La "diffamation des religions" en débat à l'ONU. Le retour du blasphème!

Publié le 19 Août 2011

Posté récemment dans le Jihad Watch . L'OCI (Organisation de la Conférence islamique) continue son assaut contre la liberté de parole à l'ONU par la résolution 16/18. Cette résolution, est enveloppée dans des termes tels que «la diffamation des religions», est une tentative à peine voilée de criminaliser le discours qui critique l'Islam.
Mais maintenant, dans un développement inquiétant, selon un article publié par l'Agence islamique internationale, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est associée  pour mettre en œuvre cet effort afin de criminaliser la liberté d'expression.
La secrétaire d'Etat Clinton a dit que le département d'Etat assurera la coordination avec l'OCI sur les moyens juridiques à mettre en œuvre à la résolution des Nations unies criminalisant la «diffamation des religions"
La précipitation à criminaliser toute parole de vérité sur la façon dont les djihadistes islamiques utilisent les textes et enseignements de l'Islam pour encourager la violence et le suprématisme. L’Observatoire de l'OCI a prévenu depuis 2009 contre la croissance de l'extrême droite en Europe, Washington envisage d'accueillir une réunion sur la résolution s'opposant à  "la diffamation des religions", de l'agence de presse International 
islamique,  

Signalé par Marie Claire Muller 

Il est clair à la lecture de l'article qui suit qu’une véritable offensive islamique s’impose face aux démocraties occidentales.

La réponse devrait être la fermeté, les valeurs de LIBERTE comme celle de la libre expression, les droits des peuples et des citoyens, les élections et j’en passe mais, nous assistons à quelque chose qui peut s’apparenter à une capitulation en bonne et due forme.

Certes, on peut espérer que c’est plutôt la volonté de gagner du temps, le temps de se passer du pétrole par exemple mais est-ce la réalité ? J’en doute tout de même. Les biens et les finances des pays producteurs sont placés en Europe et aux Etats-Unis, il serait simple de pousser le levier de la rétorsion sur ces pays qui financent, dans le même temps, toutes les "guerres saintes islamiques" du monde ou du moins l’encourage puisqu’ils ne l’interdisent pas.

Alors quoi, qu’est-ce qui interdit à nos gouvernements de hausser le ton face à l’OCI et de leur dire gentiment dans un premier temps, que l’Occident est encore libre de penser et de vivre comme bon lui semble et qu’au demeurant, cette OCI devrait se pencher sur le problème libertés individuelles dans les pays musulmans et sans doute, en profiter pour lancer une révision de ces textes fondamentaux comme la tristement célèbre charia.

Qu’est-ce qui interdit à des gouvernements élus sur la base des libertés civiles, reconnues par différentes constitutions, écrites pour certaines depuis plus de cent ans, et pour la nôtre depuis 53 ans, sur l’égalité des sexes, les droits civiques, le respect de l’enfant, les droits de l’homme, la liberté d’expression et la laïcité ?

Ce qui se passe est grave car l’ONU, ce « machin »  disait le général de Gaulle s’apprête à remettre le blasphème dans les textes de lois internationaux. Quel est le Président, le Premier Ministre, le chef de gouvernement qui montera à la tribune de l’ONU pour faire une déclaration sur les libertés et demander que ce texte, cette loi sur « la diffamation des religions » qui n'est en fait que l’interdiction de critiquer l’islam ce système totalitaire, injuste, sexiste, immoral au regard de nos lois sur la protection de l’enfance, inégalitaire sur l’idée qu’il se fait de la femme et antidémocratique aussi bien sur le fond que sur la forme.

Qui lèvera la main pour dire Non. Non à une loi internationale obligeant à réinstituer sur nos terres occidentales le blasphème ? La France devrait être la première à se lever!  Elle qui s'est battue pour l'indépendance des Etats-Unis, qui fit des révolutions, donna l'exemple pour inscrire les droits de l'homme dans toutes les constitutions des pays démocratiques.

