La France malade de ses faux médecins Par Gérard Brazon

Publié le 5 Juillet 2011

par Gérard Brazon - Riposte Laïque

La France malade de ses faux médecins

L’offensive continue concernant le voile islamique. A fleuret moucheté certes, mais avec beaucoup d’efficacité d’autant plus lorsque vous avez en face de cette offensive des directeurs d’écoles désemparés la plupart du temps. Ou sont les généraux et les troupes face à cette offensive médiatique, associative et organisée? Que peuvent-ils faire devant un soutien fluctuant, des mots d’ordres contradictoires et des signes politiques négatifs? La loi sur le voile islamique n’a rien réglé tout simplement parce que la France et son personnel politique sont prisonniers d’une politique européenne, des droits-de-l’hommistes, de la bien pensance, des tenants de l’immigration et j’en passe. C’est un grand classique au fond, on fait sortir la femme voilée de l’école et on l’a retrouve devant la fenêtre. Elle attend, elle manifeste, prend ses ordres, s’infiltre par le moindre interstice et harcèle l’administration au nom du « droit parental ». Il est  à noter que l’on ne voit pas d’hommes en djellaba et babouches à la sortie des écoles en tant que parents comme l’on voit des pères soulager les mères dans les taches parentales.

Tout est bon face à des dirigeants qui ne veulent pas de vagues, pas d’ennuis surtout à moins d’une année d’une élection reine. La pression de « l’islamophobie », du « racisme », de la « xénophobie » et autres armes de guerres psychologiques imposées de gré ou de force par la bien pensance médiatique et les forces destructrices de l’idée de la nation reste dominante, implacable. Elle est la mesure de la faiblesse de ceux qui ont abandonné en rase campagne, dans une morne plaine cette certaine « idée de la France ».  Alors oui, nous devons constater clairement que nous n’avons plus d’hommes d’État, encore moins de femmes d’État et si peu, trop peu de féministes.

La France s’est retrouvé nue en haut de la barricade de nos libertés, elle est maigre, tremblante, désemparée. Son drapeau est tombé, des êtres infâmes le déchirent.

Il n’y a plus que des gestionnaires au jour le jour, des banquiers, des petits comptables, des administratifs, des pusillanimes, des gratte-tiroirs. Un monde froid sans âme, sans idée, sans passé du haut en bas de la filière pouvoir.

Le dossier « foulard islamique » s’il vous plaît ? Grimace de l’huissier.

Bat B, escalier C, 4iéme étage, étagère à l’extrême droite. Dossier 1940bis2011. Mettez des gants !

Où est la France dans cette affaire? Où est cette France que nous aimons, cette France éternelle dans l’esprit de nos dirigeants d’aujourd’hui ? Ont-ils « une certaine idée de la France » comme le disait le général Charles de Gaulle. Pensent-ils que   »La France c’est ma Maîtresse » comme disait l’Empereur.

La France comme seule et unique préoccupation non pas pour faire des bénéfices, du chiffre d’affaires, des courbes économiques? Les seules frontières qui intéressent ces « gens là« , ce sont celles du marché et des courbes en bourse. Les troupes? le Dow-Jones, le CAC40, les soldats? Le dollars, l’Euro, le Yen, etc.

Par dessus bord l’Histoire de notre France réduit par les pédants de la gauche à la terminologie de « Roman de l’Histoire« . Comme pour n’importe quel roman que l’on peut jeter à la poubelle… de l’histoire !

A l’eau Clovis, Charles Martel à Poitiers, Philippe Auguste initiateur d’une France puissance! Au panier Jeanne d’Arc libératrice, Henri IV et sa paix religieuse, Louis XIV et la grandeur. Pour Louis XVI, le panier c’est déjà fait. Exit l’Empereur Napoléon 1er et son Code Civil, Napoléon III et son génie de la réforme sociale et de la voirie. Taisez-vous Clemenceau, il n’y a plus de tranchées ! Et vous De Gaulle, on ne vous a pas compris !

