Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La gauche et la collaboration sous l'occupation par Fouthèse.

Publié le 5 Juillet 2011

Un lecteur m'a orienté sur un site et permit de lire cet excellent article qui remet les pendules comme on aime le faire à Puteaux-Libre. Merci à ce lecteur.

Gérard Brazon

La gauche et la collaboration sous l’occupation

La gauche et la collaboration sous l’occupation

« La collaboration fut d’abord la grande affaire de la gauche qui par pacifisme se jeta dans les bras de Pétain et de l’Allemagne. Les premiers résistants furent pour la plupart des gens de droite et de l’Action Française.”
Eric Zemmour

[yframe url='http://www.youtube.com/watch?v=QcGH0ojr-xg']

Quelques colles pour les forts en thème :

- Si Brasillach était maurrassien, Drieu-La Rochelle était-il d’extrême droite avant guerre ? Non. Il était de gauche et philosémite.
- Jean Luchaire, Pierre de Brinon, Alphonse de Chateaubriand : idem, de gauche.
- Doriot, Déat ? de gauche
- Cocteau, Aymé, Giono ? de gauche
- Bergery ? radical de gauche
- Bertrand de Jouvenel ? de gauche
- Simon Sabiani, Maurice-Ivan Sicard, Paul Perrin, André Grisoni, Paul Rives, Maurice Levillain, Barthélémy Montagnon, René Chateau, Claude Jamet : de gauche itou
- Robert Jospin (le père de Lionel) pacifiste intégral, munichois, proche de Marcel Déat : SFIO
- Camille Chautemps, Georges Bonnet, Maurice Papon, René Bousquet : de la gauche radicale !
- Robert Hersant : idem
- Charles Spinasse, Georges Monnet : encore
- Georges Suarez qui fut l’ami de Jopseph Kessel dans les années 20, biographe de Clémenceau et de Briand, dont le souci de réconciliation franco-allemande le conduisit sous Vichy au pronazisme le plus effréné, fut le premier journaliste à être jugé pour collaboration : proche de la gauche briandiste.
- Alfred Baudrillart, Marc Augier, Jean Balestre : etc.
- Camille Planche, Léon Emery, René Gérin, déatistes, provenant de la gauche.
- Saint-Loup (alias Marc Augier qui, avant guerre, chantait « Au devant de la vie » avec ses camarades juifs des Auberges), Saint-Paulien (alias Maurice-Ivan Sicard, qui avant guerre vomissait dans son « Huron » le fascisme et les fascistes), Roland Gaucher (ex- Roland Goguillot qui militait auxEtudiants révolutionnaires), François Brigneau (Emmanuel Allot, pacifiste de gauche): ex-antifascistes, anciens de la gauche et de l’extrême gauche, collabos, militants d’extrême droite après la guerre.

- René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, responsable de la déportation de 54.000 juifs français, l’ami de toujours de François Mitterrand : centre gauche républicain.

Saviez-vous que 12 des 17 ministres SFIO de la fin de la III° République furent exclus de ce parti après guerre pour leur comportement collaborateur pendant ?

Saviez-vous que trois des grands chefs de la collaboration, Pierre Laval (socialiste révolutionnaire avant la première guerre mondiale), l’amiral Darland (socialiste) et Déat (ex-SFIO) furent victimes de deux extrémistes de droite, d’avant guerre ? Fernand Bonnier de la Chapelle, Action Française, assassina Darland à Alger en 1942 et Paul Collette, ex-Cagoulard, blessa par balle Marcel Déat et Pierre Laval en 1941 lors d’une revue des troupes de la LVF.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire de France

Commenter cet article

Hosteen 05/07/2011 16:34



il est très intéressant de lire le bel ouvrage de l'historien israelien Simon Epstein, intitulé " Le paradoxe français " qui étudie au cas par cas les étranges parcours des hommes politiques des
années trente à la période de l'occupation. Il y montre en effet que les gros bataillons de la collaboration vichysoise viennent de la gauche socialiste, radicale et que bon nombre d'antiracistes
des années trente, dont de nombreux membres de la LICA, l'ancêtre de la LICRA, se sont retrouvés dans l'entourage de Pétain, pour parfois devenir de furieux collaborateurs, alors que de nombreux
antisémites des années trente, membres par exemple de l'Action française ou de la Cagoule, se sont retrouvés dans la résistance ! Il est toujours bon de démonter les mythes de la gauche et de ces
funestes associations comme la LICRA qui tentent de se faire passer pour des paragons de vertus. Bien évidemment, le livre de Simon Epstein a été soit ignoré soit vilipendé par la presse
française et les milieux intellectuels tant ses analyses, appuyées sur des faits irréfutables, allaient à contre courant de l'idéologie du politiquement correct ! Un livre à lire et à relire !



Gérard Brazon 05/07/2011 18:45



Merci. Cela fait très longtemps que je participe à cette démolition de cette gauche toute blanche. la gauche n'a rien d'une blanche colombes. Elle est même à l'origine des horreurs du vingtiéme
siècle. Socialisme, que de crimes commis en ton nom. Bien à vous.



Topaze06 05/07/2011 12:42



Rien de nouveau dans la "Gauche de France"...!
toujours aussi "PACIFIQUES, DU MOINS C'EST CE QU'ELLE CROIT ! " En principe c'est juste en D'ieu qu'il est demandé de croire...!


Et cette GÔOOOOOOOOOOOche ose donner des leçons d'histoire aux autres formations politiques ?