La France compte-t-elle devenir la Fille Aînée du Califat?

Publié le 28 Octobre 2012

Les liaisons douteuses de la France avec le Qatar, ami des Frères musulmans et du Hamas

 


Voici quelques semaines, une chaîne de télévision française offrait aux téléspectateurs un reportage sur le Qatar. On en tirait aisément l’impression que c’était un merveilleux pays, ouvert et dynamique, où, grâce à l’argent des matières premières énergétiques, un monarque éclairé procurait bonheur et prospérité à ses sujets : chaque qatari bénéficiait, était-il dit, de revenus élevés, d’une éducation de haute qualité, de ce qu’il y avait de meilleur sur terre. Le pays prospérait, anticipait, constituait un exemple pour tout le monde arabe. Aucune pauvreté ne semblait marquer les rues. Aucun problème de liberté de parole ne semblait exister. La chaîne Al Djazira, propriété de la famille régnante était décrite comme « l’équivalent musulman de CNN ». Le Qatar, était-il ajouté, investissait désormais dans le sport et voulait le plus grand bien à la France. Il était propriétaire d’équipes de football et d’une nouvelle chaîne sportive.

Pas un mot n’était dit sur ces habitants du Qatar n’ayant pas la nationalité qatari qui se livrent à toutes les basses tâches de production, d’échange et de services, et qui vivent avec un salaire misérable : ces gens représentent les trois quarts de la population.

Pas un mot ne décrivait le Qatar comme ce qu’il est : une société de caste où les citoyens à part entière forment une caste supérieure, et où des non citoyens forment une vaste couche inférieure placée dans une position de servitude , corvéable à merci.

 

Pas un mot ne décrivait non plus le fait que le Qatar est une monarchie absolue ou le système de kafala, qui implique que tout travailleur subalterne au Qatar doit avoir un « sponsor » qui garde son passeport et qui, depuis là, a tout pouvoir de décision sur les activités de la personne concernée dans le pays, y compris sa possibilité ou non de traverser les frontières.

Pas un mot ne décrivait l’activité réelle d’al Djazira, qui n’est pas une chaîne d’information à proprement parler, mais une chaîne destinée à transmettre une « vision islamique du monde » à ses spectateurs. Le rôle dans la chaîne, de Youssef Al Qaradawi, principal prêcheur des Frères musulmans, n’était pas évoqué, ou très vite, en une phrase, alors que les émissions de ce personnage sont regardées par des millions de Musulmans dans le monde arabe, en Asie, mais aussi en Europe, et distillent un esprit de djihad et de haine antisémite.

Ce reportage avait des allures de propagande, et l’explication résidait sans aucun doute dans les liens de plus en plus étroits noués par la France avec le Qatar. Ces liens, on le sait, ne se limitent pas à l’achat par le Qatar de l’équipe de football Paris Saint Germain ou à l’acquisition d’immeubles, d’hôtels, de palaces et d’entreprises. Ils ont des dimensions militaires : l’intervention de l’armée française dans la guerre contre le régime Kadhafi en Libye a été très largement financée par le Qatar. Ils peuvent avoir une dimension « sociale » : par le biais des investissements effectués dans de multiples banlieues dites « sensibles » qui sont aussi, le plus souvent, des banlieues musulmanes.

Un groupe d’amitié France-Qatar a vu le jour à l’Assemblée nationale : il compte quarante neuf membres à ce jour et a des allures de lobby.

Ces liens ne poseraient pas de problème en soi si le Qatar n’était pas un pays musulman autocratique assurant la promotion d’un islam radical. Mais le Qatar est précisément cela : un pays musulman autocratique qui promeut l’islam radical.

C’est même, si l’on regarde la logique d’ensemble de l’action du Qatar, au delà de la Libye, dans toute l’Afrique du Nord et dans tout le Proche-Orient, un pays qui œuvre pour reconstituer l’unité du monde sunnite et pour que cette unité retrouvée aux allures de califat soit dominée par le groupe dont Youssef al Qaradawi est le principal prêcheur.