La France doit évoluer, nous dit-on, elle doit accepter le changement même si le changement signifie sa mort in fine. Comment le peuple français peut-il accepter cette mort lente lui qui, se sent encore en vie?

Certes ce peuple est sous perfusion, il a quelques faiblesses, des étourdissements. C’est du moins pour cela qu’il est sous perfusion, dans un bel hôpital européen, lui a t’on dit, pendant 30 ans. Mais ce peuple se rend compte que cette perfusion ressemble de plus en plus à un changement de sang. Les murs de l’hôpital ne sont plus aussi blancs et lumineux que cela. Les infirmiers ont des attitudes curieuses.

Le peuple français réalise que ce n’est pas qu’une simple perfusion qu’il subit, mais  bien  une véritable dialyse de son sang sacré répandu sur tous les champs de batailles européens au nom des libertés, de l’égalité. Il ne retrouve pas dans ce sang « régénéré » comme ils disent, les repères de toujours. Ces repères qui, pendant 1500 ans, ont balisé son vécu et ont fait son caractère. Quand il interroge les » infirmiers », ceux-ci ricanent, se moquent. Au mieux, ils lui disent que c’est un mauvais moment à passer, que cela ira mieux après la transmutation.

Ces femmes voilées devant les écoles sont des marqueurs. Elles sont les traces d’un mal qui doucement tue la France. Les médecins dirigeants français ne la soignent pas aujourd’hui, ils l’ont mise sous psychotropes et en forte thérapie en espérant qu’elle s’adaptera aux nouveaux pouvoirs européens et islamiques.

Cette France couchée, perfusée, surveillée, contrôlée ressent au plus profond d’elle-même des forces qui hurlent un immense refus. Cette France sous camisole chimique refuse cet état. Elle veut rester elle-même. Ses forces seront-elles suffisantes? Seront-elles s’unir? Pourront-elles briser les chaines, retirer les perfusions, se lever et quitter cet hôpital liberticide qu’est cette Europe islamisée? C’est le seul débat qui vaille aujourd’hui. Le seul combat qui soit nécessaire.

Toutes ces forces ont des différences politiques, des visions sociales différentes mais elles ont le même amour de la France. Il faut que ces forces s’unissent et il sera toujours temps lorsque notre France sera sortie de cette Europe et retrouvera sa liberté de se chamailler pour la politique économique et sociale. Aujourd’hui ce n’est même plus Valmy. Aujourd’hui, nous sommes en 1940, l’occupant n’est pas à la porte, il est dans les salons de Bordeaux. Il a déjà mis ses tapis de prières…

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Repost 0
Commenter cet article

Samia 05/07/2011 17:47



Bonjour,


"Faux médecins" mais vraie maladie. Oui, la France est malade. Parcequ'elle ne veut pas voir la réalité en face. Elle ne veut pas voir qu'au 21ème siècle, elle est confrontée à des questions et
des problèmes qui nous viennent du fond des âges. En des temps où personne de sain et de sensé n'aimeirait vivre. Même pas en rêve. Nos politiques sont atteints du syndrôme de Stockholm. Ils sont
pris en otage par une partie de la population qui ne vivent pas dans le même siècle que les français. Ils se sont laissés dépassés par la situation et à présent qu'ils ne la contrôlent plus, ils
pactisent avec le diable en espérant en tirer des bénéfices (un voile = un vote), ou une fausse paix civile (un voile=1000 sympathisants).


Si l'Etat accepte la revendication des mères voilées d'accompagner leur enfant en sortie scolaire, personne ne sera jamais sûr que cela n'en cache pas d'autres hautement plus
dangeureuse pour la cohésion sociale. Car pour la laïcité, on ne peut pas dire qu'elle soit comprise et appliquée Seuls les français la respectent et  la partagent. C'est
d'ailleurs à cela qu'on les reconnaît. C'est bien que les mères voilées veulent sortir et si elles veulent aller à l'école, si c'était pour s'instruire et un jour s'émanciper, ce serait mieux.
Une femme française, c'est une femme libre. Et la liberté ne se cache pas, ne se bâche pas, ne se voile pas.


