La France est un pays musulman qui ne dit pas son nom.

Publié le 2 Février 2015

Je  m’intéresse, donc je lis. Et j’ai lu le rapport remis en décembre 2014 par Pierre Conesa, spécialiste des questions internationales, à la Fondation d’aide aux victimes du terrorisme et intitulé « Quelle politique de contre-radicalisation en France ? ».

  Par Philippe Franceschi

On y retrouve une analyse classique du phénomène de la radicalisation et les spécificités françaises, notamment notre retard en matière de politique de contre-radicalisation, les expériences étrangères, la mesure géopolitique du problème, ce que devrait être notre organisation interministérielle centralisée de lutte contre ce phénomène, les insuffisances du CFCM, la nécessité de concevoir des discours conçus par des initiatives privées coordonnées, les contournements de la loi de 1905, etc.

Les propositions formulées témoignent d’une capitulation sidérante. Pierre Conesa prend acte de l’installation de l’islam dans notre paysage républicain et de la nécessité, pour l’État, de promouvoir et organiser la théologie musulmane. L’idée générale qui ressort de ce rapport est qu’il convient de consolider l’implantation de l’islam en France, de l’enraciner, sinon point de salut.

Morceaux choisis :

– Page 72 : « revivifier la Fondation pour les œuvres de l’islam de France » créée en 2005 sous l’impulsion de Dominique de Villepin, alors ministre de l’Intérieur, pour diffuser des discours contre-radicaux, ou recourir à une fondation constituée à cet effet. Rappelons que les objectifs fixés à cette fondation restée en déshérence étaient de gérer le financement des lieux de culte avec transparence et la formation des cadres religieux, pour ainsi contribuer au développement du culte musulman en France.

– Page 73 : relancer la formation des cadres religieux musulmans par la création de « pôles d’excellence bien identifiés et structurés en sciences humaines et sociales de l’islam » où interviendraient les spécialistes patentés. « Ces pôles de compétence pourraient être mobilisés par le biais d’un groupement d’intérêt public (GIP) dont l’objectif serait de financer des projets relatifs à la thématique islam, État, Société et Formation des cadres religieux. » Toujours plus d’islam…

– Page 76 : « L’offre religieuse musulmane est visible dans l’espace public alors qu’elle est insuffisante en milieu carcéral. » Plus d’aumôniers musulmans, toujours plus…

– Page 78 : « Il appartient aux élites musulmanes d’inviter de grands savants qui ne se mettent pas en porte-à-faux par rapport à la législation nationale. » Est même évoquée la nécessité de créer une structure représentative des élites de la communauté musulmane.

Prosélytisme, toujours plus de prosélytisme…

– Page 80 , le voile tombe enfin, si je puis dire : « La France, un pays musulman qui ne dit pas son nom », il faut « affirmer la France comme puissance du renouveau théologique arabo-musulman ».

Pierre Conesa évoque le projet de création d’une faculté de théologie musulmane en France, destinée à la formation des imams, dossier toujours ouvert depuis 1978. « La théologie doit rester du ressort exclusif des responsables musulmans. » « Il conviendrait de demander un siège à l’Organisation de la conférence des États islamiques »…

La France État islamique ? « Avec plus de six millions de musulmans, la France peut se considérer comme le porte-parole d’une communauté plus significative qu’un tiers des États membres de cette organisation.

"Il est peut-être temps, pour les musulmans français, de représenter eux-mêmes la République dans des enceintes où ils pourraient s’exprimer sans caricatures." 

Je remarque, par ailleurs, une grossière erreur de terme en ce qui concerne l’OCI appelée, dans le rapport, Organisation de la conférence islamique, alors que cette organisation a changé de nom et que le « C » signifie « Coopération » depuis le 28 juin 2011. Surprenant, pour un rapport de spécialiste du domaine…

Islamisation rampante de la société française, avez-vous dit ? Islamisation des esprits d’abord.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

lombard 03/02/2015 16:15


bonjour 


a mon avis vu que ne sont comptabilisé que les demandeurs et illegaux.


depuis 40 ans que l'on nous ment , nous devons avoir pas loin des 20 millions 


d'immigrants majoritairement musulmans devenus français de papier. les memes


qui ont des enfants de migrants( en quantité qui pourrissent nos


écoles,raquettent nos enfants et qui baisent nos filles.)....ce sont le memes qui


ont obtenus 2500 mosquées environs en plus des 10 ou 15.000 salles de prieres


reparties sur le territoire.

L'EN SAIGNANT 03/02/2015 09:50


DIEU VOUS ENTENDE MON FILS MAIS MOI, HÉLAS, il y alongtemps que je le crois sourd .! .!

L'EN SAIGNANT 03/02/2015 09:48


Ben VOYONS .! Faut bien préparer les repris de justice à conquérir la France à l'islam,  dès leur sortie de prison ... !

DURADUPIF 02/02/2015 21:43


Mais d'où ils sortent ces fous ? Ont-ils lu le koran ? Ils s'imaginent que 6 ou 11 millions vont en imposer à 62. Que la France va sortir de sa culture, de ses Patrimoines, de sa Constitution et
de SA République pour céder des pans de charia, dans les prisons, les mosquées, les écoles coraniques, sur la voie publique, etc. mais avant....il se passera quelque chose