La France n'est plus souveraine. C'est Viviane Reding qui nous le dit.

Publié le 15 Septembre 2010

 

    De qui se moquent les tenants d'une Europe fédérale qui s'étonnent désormais que l'on remette en place la France lorsqu'il s'agit de sa souveraineté. Mais de quel souveraineté parle-t'on puisque nous constatons désormais que la l'Europe se veut hégémonique et totalitaire et qu'elle cherche à détruire toute trace de souveraineté dans les pays d'Europe.

          Comment peut-on oser comparer l'organisation du départ des Roms avec la Shoa sans que nos bien-pensants ne réalisent l'horreur des propos, le scandale de la comparaison. Cette commissaire européenne Madame Viviane Reding se comporte comme un censeur et porte atteinte à notre souveraineté. Pourquoi? Parce que la France s'est liée les mains avec des traités qui désormais n'offrent plus d'autres possibilités que de rester dans le rang. La loi est européenne et c'est une luxembourgeoise qui décide et décidera de plus en plus. Cette instance supranationale ne considère plus les pays comme étant des pays indépendants et souverains. L'affaire des Roms nous le prouve plus que de besoin. Car si les étrangers peuvent venir et séjourner en France, interdire aux pays d'accueils d'avoir la main sur les flux d'une population qui quoique l'on en dise à un coût démesuré. Alors certes, les droits de l'homme sont importants mais utilisé ces droits contre la souveraineté des nations peut se révéler dangereux pour tous les acteurs. L'Europe devrait sans doute se méfier de comparer la Shoa avec les expulsions qui signifie que les mots n'ont plus de sens au fond. L'Europe devrait se méfier des réactions des nationaux de chaque pays qui se rendent compte qu'ils ne sont plus maîtres chez eux même si beaucoup parmi eux souhaitent globalement partager un avenir commun avec les européens. 

         Que disait nos droits-de-l'hommistes lorsqu'ils voyaient des enfants exploités par des femmes adultes agenouillées pour faire la manche dans nos métros? Que disaient-t'ils lorsqu'ils voyaient des adolescents faire la manche ou être des voleurs de poches dans les transports. Que disaient-ils de ces camps infâmes? Que disent-t'ils vers le gouvernement Roumain? Rien, rien du tout. Mais ces fanatiques de l'antiFrance se moquent bien de tout cela. La seule chose qui compte  c'est taper sur l'état français, sur le gouvernement français sur tout ce qui rappelle la France. Cette entreprise de démolition, il faudra bien que les gouvernements la réalise et prennent les mesures. 

Pour ma part, j'en ai assez d'être insulté, bafoué, humilié en tant que français de voir mon pays  traité de cette manière. Je ne suis surement pas le seul. Alors cette affaire doit servir pour que chaque français réalise que l'Europe ce n'est pas le prolongement de la France comme on nous l'a dit. Ce n'est pas la France plus forte, la France qui marche, la France grand pays à travers l'Europe. La France que nous aimons est tout simplement dans une nase qui la détruit peu à peu pour n'en faire qu'une province sans droit ou même le Président de la République ne serait plus qu'un gouverneur ayant moins de droit qu'un gouverneur américain.

L'Europe vient de nous révéler son visage. C'est le visage d'une Europe totalitaire envers les nations qui refusent de donner la parole aux peuples. Vous avez dit dictature? Qu'est-ce qu'un espace politique qui décide, juge, poursuit en justice sans que rien ne puisse lui interdire de s'accaparer plus de pouvoir?

Gérard Brazon

 

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Bastiat 17/09/2010 14:03



Cher Monsieur, que vous soyez quelques militants UMP à vous poser des questions est bien le minimum, ne croyez-vous pas ? Les partis politiques n'ont que faire de l'approche hétérodoxe de
certains. Au contraire, en ont-ils besoin pour entretenir un semblant de débat d'idées et de pluralisme.


J'ignore si tout cet effondrement a été planifié. Je reste éloigné de toute explication totale. Je sais simplement que la pusillanimité des hommes politiques grandit à mesure que leur pouvoir
s'amenuise et que leur responsabilité dans ce naufrage croît tout autant, même si leur perte de pouvoir effectif est destiné à brouiller ces mêmes responsabilités.


Le libéralisme n'est pas idéologique. Il n'est pas que naturel et/ou positif. Le choix de mon avatar n'est pas anodin, cher Monsieur. Bastiat nous prévenait déjà :"Nous récupérerons nos libertés
économiques comme nous avons récupéré nos libertés individuelles."


Or, cher Monsieur, vous semblez avancer avec ceux qui nous barrent la route. Voilà le vrai libéralisme, pas celui de Price Minister ou de Poweo.


Cordialement



tueursnet 17/09/2010 06:32




Sélène 16/09/2010 19:12



Je me répète Mr Brazon c'était décidé , avant la création de l'Europe , del a créer pour détruire tout sentiment national,de baisser le niveau de l'ensegnement pour créer un peuple ignorant et
facilement manipulable.Jeux de cirques etc pour distraire le bon peuple !


Il y a plus de 20ans j'avais reçu un livre interdit , auteur inconnu (service secreet américain),qui décrivait exactement le processus en cours.


 De   plus "Le Meilleur des mondes" vous connaissez n'est-ce pas?


