La formation professionnelle - par Joëlle Ceccaldi-Raynaud

Publié le 31 Janvier 2011

        La formation est la clef de toutes choses. La formation permet l'insertion professionnelle, qui permet de trouver du travail au bon niveau de ses compétences. Le travail est la première des sources de l'intégration a minima dans la société si ce n'est  l'assimilation pour les plus avancés dans cette volonté. La France souffre de ce manque de formation. Il y a inadéquation entre les demandeurs et les offres d'emplois. Pas assez de boulangers, de pâtissiers, de cuisiniers, de charcutiers, de bouchers alors que les artisans manquent de jeunes pour combler les vides dans les effectifs. Pourquoi les jeunes ne veulent pas apprendre ces métiers ? Trop durs, pas assez rémunérés, pas attrayants alors que ces métiers offrent un avenir certain en France comme à l'étranger ! De même pour les métiers du bâtiment. Il est bon que ces problèmes fassent l'objet d'un débat à l'Assemblée. Voici l'intervention d'une députée que je connais bien.

Gérard Brazon  

 

         Aujourd’hui en France, un jeune issue d’une formation en alternance dispose de 50% de chances de plus qu’un jeune en formation théorique de trouver un emploi. L’apprentissage est donc un levier essentiel de l’insertion dans la vie active. Face à ce constat, le gouvernement de François FILLON entend mener des actions destinées à développer les outils permettant d’améliorer la qualité des formations en alternance, répondant ainsi tout à la fois aux besoins des entreprises et à la nécessité de favoriser l’emploi des jeunes.

        C’est la raison pour laquelle, le 29 novembre dernier, Xavier BERTRAND, Ministre du travail, de l’emploi et de la santé et Nadine MORANO, Ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle, ont lancé, en collaboration avec René RICOL, Commissaire général à l’investissement, l’appel à projets « Investir dans la formation en alternance ». Destiné tout d’abord à moderniser l’appareil de formation en alternance à travers la création et le développement de centres et d’organismes accueillant des jeunes travailleurs en alternance, cet appel à projets ambitionne également de développer des solutions d’hébergement qui leur soient adaptées.

           Doté de près de 250 millions d’euros, ce programme devrait permettre la création et l’extension d’une cinquantaine de structures, ainsi que le développement de 10 000 places d’hébergement. Les projets mettant en place des « pôles de référence » combinant ces deux actions seront privilégiés. Par ailleurs, les financements seront tant publics que privés, et la Région un interlocuteur privilégié afin que s’articulent de manière cohérente la mise en œuvre des projets et les politiques régionales.

             Engagée en faveur de l’emploi des jeunes, je ne peux que saluer la mise en place d’un dispositif aussi ambitieux, destiné à leur offrir la possibilité de bénéficier d’une formation appropriée leur permettant de répondre au plus près aux attentes du monde du travail et de l’entreprise.

Elue d’un territoire économique majeur, essentiellement tertiaire, en constant développement, je suis persuadée que vous saurez saisir cette opportunité historique pour en faire bénéficier la jeune génération.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud

 

Députée-Maire

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Thouvenin 03/02/2011 19:19



La formation professionnelle est un de ces magnifiques fromages dont la République a le secret. Plutôt que de créer un Nième organisme, on ferait mieux de veiller au bon fonctionnement de ceux
qui existent déjà.


La "formation professionnelle" est évidemment indispensable et il existe heureusement des écoles et des stages très bien pensés et efficaces.


Mais c'est oublier la rapacité de certains organisateurs qui profitent de la manne providentielle pour créer de la formation "bidon". Des milliards sont ainsi dilapidés par de peu scrupuleux
"professeurs" qui n'ont aucun titre que celui qu'ils se sont attribué.


Curieusement, des enquêtes sont rarement engagées. Parce que le "fromage" est tellement savoureux que c'est une bonne aubaine pour beaucoup de gens.


Souvenez-vous de la célèbre formule : le cancer, il y a plus de gens qui en vivent que de gens qui en meurent ! La formation professionnelle, c'est la même chose. Il y a plus de formateurs que de
formés...


La Cour des Comptes devrait bien s'en occuper...Mais elle a tant de choses à faire...!



Francis CLAUDE 01/02/2011 08:20



oui bravo mais......les notres les Français de souche ne veulent plus travaillé comme ceux de notre génération c'est trop pénible de faire le tailleur de piérres ou le plombier(mais que cela
rapporte si l'on s-y accroche) les autres ...les Français de papiers vous plaisanté les faire travaillé hors de question les caisses de notre belle France et les vols le traffic de drogues
et autres magouilles leur suffisent a leur petite vie de racailles dans notre FRANCE