LA DEMOCRATIE EST-ELLE UN PRODUIT D’EXPORTATION ?

Publié le 4 Novembre 2013

  Après l’assassinat des deux journalistes français au nord-Mali, ce qui étonne le plus, c’est l’étonnement. Au-delà de la tragédie au dénouement si brutal et qui nous rend tous solidaires des deux victimes et de leurs proches, certains semblent particulièrement surpris de la « froideur » de ce que d’autres osent appeler une « exécution ».

Par Christian Vaneste

Beaucoup sont effarés à l’idée qu’on puisse s’en prendre à ceux qui informent et ainsi mettre en péril la liberté de la presse. Cette réaction ne tient pas compte de la réalité. Le mot « barbare » employé par exemple par Barroso est révélateur. « Chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage » écrivait Montaigne. Nous voulons, parfois par le discours, parfois par les armes, installer notre conception de la démocratie partout. La liberté de la presse lui est indissociable. Mais, dans un des pays les plus pauvres du monde, au territoire totalement artificiel avec une capitale située au sud, en pays bambara, et une population touareg au nord à 1200 km de savane et de désert, est-ce réaliste ? Au mieux, comme dans notre propre histoire, il y faudra du temps.

 

Dans la plupart des pays africains, les divisions ethniques jouent un rôle plus important que la compétition entre les partis. Les atrocités qui se déroulent depuis de longues années au Rwanda et dans les régions voisines du Congo sont toujours liées à la lutte des Tutsis et des Hutus. Les militaires de l’Etat malien sont tellement mal venus à Kidal, en pays touareg que les Français l’ont « libérée » avec des Tchadiens.

 

Cette région aux contours incertains est un condensé de matière sociale explosive : une identité culturelle forte, exacerbée  par un appauvrissement lié au climat et au progrès, une situation doublement humiliante, au nord avec des Etats arabes qui ont su exploiter les traditions guerrières et au sud avec des Etats dominés par les sédentaires, des traditions âpres chez un peuple dont l’économie incluait des pratiques violentes et inégalitaires, la présence de groupes islamistes à la faveur de frontières floues avec des pays touchés par le terrorisme comme c’est aujourd’hui le cas de la Libye, une propension à la division et aux rivalités, enfin. La région de Kidal a, en fait, été laissée à un groupe rebelle Touareg, le MNLA, qui s’est apparemment séparé des mouvements salafistes, touareg, comme Ansar-Din, et s’est même opposé au Mujao ou à Aqmi. Les désaccords internes, la compétition entre factions concurrentes, le désir de vengeance sont autant de motifs possibles à un acte qui est, à nos yeux, injustifiable.

 

 

Le nord-Mali aux confins de l’anarchie libyenne, l’Afghanistan, avec sa géographie propice à la dissidence, la Somalie, et ses pirates qui ont empoché 330 Millions $ de rançons et coûté 18 Milliards au transport maritime, mais aussi l’Irak, dont les stratèges politiques américains pensaient que son développement le rendait apte à la démocratie sont des zones de désordre international, de violences politiques, et des bases possibles, aujourd’hui ou demain, pour le terrorisme.

 

Plusieurs pays africains sont en proie à des guerres impitoyables, notamment à la limite de l’aire musulmane. Le Printemps Arabe dans lequel certains avaient cru voir la répétition de l’après-mur de Berlin, a créé des situations disparates, de la répression sunnite au Bahrein à la guerre civile syrienne, du coup d’Etat militaire égyptien au désenchantement islamique des Tunisiens. Qui peut y voir un progrès de la démocratie ?

 

Et, face à cela, nos démocraties sont bien fatiguées : l’opinion publique ne veut plus qu’on expose des soldats, même professionnels, sur des terrains où la sécurité du pays n’est pas directement menacée, les budgets de la Défense diminuent partout, la solidarité «occidentale» ou européenne se fait réticente comme l’Allemagne l’a montré dans l’affaire libyenne. Plutôt que d’occuper un territoire rétif afin d’y construire une démocratie improbable, l’option est maintenant de rendre ces espaces dangereux pour les terroristes eux-mêmes, à coups de drones. L’ingérence au nom de la démocratie universelle restera sans lendemain, en dehors de l’Europe.