 


Bien à vous et continuez sur ce chemin. Merci encore


 



Bastiat 15/09/2010 20:56



Que faites à L'UMP cher Monsieur, si vous regrettez amèrement cette Europe ? Vous ne croyez pas sérieusement que l'appareil politique de l'UMPS prendra un jour la pente "populiste" et "xénophobe"
qui nous ramènera notre souveraineté ? Vous ne serez pas pris au sérieux en restant chez ces détrousseurs de cadavres. Et pas la peine de me raconter que ce sont les militants qui "impulsent"
je-ne-sais-quoi.



Gérard Brazon 16/09/2010 12:45



A l'UMP, nous sommes un certain nombre à nous poser la question de cette Europe qui montre son vrai visage à fur et à mesure que les peuples sont captifs des directives et autres traités.



Sélène 15/09/2010 19:19



Vous êtes étonné de la position de l'Europe/ à la liberté de la France .


Depuis l'institution de l'Europe "ma boule de cristal " m'a dit. C'est le début de la DICTATURE MONDIALE. Il ne fallait pas être Einstein pour s'en rendre compte dès le début, désolée !



Gérard Brazon 16/09/2010 12:47



Pas plus désolé que moi qui n'ai jamais accepté cette Europe là. Pour autant, dois-je renoncer à militer pour une certaine idée de la France? Il me serait tellement facile de quitter l'UMP et
m'engager ailleurs... Je garde l'espoir.



zissu sorel 15/09/2010 18:37



Voilà où va l'argent "recolté" par les Roms ! Mes excuses, les photos ne sont pas
reproduites.


 


SUR LE PROBLEME DES
ROMS


 


Nous sommes ensevelis sous le torrent des protestations concernant les mesures d’expulsion des Rom originaires de Roumanie.


En dehors de l’aspect juridique que je ne maîtrise pas je suis étonné (mais peu-on encore être étonné) par le manque d’information des
journalistes à ce sujet. Sans compter les associations abonnés aux jérémiades et décrivant d’une manière partisane  le « manque des droits de
l’homme » en France.


Revenons aux Roms, ceux de Roumanie que je connais. Ils n’ont jamais été intégrés à la société, les raisons sont multiples et les
responsabilités sont partagégées, mais ce n’est pas le sujet. En conséquence, ils ont été obligés de s’organiser sous une forme clanique, sous la direction d’un chef, généralement connu sous le
nom de « boulibacha »


L’ensemble de cette population vivait sous le régime communiste dans un précarité matérielle inqualifiable ; comment expliquer
l’enrichissement fabuleux et ostensible de certains en moins de 20 ans ?


C’est bien simple : très nombreux de ces dirigeants envoyent leurs troupes par familles entières en Europe pour des
activités plus ou moins illicites, afin de recevoir au pays le fruit de leur « labeur » Je ne cite pas le genre d’activités, la population de nos villes connait parfaitement de quoi
s’agit-il. Mais les statistiques sont claires : en 2009, 3151 délits ont été imputés aux roumains uniquement


à Paris, soit une hausse de 1380% par rapport au 2008 ! Pour les sept
premiers mois de 2010, on leur reproche 3493 atteintes aux biens dans l’agglomération parisienne, soit 13.65 de l’ensemble des délits de ce type (source Le Point du 26 août 2010.)


Il ne s’agit pas de stigmatiser l’ensemble de la population Rom roumains, sur env.300000 à 35000 seulement 15 % sont concernés
par ces méfaits. 


A qui profite le butin de ces activités ? Je citerai quelques exemples de la situation matérielle de certains « boulibachas »
ces exemples constituant un faible pourcentage de ce que les médias roumains peuvent offrir à nos journalistes.


 


1 En Moldavie, dans la localité
GRAJDURI


Le grand  boulibacha  Stanescu possède un palais (le terme n’est pas exagéré) de 1200 m2 habitable, avec 25 pièces dont la majorité
n’est pas utilisées. Sur la photo suivante on aperçoit la chambre à coucher derrière M. Stanescu. A titre d’anecdote, il a été la victime d’un vol de 4.8 kg. d’or et bijoux.



Le  sous préfet de l’entité térritoriale, M. Corneliu Rusu Banu a déclaré : « dans des
localités pauvres, sont érigés des vrais palais, plaqués de marbre ; sont les palais des tziganes des localités Grajduri et Zanea, et leurs tours définissent pas uniquement le statut social
mais aussi la position dans la communauté »


En manque d’image, je vous offre une photo des palais roms d’une autre localité, IVESTI.


 


 


2. Caveau de 50000
euros


Dans une autre localité, OTACI, le  boulibacha  a décédé ; suivant la coutume, il a été enterré avec des boissons et des
produits d’entretien personnel. Jusqu’ici, rien d’anormal, sauf que le caveau, tout en marbre et verre a couté 50000 € ! Une bagatelle


 


 


3 Boulibacha de
Buzesti-Teleorman


Associated Press l-a photographié, très fier de son « poids en or » ; environs



Gérard Brazon 16/09/2010 12:54



A savoir. Merci! Moi ce qui m'a choqué le plus c'est cette comparaison entre la reconduite des Rom avec 300€ et la Shoa ou les enfants étaiet abattus dès leurs descentes des trains de l'enfer.
Rien que cette comparaison me rend à tout jamais allergique à la propagande des bobos-gauchos de tous poils.