Mais surtout, je pense à tous ces enfants, filles et garçons qui grandissent avec des parents dont l'éducation peine à s'adapter à notre  société occidentale  et qui ne seront
jamais prêts pour le monde de demain. C'est aussi à cela que l'on reconnaît les français qui aiment véritablement leurs enfants de ceux qui ne pensent qu'à satistaire leur croyance.


Mais que ne ferait-on pas pour avoir une place au paradis d'Allah ?



Gérard Brazon 05/07/2011 18:39



Merci de votre commentaire. Vous êtes dans le droit fil rédactionel de ce blog. La Liberté d'expression, l'Egalité des femmes, la Laïcité. toutes ces idées qui sentent parait-il "les heures
sombres de l'histoire" selon nos bien pensants. 


Si vous souhaitez écrire un article ou plusieurs sur des thèmes à vous, n'hésitez pas.


Bien à vous



Marie-Claire Muller 05/07/2011 15:18



Merci gérard pour ce commentaire,chaque jour qui passe apportent la preuve que notre Pays et ses habitants sont vendus sans scrupule par les puissants,ceux qui aprés nous avoir ruiné nous
imposent leur dictature de l'assistanat pour mieux nous soumettre.Un Evêque africains est résolument contre la finance islamique parce que cette finance c'est la charia(voir sur DRZZ)et voilà que
Lagarde l'islamophile est parachutée au FMI que doit on en penser? La trahison suit son cours et bien sur la gauche n'y trouve rien à redire!!tout ça est voulu par l'umps ils sont complices
(c'est un ramassis de coquains!) et ils veulent nous faire croire que notre vote pésera !QUE NENNI!!!allea jacta est!! mais pour eux aussi nous ne laisseront pas faire sans réagir!!c'est Marine
qui a raison c'est elle la nouvelle Jeanne d'Arc il faut la soutenir car elle aura fort à faire contre ces gens corrompus et dangereux!


Concernant la finance islamique:


Royaume-Uni


HSBC lance un prêt immobilier certifié charia


 Alice Lamède, à Londres - publié le 01/10/2003 à 10:49




4 commentaires


RSS


Partager


Envoyer par mail


Imprimer


Diminuer la taille du texte


Grossir la taille du texte





Il n'y a aucune raison pour qu'un bon musulman soit pénalisé parce qu'il veut agir en bon musulman. » C'est au nom de ce postulat qu'Iqbal Khan, responsable d'Amanah Finance, la filiale
islamique du groupe bancaire HSBC, s'apprête à secouer le marché britannique du prêt hypothécaire. Dans un pays où la location représente moins de 30 % de l'immobilier, des ménages musulmans
ont un problème de conscience : les prêts hypothécaires ne sont pas conformes à la charia, la loi coranique interdisant le paiement d'intérêts, ce qui complique l'accès à la propriété.


A dater du 1er décembre, HSBC, qui contrôle le CCF en France, sera la première banque internationale à proposer une solution sur mesure. Son plan ressemble plus à un contrat de leasing qu'à un
prêt conventionnel. La banque achète le logement au nom de son client et le lui loue pour une période maximale de vingt-cinq ans, au terme de laquelle le client devient propriétaire, à un coût
équivalant à celui d'un prêt hypothécaire traditionnel. « La réaction a été phénoménale », affirme Iqbal Khan, qui s'est fixé un double objectif : contrôler 25 à 30 % du marché britannique et à
long terme, s'implanter dans le reste de l'Europe. « Notre produit est applicable à tous les pays où existe une bourgeoisie musulmane occidentalisée mais qui souhaite devenir plus musulmane. »
Et Iqbal Khan n'en fait pas mystère : « La France est un marché très intéressant... »