Gérard Brazon 

**********************************

JEDDAH,  (Ramadan 1/Aug)

Au cours des prochains mois, Washington envisage d'accueillir une réunion de coordination pour discuter avec l'Organisation de coopération islamique (OCI) afin de mettre en œuvre la résolution no. 16/18 sur la lutte contre la diffamation des religions, et comment éviter les stéréotypes dépeignant les religions et leurs adeptes, ainsi que la diffusion de la tolérance religieuse, qui a été approuvé par le Conseil des droits humains de l'ONU en  Mars dernier, en accord avec les pays occidentaux. La résolution a été adoptée après de longues discussions qui ont eu lieu entre l'OCI et les pays dans lesquels le phénomène de l'islamophobie est en hausse.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait annoncé l'intention du Département d'Etat américain d’organiser une réunion de coordination lors de sa participation à la réunion qu'elle a co-présidée avec le secrétaire général de l'OCI, le Professeur Ekmeleddin Ihsanoglu à Istanbul le 15 Juillet 2011. 
La réunion a émis une déclaration conjointe soulignant la nécessité urgente pour l'application de la résolution 16/18.

Selon des sources bien informées à l'Organisation de coopération islamique, les deux parties, en plus d'autres partis européens, tiendront un certain nombre de réunions spécialisées d'experts en droit et de religion afin de finaliser l'aspect juridique sur la façon de mieux mettre en œuvre la résolution de l'ONU 
.

Les sources ont indiqué que les réunions à venir visent à développer une base juridique pour la résolution de l'ONU Conseil des droits humains, qui aide à la promulgation de lois nationales pour les pays impliqués dans la question, ainsi que la formulation de lois internationales empêchant l' incitation à la haine résultant de la diffamation continue des religions 
.

D'autre part, le secrétaire général de l'OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu, a souligné que le crime commis récemment en Norvège a été le résultat de la montée de l'extrême droite en Europe et sa grande mobilité dans les milieux politiques. 
Il a déclaré que l'OCI avait averti à plusieurs reprises contre de ce que l'on pourrait appeler l'institutionnalisation du phénomène de l'islamophobie par l'implication de l'extrême droite européenne dans les institutions gouvernementales et l'action politique (…)

Il est clair à la lecture de cet article qu’une véritable offensive islamique s’impose face aux démocraties occidentales. La réponse devrait être la fermeté, les valeurs de liberté comme celle de la libre expression, les droits des peuples et des citoyens, les élections et j’en passe mais, nous assistons à quelque chose qui peut s’apparenter à une capitulation en bonne et due forme. Certes, on peut espérer que c’est plutôt la volonté de gagner du temps, le temps de se passer du pétrole par exemple mais est-ce la réalité ? J’en doute tout de même. Les biens et finances des pays producteurs sont placés en Europe et aux Etats-Unis, il serait simple de pousser un levier de rétorsions sur ces pays qui financent, dans le même temps, toutes les « guerres saintes islamiques » du monde ou du moins l’encourage puisqu’ils ne l’interdisent pas.

Alors quoi, qu’est-ce qui interdit à nos gouvernements de hausser le ton face à l’OCI et de leur dire gentiment dans un premier temps, que l’Occident est encore libre de penser et de vivre comme bon lui semble et qu’au demeurant, cette OCI devrait se pencher sur le problème libertés individuelle dans les pays musulmans et sans doute en profiter pour lancer une révision de ces textes fondamentaux comme la charia.

Qu’est-ce qui interdit à des gouvernements élus sur la base des libertés civiles, reconnues par différentes constitutions écrites pour certaines, depuis plus de cent ans et pour la nôtre depuis 53 ans, sur l’égalité des sexes droits, le respect de l’enfant, les droits de l’homme, la liberté d’expression et la laïcité ?

Ce qui se passe est grave car l’ONU, ce « machin »  disait le général de Gaulle s’apprête à remettre le blasphème dans les textes de lois internationaux. Quel est le Président, le Premier Ministre, le chef de gouvernement qui montera à la tribune de l’ONU pour faire une déclaration sur les libertés et demander que ce texte, cette loi sur « la diffamation des religions » qui en fait n’est que l’interdiction de critiquer l’islam ce système totalitaire, injuste, sexiste, immoral au regard de nos lois sur la protection de l’enfance, inégalitaire sur l’idée qu’il se fait de la femme et antidémocratique aussi bien sur le fond que sur la forme.

Qui lèvera la main pour dire Non. Non à une loi internationale obligeant à réinstituer sur nos terres occidentales le blasphème ?

