La croix gammee et le turban la tentation nazie du grand mufti. Silence radio des manifestants pour le Hamas.

Publié le 17 Septembre 2010

nazi islam

 

           En écoutant cette vidéo ICI vous allez pouvoir vous rendre compte combien les Palestinien ne sont pas si innocents et pourquoi l'on peut voir encore des Palestiniens s'afficher avec des drapeaux  nazis. Il est curieux de constater que la gauche bien pensante de France feint d'oublier ce passé palestinien encore vivace dans la propagande palestinienne alors qu'elle est si prompte à dénoncer le racisme, l'islamophobie ou même Israël par ailleurs. Des soucis de mémoire ou la mémoire sélective?

Gérard Brazon

 

La croix gammée et le turban

Nous ne savons pas si Hitler est sur le point de fonder un nouvel islam. Il est d’ores et déjà sur la voie; il ressemble à Mahomet. L’émotion en Allemagne est islamique, guerrière et islamique. Ils sont tous ivres d’un dieu farouche. Jung (1939)
Mein Kamp (…) Tel était le nouveau Coran de la foi et de la guerre: emphatique, fastidieux, sans forme, mais empli de son propre message. Churchill  
Si le Reich allemand s’impose comme protecteur de tous ceux dont le sang allemand coule dans les veines, et bien la foi musulmane impose à chaque Musulman de se considérer comme protecteur de toute personne ayant été imprégnée de l’apprentissage coranique. Hassan el Banna (fondateur des Frères musulmans et grand-père de Tariq et Hani Ramadan)
Israël existe et continuera à exister jusqu’à ce que l’islam l’abroge comme il a abrogé ce qui l’a précédé. Hasan al-Bannâ (préambule de la charte du Hamas, 1988)

Les enfants de la nation du Hezbollah au Liban sont en confrontation avec [leurs ennemis] afin d’atteindre les objectifs suivants : un retrait israélien définitif du Liban comme premier pas vers la destruction totale d’Israël et la libération de la Sainte Jérusalem de la souillure de l’occupation … Charte du Hezbollah (1985)

Depuis les premiers jours de l’islam, le monde musulman a toujours dû affronter des problèmes issus de complots juifs. (…) Leurs intrigues ont continué jusqu’à aujourd’hui et ils continuent à en ourdir de nouvelles. Sayd Qutb (membre des Frères musulmans, Notre combat contre les Juifs)

La libération de la Palestine a pour but de “purifier” le pays de toute présence sioniste. Charte de l’OLP (article 15, 1964)

Les nazis ont probablement tué moins d’un million de Juifs et le mouvement sioniste a participé au massacre. Abou Mazen (alias Mahmoud Abbas, thèse, 1982)
Ce sera une guerre d’extermination, un massacre dont on parlera comme des invasions mongoles et des croisades. Azzam Pasha (président de la ligue arabe, le 14 mai 1948)
L’Allemagne national-socialiste lutte contre la juiverie mondiale. Comme dit le Coran : “Tu apprendras que les Juifs sont les pires ennemis des musulmans.Les principes de l’islam et ceux du nazisme présentent de remarquables ressemblances, en particulier dans l’affirmation de la valeur du combat et de la fraternité d’armes, dans la prééminence du rôle du chef, dans l’idéal de l’ordre. Voilà ce qui rapproche étroitement nos visions du monde et facilite la coopération. Haj Amin al-Husseini
Tuez les Juifs partout où vous les trouverez. Cela plaît à Dieu, à l’histoire et à la religion. Cela sauve votre honneur. Dieu est avec vous. (…) [L]es Allemands n’ont jamais causé de tort à aucun musulman, et ils combattent à nouveau contre notre ennemi commun […]. Mais surtout, ils ont définitivement résolu le problème juif. Ces liens, notamment ce dernier point, font que notre amitié avec l’Allemagne n’a rien de provisoire ou de conditionnel, mais est permanente et durable, fondée sur un intérêt commun. Haj Amin al-Husseini (mufti de Jérusalem, discours sur Radio Berlin, le 1er mars 1944)
Pour ses courageuses explorations de l’identité muslmane et européenne. Comité des Européens de l’année (pour la nomination de Tariq Ramadan, 2006)
C’est l’histoire d’une alliance inattendue [?]: celle du panarabisme et du nazisme. (…) C’est pourtant cette même occupation britannique qui lui offre l’ennemi de sa vie en encourageant, dès 1917, les Juifs à s’installer en Palestine. Télérama
Pourtant, durant la première moitié de sa vie, il apparaît comme un dirigeant soucieux surtout de ses intérêts, prêt à tout pour renforcer son pouvoir. Il fait partie d’une des grandes familles de Jérusalem. Les Husseini revendiquent leur filiation avec le Prophète et sont, traditionnellement, alliés au pouvoir en place. Après avoir brièvement servi dans l’armée ottomane, hadj Amin aide les Britanniques à recruter 2 000 volontaires en 1917 pour terminer la guerre. Comme beaucoup, il compte sur eux pour créer un grand Etat arabe. Et à l’instar de son peuple, il va se sentir trahi par les accords Sykes-Picot qui consacrent le partage du Proche- Orient entre Paris et Londres et, plus encore, par la déclaration de Balfour promettant au peuple juif un «foyer national» en Palestine. Le Nouvel Observateur

Organisateur de pogroms, lanceur de jihad contre les Juifs, admirateur d’Hitler, voix des nazis au Proche-Orient, installé à Berlin dès novembre 1941, initiateur de la création d’une division de Waffen-SS de musulmans bosniaques, éditeur de brochures antisémites, possible supplétif pour le Einsatzgruppe prévu par Himmler pour la Palestine, canal pour les aides financières et en armes nazies, conseille aux autorités hongroises en 1943 d’arrêter le transfert d’enfants juifs vers la Palestine, accueil après-guerre des criminels de guerre nazisLire la suite ICI

Le sujet

Retour sur Amin al-Hussein, figure controversée, ancien grand mufti de Jérusalem, qui collabora avec les nazis et fut l'un des défenseurs de la cause panarabe.

Défenseur de la cause panarabe dès les années 20, Amin al-Hussein lutte contre l'émigration des juifs organisée par les Britanniques dans son pays, la Palestine. Affichant une sympathie évidente pour les thèses nazies dès 1937, il s'installe à Berlin, fréquente les dignitaires du IIIe Reich et s'intéresse à la «solution finale». Il est également à l'origine de la création d'un corps d'élite musulman destiné à combattre les Alliés, incorporé à la Waffen SS et composé de 12 000 hommes recrutés en Bosnie et en Croatie. A partir de biographies récentes, ce document revient sur la collaboration du grand mufti avec les nazis, mais aussi, plus largement, sur son rôle historique et politique, expliquant pourquoi il reste encore aujourd'hui un héros et un grand leader nationaliste dans la plupart des pays du Proche-Orient.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Coups de gueule

Commenter cet article

forrester 20/09/2010 14:56



qu il y ait des musulmans extrêmistes ça on le savait merci . On sait peut être moins qu'il y a des israéliens d extrême droite comme celui qui a tué Rabin ( commandité et sous la protection de
qui?) et comme la ligue de défense juive interdite en Israel mais autorisée par le pro israélien Sarkozy ( lire Sarkozy Israel et les Juifs !). A l époque du Mufti pro nazi il existait aussi des
groupes d'extrême droite juifs qui ont en passant exécuté un diplomate français Bernadotte ! Moi je ne choisis par entre les extrémistes je les combats les deux !