La lutte contre un terrorisme dont nous pourrions être les victimes est un acte de légitime défense. Ce n’est plus la croisade des Droits de l’Homme. Le rêve kantien de la Paix Perpétuelle, le projet libéral d’un marché universel soumis au droit se sont heurtés à la réalité diverse des hommes façonnés par leurs cultures. La démocratie est née dans une civilisation hellénique et chrétienne, en un mot, humaniste, ni en Chine confucianiste ni en terre d’Islam. Le jour où "Libération" s’est réjoui de la prise de Phnom-Penh par les khmers rouges, il avait cru à un progrès et n’avait pas anticipé l’un des génocides les plus atroces de l’histoire. Cessons de voir le monde avec nos yeux d’européens et à travers le prisme déformant de notre histoire. (Il est à noter que le "socialiste"Fabius a regretter la disparition d'un des génocidaires. ndlr Gérard Brazon) 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Kevin LONE 05/11/2013 17:32


Réponse à faire passer dans vos articles, si possible. MERCI ! A bientôt. Bien à vous. Kevin LONE


VOUS AVEZ DIT… DEMOCRATIE ?!... (Par Kevin LONE - Pt du RDD)


Mais de quelle démocratie parle-t-on ? Démocratie représentative ou démocratie directe ? Aujourd’hui se mobiliser pour mettre en place la vraie démocratie - La
Démocratie Directe - serait, n’en déplaise à certains, une excellente chose, O combien légitime et salutaire pour notre pays la France, pour l’Europe, voire le Monde ! Quel excellent système
démocratique pour lutter contre les magouilles politiciennes, les abus de bien sociaux, etc., conséquence de tous ces carriéristes qui s’installent dans les palais de la République pour 10, 20,
30 ans, voire plus ! Et que dire de cet abominable culte de la personnalité qui laisse croire aux citoyens que l’homme ou la femme « idoine » existe… quelle blague, quelle belle histoire pour
endormir les enfants mais aussi et surtout quel scandaleux abus de confiance ! Mais… ne dit-on pas que les Hommes ne sont que de grands enfants ? Il faudrait pourtant que ces Hommes… ces grands
enfants, quelque peu nombrilistes et béats, sortent rapidement de cet état infantile avant qu’il ne soit trop tard !! Et j’insiste, OUI AVANT
QU’IL NE SOIT… BIEN TROP TARD ! 


Un conseil, si je peux me permettre : « N’attendez pas ou n’attendez plus le Messie politique qui ne viendra pas, mais prenez votre avenir en main avec la démocratie directe ! ».


La démocratie directe est la seule qui permet à chaque citoyen de participer directement et régulièrement aux décisions qui le concernent et donc d’exercer pleinement sa légitime souveraineté
conformément aux articles 2 et 3 de notre Constitution ! 


En effet, qui peut mieux dire ce que veulent ou ce que pensent les Français sinon les Français eux-mêmes !


N’aimeriez-vous pas être consulté, comme cela se fait dans certains pays (Suisse) ou Etats Américains (Californie), etc., pour donner votre avis sur des sujets aussi importants que : le travail,
les retraites, l’immigration, le droit du sang, la santé, la sécurité sociale, l’Education, l’Europe, la Défense, les énergies, les frontières, les traités et, le cas échéant, sur une éventuelle
révocation, etc. ?!


Aujourd’hui, face à la crise économique et monétaire (chômage, avenir incertain…) et à cette immigration incontrôlée (repeuplement, colonisation, insécurité, etc.) les peuples d’Europe se
révoltent les uns après les autres (Grèce, Espagne, Italie, Portugal, France, etc.). Pourquoi ? Parce que d’une part, les gouvernements de droite comme de gauche n’ont pas pris suffisamment tôt
les décisions nécessaires et salutaires. D’où cette montée de mécontentement et de désespoir des peuples qui risque de nous conduire, à brève échéance, à une émeute dans toute l’Europe, voire à
une guerre civile sans précédent avec toutes les conséquences dramatiques qui en découlent ! Et, d’autre part, parce que les peuples d’aujourd’hui ne sont pas les peuples d’hier ! Il faut que les
politiques en prennent conscience et surtout qu’ils cessent de rêver ! OUI, les peuples d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier ! Tous ces révoltés, tous ces indignés veulent prendre la parole, ils
veulent que le pouvoir les écoute ! Ils ne veulent plus subir, se taire et baisser la tête ! Alors, pourquoi ne pas leur donner rapidement ce qu’il demande… la parole, tout simplement ! La seule
façon de leur donner satisfaction et d’éviter tout débordement ne sera possible… et durable qu’à travers la démocratie directe. Seul système démocratique qui est en mesure de canaliser ce
grondement populaire qui monte de nos rues et ne cessera que lorsqu’il aura était entendu et satisfait ! La paix sociale et la paix en général ne sera réelle… et durable qu’à travers cette forme
de démocratie : La démocratie directe ! J’en suis totalement persuadé… convaincu ! Dans le cas contraire, mon optimisme sera mis à dure épreuve !!


