La convention démocrate d'Obama ouvre aujourd'hui. Où en est son parti?

Publié le 4 Septembre 2012

Où en est le Parti démocrate en 2012 ? Comment a-t-il évolué ces dernières années ?

Il y a d'abord eu une évolution électorale. La branche la plus conservatrice du parti, établie dans les Etats du Sud, a disparu et n'est plus représentée au Congrès. Inversement, les républicains les plus libéraux, au sens américain du terme, sont en voie de disparition - il en reste un ou deux au Sénat, mais plus pour longtemps puisqu'ils sont contestés par le Tea Party. Cela tient à un changement géographique : les régions deviennent plus homogènes sur le plan des opinions politiques. Du coup, il y a eu, au sein des partis, un raidissement idéologique. Chez les démocrates, le mariage homosexuel ou l'avortement ne sont plus du tout un élément central. Les partis américains sont aujourd'hui plus cohérents idéologiquement, plus centralisés et plus disciplinés.

A qui le Parti démocrate veut-il s'adresser au cours de la convention ?

Depuis les années 1990, le Parti démocrate parle particulièrement aux femmes et aux minorités, ethniques ou sexuelles. Depuis quelques années, la part de la population hispanique dans l'électorat a augmenté et cela a ouvert des perspectives électorales pour le parti à l'ouest du pays, dans des Etats comme le Nouveau-Mexique ou le Nevada, alors que, auparavant, il était surtout installé sur les deux côtes. Ce n'est pas un hasard si la convention de 2008 s'était tenue à Denver, dans le Colorado. C'est pour cela que la convention de Charlotte va mettre en avant des Hispaniques, et aussi des femmes, car les républicains ont récemment adopté des positions très dures, non seulement sur l'avortement, mais aussi sur la contraception et ses modalités de remboursement. Obama va se présenter comme le candidat des femmes, qui représentent 52 % de l'électorat.

Qu'est-ce qui distingue Obama de Clinton ?

Clinton souhaitait changer l'idéologie du parti avec ses « new democrats », plus centristes. Mais il a négligé l'organisation sur le terrain. Obama, lui, n'a pas de projet idéologique, mais un projet organisationnel de structuration du parti dans tous les Etats, y compris des bastions républicains comme le Texas, où les évolutions démographiques joueront un rôle important dans les décennies à venir. Il a créé en 2009, juste après son entrée en fonction, Organizing for America (OFA), une organisation parallèle au parti, pour mettre sur pied des événements et mobiliser les électeurs en soutien à ses projets politiques. Obama reste très influencé par son expérience de « community organiser » à Chicago. Il est persuadé de la force des « grassroots movements ». Cette structure duale a certes créé des tensions, mais pas de lutte entre clans. La gauche du parti est critique sur la réforme de l'assurance-santé, qu'elle juge trop timide. Mais l'engagement du président sur le mariage homosexuel et l'assouplissement des règles d'expulsion pour les jeunes hispaniques ont calmé les plus à gauche. Obama aujourd'hui est d'autant moins contesté que les républicains agissent comme véritable repoussoir.

Propos recueillis par K. M.

Écrit par Karl de MEYER 
Correspondant à New York

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique étrangère

Commenter cet article

mika 04/09/2012 09:16


OBAMA qui devait "faire la pluie et le beau temps" est suspendu à la météo


http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2012/09/04/le-discours-de-barack-obama-suspendu-a-la-meteo_1755160_829254.html