René Dosière ait fait les additions et présente la facture aux Français !

Loquendi Libertatem Custodiamus - Gardons la liberté de parler

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DURADUPIF 12/06/2012 15:53


La banalité de la normativité. Est-ce à dire que la paranormalité est devenue banale pour faire son entrée dans la magistrature suprême. A l'image de "peuples" qui envoient de plus plus en plus
l'un ou l'une des leurs pour "gouverner" populairement des pays aristrocrates. Décidément il nous faut des "savants" pour éclairer nos lanternes.

island girl 10/06/2012 19:17


Gogol 1er et sa "moitié"...un couple qui manque de classe...une mauvaise image pour la france.