Nous savons fort bien que la démocratie représentative, dont les fondements reposent sur ces idéologies qui agonisent depuis longtemps, ne nous a conduis au cours des siècles qu'à de grandes
catastrophes. Alors… doit-on attendre la prochaine catastrophe passivement… béatement ?! Il est temps de passer à une véritable démocratie bien préparée et structurée afin de ne pas déstabiliser
et plonger le pays dans le chaos. Il est donc urgent, capital et vital que la démocratie représentative, là notre actuellement, fasse place à la démocratie directe.


Voir les réformes (Chapitre : Sommaire) présentées sur le site du Rassemblement pour le Démocratie Directe – RDD : www.rdd-france.com.


QUELQUES QUESTIONS : 


N'avez-vous point besoin d’une réelle démocratie, une démocratie directe qui vous donnerait la parole ? Qui donnerait la parole à tous les Français ?! 


N'avez-vous point besoin de cette vraie bouffée de liberté et d’espoir qui ne peut exister et perdurer qu’à travers une réelle démocratie et non à travers cette démocratie représentative,
véritable déni de démocratie au service de quelques un(e)s ?! 


Sommes-nous des enfants ou des demeurés au point de faire allégeance et de se placer sous la tutelle d'une personne supposée « idoine… » gourou d'un parti dès l’élection terminée ?!


Sommes-nous satisfait d'être consulter que tous les cinq ou six ans, et puis... un profond et "assourdissant" silence démocratique s’installe tout naturellement pendant toute la durée de la
mandature... 5 à 6 ans ?


Allons nous continuer à cautionner des programmes du genre catalogue... que je redoute ?! Programmes qui ne sont ou ne peuvent jamais être tenus ? Impéritie, naïveté, machination ou honteuse
démagogie de la part de nos responsables politiques ?!


Allons-nous continuer à opposer les Françaises et les Français dans ces combats fratricides et idéologiques qui ne mènent qu'à des exactions les unes plus redoutables que les autres et qui ne
servent que la carrière et les intérêts personnels de quelques un(e)s ?!! 


Quand allons-nous enfin comprendre tout cela ?! Notre histoire est pourtant riche et pavées d’exemples qui se sont terminés par de grand malheur… souffrance physique, psychique et grande misère !


Certes nous avons tous, ou presque, une appartenance à un parti ou à une sensibilité politique, mais où cela nous mènera-t-il ?! Doit-on continuer à vouloir imposer aux autres nos convictions...
ou serait-ce plutôt nos certitudes qui font le lit de toute forme d'exactions ? Ou doit-on les soumettre au suffrage de nos concitoyens ? Qui a raison, qui a tort ? Seul le peuple, vous, moi et
tous les autes citoyens de France ont la légitimité, au travers de la souveraineté qui leur appartient, pour en décider. Comment ? Par la pratique régulière des différents types des référendums :
initiative populaire, approbation, ratification et révocation, cela ne vous semblent-t-ils pas préférables à ces combats fratricides qui ne peuvent mener la France qu’à sa destruction ? Ou
voulez-vous continuer à faire allégeance aux politiques ?!


Le moment n'est-il pas venu de passer à autre chose avant qu'il ne soit trop tard ?! Quelque chose de plus beau, de plus grand, de plus noble… une véritable démocratie, une démocratie directe
respectueuse de ses citoyens ? La seule qui ne nous considère pas comme de simples et vulgaires bulletins de vote mais comme des citoyens à part entière ! Des
Citoyens maître de leur destin !


LA SOLUTION


Aujourd’hui, seule la « Vox populi »… la Démocratie Directe est en mesure, par l’intermédiaire du peuple, de proposer et de faire voter les lois nécessaires pour régler définitivement les
problèmes qui frappent de plein fouet la France et les Français et plus particulièrement les problèmes liés à un certain cance

marco 04/11/2013 20:34


J'ai toujours reprocher a l'occident et en particulier a la France de vouloir exporter la démocratie européenne dans des pays qui n'en voulait pas a commencer par les croisades.