Gérard Brazon 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Commenter cet article

Nancy VERDIER 19/08/2011 23:56



La famille Clinton n'aurait jamais dû accéder ni au pouvoir, ni à la Maison Blanche. Il y a longtemps que des intellectuels américains l'avaient dit. (Sans compter la politique monétaire et
financière du Président Clinton à qui on doit en partie la situation catastrophique des USA).
Les USA sont en quelque sorte un pays avec une religion d'Etat : la religion chrétienne. Mais la dérive est déjà entamée avec l'élection d'Obama. (Je ne sais trop si au jour de son investiture il
a juré sur la Bible - à contre-coeur / ou sur le Coran). 
Nous nous plaignions du politiquement correct en Europe, mais aux USA, c'est la langue de bois en permanence. Je ne sais pas si Mme Clinton réalise ce qu'elle est en train de faire
(mais après tout, une Christine Lagarde affirmait froidement qu'elle accueillait avec enthousiasme les capitaux islamiques ainsi que la Charia. Souvenez-vous de cette horrible vidéo..)
Donc après le FMI, voilà l'ONU qui est déjà largement contaminée...
Mme Clinton a également déclaré qu'elle entamerait des pourparlers avec les Islamistes égyptiens - au détriment des Coptes, il va sans dire. Les USA ont déclenché une guerre en Libye qui va
encore installer des islamistes au pouvoir...et non pas une démocratie comme le prétend l'OTAN. Si c'est à l'image du beau résultat en Irak et en Afghanistan, on n'est pas sorti
d'affaire.
La politique des USA me dégoûte de plus en plus, comme celle des gouvernements européens. Il sera intéressant de suivre les  débats et les votes. 
J'ose espérer que cette affaire soulèvera un tollé général....Je vois surtout que c'est la fin de nos grandes démocraties, la fin des libertés, de la Liberté....
J'avoue que parfois, le désespoir m'envahit, car je ne vois pas d'autres solutions qu'une infernale et éternelle guerre civile au niveau mondial, pour nous sortir de cette prison dans laquelle
les instances européennes et mondiales veulent nous enfermer, TOUS.
Quand je pense à ce qui se passait sur cette petite île norvégienne où des salopards de parents avaient envoyé leurs enfants pour se faire "formater le cerveau" par ces soit-disants
travaillistes - vert Kaki....
On voit bien que l'ISLAM ou plutôt le nazislamisme ou une nouvelle forme de dictature est leur projet à tous.
La seule solution : en finir avec l'ONU, comme le souhaitent déjà certains états. C'est chose la plus intelligente que De Gaulle ait dite = ce"Grand Machin"


 



riziere 19/08/2011 23:46



j'en ai 72 ppkc et entièrement d'accord avec toi. On peut et doit vivre sa religion dans la laicité.



médium41 19/08/2011 19:10



Bravo ppklpour votre courage .



ppkc 19/08/2011 18:35



Moi, je leverai la main [et au besoin les armes] pour dire NON, NON, et encore NON !


A 73 ans je peux témoigner :


1) Que l'on peut vivre toute une vie sans religion.


2) Que l'Islam est la religion la plus con et la plus dangereuse au monde.


L'Islam [organisation criminelle] va [pour assurer sa suprématie] "enterrer" [sous peu] les cons, les lâches, les faibles.


Et ce sera bien fait pour eux !


En ce qui me concerne j'ai honte d'appartenir à un peuple... qui n'a rien dans le pantalon.



francis Claude 19/08/2011 18:30



alors et alors et alors et bien rien de concret rien de positif dans la lutte contre l'islam bien au contraire j'en viens a croire que nous sommes des malades pour nous insurgé contre l'islam, ou
alors chose que je trouve plus plosible c'est les autres qui sont trop mais vraiment trop c...pour comprendre que nous allons nous faire bouffer si nous ne réagissons pas.Mais au stade ou cela en
est arrivé ce n'est que par les armes que nous leur ferons comprendre que leur islam nous n'en voulons pas chez NOUS!!!



marco 19/08/2011 18:19



Oui mais,s'il devient interdit de critiquer l'islam il en  sera de même de la chrétienté,donc juste retour de bâton.mais d'ici-là,il faut en profiter!!