Un califat dominé par les Frères musulmans signifierait un califat islamiste, imprégné non seulement d’une lecture radicale de l’islam, mais d’éléments totalitaires venus directement du nazisme et du fascisme, doctrines dont le fondateur de la confrérie Hassan Al Banna s’est très explicitement inspiré.

La France entretient des liaisons très douteuses. On ne peut prétendre lutter contre l’islam radical et contre l’antisémitisme et faire en parallèle comme si ces liaisons n’existaient pas ou n’avaient pas d’importance.

Après avoir subventionné Mohamed Morsi et la transformation de l’Egypte en un régime aux allures totalitaires, l’émir du Qatar vient de se rendre à Gaza où il a été accueilli par les dirigeants du Hamas. Le Qatar va financer des installations diverses à Gaza, et ce financement était l’objet officiel de la visite, mais celle-ci avait aussi une dimension politique : le Qatar soutient une organisation djihadiste anti-israélienne aux intentions explicitement génocidaires. A peine l’émir avait-il quitté Gaza que le Hamas montrait qu’il avait reçu le message en faisant tirer une pluie de roquettes sur le Sud d’Israël.

Oui, vraiment, la France entretient des liaisons très douteuses. On ne peut prétendre lutter contre l’islam radical et contre l’antisémitisme et on ne peut se prétendre l’ami d’Israël, et faire comme si des liaisons avec un ami d’une organisation telle que le Hamas n’avaient pas de conséquences et pas de signification.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Guy Millière pour www.Dreuz.info


Read more at http://www.dreuz.info/2012/10/les-liaisons-douteuses-de-la-france-avec-le-qatar-ami-des-freres-musulmans-et-du-hamas/#6erR1xvlouVfcMog.99 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

jp 29/10/2012 10:38


se n'est pas la France qui entretien des relation douteuse ,mais une bande de renégat ,j'espère qu'ils payeront .

mika 28/10/2012 21:13



Finkielkraut vs Zekri: QUATAR (Mots croisés)


http://www.youtube.com/watch?v=YFiv4eC2Rt0

Lettre ouverte de GI au PremierMarie-claire Muller 28/10/2012 18:50


La selection se fera et chacun choisira son camp;Que se soient les citoyens ,les politiques ou ceux qui professent parler pour les chrétiens;


Entretien avec l’Abbé Guy Pagès – « Si les gens savaient qu’ils vont en Enfer, ils changeraient de vie. »


Posted about 291 jours ago | 14 comments



 


 


3



Star de l’apologétique catholique
sur internet, Abbé Guy Pagès nous fait l’honneur d’un entretien avec lui. Son site Islam et vérité totalise plus d’une centaine de vidéos
d’apologétique (présentation des éléments du christianisme) et de critique de l’islam. Voilà un
catholicisme combatif, critique, avec force de proposition, tel qu’il nous tarde de le voir se répandre dans nos paroisses.


Les sujets qu’aborde l’Abbé Guy Pagès, confirmé récemment par
l’archevêché de Paris, sont délicats, et demandent d’être en capacité d’outrepasser l’épistémè relativiste et la petite censure quotidienne des
« antiracistes ». Le combat est donc courageux, et vertueux. Avant d’entamer l’entretien, une propédeutique, qui fait appel à la conscience de chacun :


Aux musulmans : avec ce qui se passe avec l’islam, dans le monde et France, comprenez-vous pourquoi nous sommes inquiets ?


Aux chrétiens : Choisissez bien vos ennemis. L’Abbé Pagès brûle-t-il des chrétiens, des églises, des journaux, voile-t-il intégralement des femmes ? Ou cherche-t-il, au
contraire, à déceler et à exposer les causes profondes de ces catastrophes ? N’inversez pas les rôles. Pensez à cette époque glorieuse des Pères où la doctrine catholique s’est peu à peu formée
grâce au dialogue et à la lutte contre les hérésies… La parole (et la pensée) y était beaucoup plus libre.



1° Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager dans cette critique de l’islam et dans cette apologétique sur internet ?



Ce qui m’a poussé à m’engager dans la contre-islamisation de notre pays est :
- l’amour de notre grand Dieu et Sauveur, nié et persécuté par l’islam ;
- le souci du salut des âmes qui, trompées par l’Islam, vont en Enfer ;
- et enfin l’amour de notre pays dont l’avenir semble devoir osciller entre guerre civile et république islamique, en raison de l’immigration musulmane, de sa démographie et du devoir de djihad.




2° Le terme d‘islamophobie, n’est-ce pas désormais un mot-censure qui permet de créer un rempart impénétrable à toute critique de l’islam ? Comment le contourner, et engager un débat
sain ?



1) Vous avez raison, le terme d’islamophobie désigne aujourd’hui un délit.  Autrement dit, il est impensable, contre-nature, et donc punissable, de ne pas
aimer l’islam ! C’est arrivé à un point où la justice occidentale s’applique à rendre des jugements conformes à la charia ! (ex : l’Autriche se soumet à la charia ; la charia s’invite dans la justice allemande, etc…)


2) Il faut revendiquer ouvertement son islamophobie ! Si l’on s’en tient à l’étymologie, personne ne devrait pouvoir être condamné parce qu’il a peur… Ou alors il faut aussi condamner les
agoraphobes, les kénophobes, et les acarophobes, entre autres peureux ! Mais que l’on sache bien qu’avoir peur n’est pas un péché, et n’est pas contraire au courage. Le contraire du courage est
en effet la lâcheté. Le courage implique d’avoir peur, et de vaincre sa peur. J’estime avoir de bonnes raisons d’avoir peur de l’islam.






3° Avez-vous déjà eu des ennuis de quelconque nature à propos de ce travail ?


(s’il y en a beaucoup, n’hésitez pas à les lister…)



1. J’ai commencé par recevoir des menaces de mort, de tortures, et toutes sortes d’injures de la part de musulmans furieux de voir leur idole remise en question. Je suis allé porter plainte à la
Police qui n’a d’ailleurs enregistré mes plaintes que très, très difficilement en raison du nombre d’affaires similaires et de l’impossibilité matérielle de les traiter toutes…


2. Mon site « islam-et-verite.com » a été rapidement piraté au point que tout y a été détruit et qu’une seule phrase y était visible :
« Islam is the only true religion for the world. »


3. Mais le plus douloureux est la réaction de catholiques déjà islamisés puisqu’islamophiles, en réalité adeptes de la religion républicaine, et pour qui donc toutes les religions se valent et
méritent le même traitement. Mon action leur apparaît alors comme profondément scandaleuse parce qu’injuste, source de division et de haine. Ils m’imputent la responsabilité de la haine que
précisément je dénonce ! La réaction de ces gens-là est en fait commandée par la peur des réactions que peut provoquer mon apostolat, et auxquelles ils ne veulent pas faire face s’ils se
déclaraient solidaires de celui-ci.


4. Mais les vrais ennuis sont certainement encore à venir…




4° Quelles sont les perspectives futures du dialogue entre les religions ?



Il n’y a pas de dialogue entre les religions, mais seulement entre des personnes, et encore moins entre l’islam et toute autre religion, aussi vrai que l’islam,
- cherchant à singer le christianisme se présente comme la seule vraie religion,
- refuse la réflexion jugée attentatoire à la vérité divine par définition inaccessible à la pensée humaine,
- et qu’il utilise la violence (djihad) comme moyen de s’imposer.




5° Comment vous appropriez-vous les textes de Vatican II à propos du « dialogue » intereligieux, notamment Nostra Aetate, à propos d

jeanhaimard 28/10/2012 17:46


ça c est de la tronche de con où je ne m y connais pas   Je parie que l enfoiré de toumolasson1er est planqué dans le coffre  où meme peut etre comme larbin  au volant