La gauche se permet tout. Elle décrète la morale (...) par Ivan Rioufol.

Publié le 21 Décembre 2012

La gauche se permet tout. Elle décrète la morale, décide des coupables, injurie ses contradicteurs. Pourquoi cette aberration dure-t-elle ? S’il existe une fin du monde, annoncée par des drôles pour ce 21 décembre, elle est pour le socialisme expirant.

Par Ivan Rioufol 

Yvan RioufolVoilà longtemps qu’il a perdu de vue la classe ouvrière. Reste une Église pour bobos qui sermonne, absout, excommunie avec le soutien d’une presse enfant de choeur. François Hollande déclare : « Le bien et le mal, les interdits, le licite et l’illicite existent en dehors des interprétations qu’en ont les cultes. Ce sont les législateurs qui en décident. » Autrement dit : aux « progressistes », majoritaires au Parlement, de dire l’éthique et le vertueux. Gare à ceux qui regimbent. Pour s’être cabré, Gérard Depardieu est répudié par les exorcistes et les grands prêtres. Mais la coupe est pleine.

La diabolisation, outil favori de la pensée totalitaire, est reprise par cette gauche coupée du peuple.

Elle n’existe plus que dans l’intimidation, l’intolérance. Les ayatollahs iraniens, inventeurs du concept d’islamophobie pour interdire la critique de l’islam, sont devenus les inspirateurs de la cause homosexuelle. Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, assure : « Quand on ne donne pas les mêmes droits aux homosexuels et aux hétérosexuels, n’est-ce pas de l’homophobie ? » Homophobie : le mot qui cloue le bec. Il permet de soutenir que ceux qui s’opposent au mariage gay n’aiment pas les homosexuels, en écho à ceux qui assurent que critiquer l’islam radical revient à rejeter les musulmans. La même dialectique victimaire au service d’un même communautarisme est avalisée par le pouvoir. Ce faisant, il remet en question la liberté d’opinion.

La gauche installe le sectarisme, sous couvert de leçons d’apaisement. Le chef de l’État s’est certes refusé, lundi, à « blâmer » Depardieu. Mais c’est lui qui avait dit : «Je n’aime pas les riches.» C’est son premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a jugé « minable » la décision de l’acteur de s’installer en Belgique. C’est son ministre du Travail, Michel Sapin, qui a parlé de « déchéance personnelle » .

Dans Libération, mardi, le comédien Philippe Torreton se fait petit videur : « Ferme-la, prends ton oseille et tire-toi, ne demande pas le respect, pas toi ! » Le même journal avait titré « Casse-toi riche con ! » à l’adresse de Bernard Arnault. Arnaud Montebourg est dans le même ton quand il accuse la famille Peugeot ou somme Lakshmi Mittal de quitter la France. Ainsi font les « humanistes ». 

 Mais l’insulte est l’arme des faibles et des aigris.

Qui peut imaginer les Français intimidés par ce procédé dont abuse un parti qui n’existe plus qu’à travers des sujets sociétaux prétendument urgents ? Depardieu a tort de vouloir abandonner sa nationalité à ses donneurs de leçons. C’est leur faire trop d’honneur. Mais il a raison d’avoir dénoncé, dans une lettre à Ayrault, un gouvernement qui considère « que le succès, la création, le talent, en fait, la différence, doivent être sanctionnés » . Il a raison de rappeler avoir payé 145 millions d’euros d’impôts en quarante-cinq ans de carrière. Ce qu’il rejette est une oppression. Elle est ressentie par ceux qui vivent mal l’autoritarisme mal venu d’une caste autoproclamée supérieure. Ses excès électrisent la France sur les nerfs.

Oppression multiple. L’oppression est multiple. Elle est évidemment fiscale, quand l’impôt devient confiscatoire et fait fuir les plus exposés, laissant augurer une possible révolte. Alain Vidalies, ministre des Relations avec le Parlement, est mal inspiré quand il met en doute Depardieu qui assure avoir payé, en 2012, 85 % d’impôts sur ses revenus. « Évidemment, ce n’est pas possible » , ditil. En réalité, le système permet ces aberrations qui poussent à l’exil des fortunes et des entrepreneurs. Ce sont des milliards d’euros de manque à gagner que François Hollande va additionner avec sa politique de matraquage, qui s’ajoute aux impôts déjà nombreux que le « libéral » Nicolas Sarkozy avait créés – Roland Hureau lui en attribue trente et un.  

L’oppression est aussi intellectuelle, quand le conformisme voit des «extrémistes de droite» et des « fascistes» partout.

Ces jours-ci, le camp du Bien donne des leçons de patriotisme aux contribuables, mais il raille ceux qui s’inquiètent de la mise à l’encan de la nation ouverte aux quatre vents. Et l’oppression est morale, lorsque le relativisme devient le discours homologué. Il a fait dire à Pierre Bergé, patron de gauche, qui manifestait dimanche pour le mariage gay : « Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? » La presse militante, à l’affût du moindre dérapage, n’a rien dit de cet éloge réfrigérant de la commercialisation de l’enfant ni de la marchandisation du corps. Il est vrai que les belles âmes s’autorisent tout.

« Camisoles mentales » La libération de la pensée est nécessaire. Le bras d’honneur de Depardieu au prêchiprêcha fait figure d’exutoire. "Nous sécrétons du tabou comme M. Jourdain faisait de la prose et ces tabous (…) sont des camisoles mentales" , remarque l’essayiste Pascal Bruckner ( Le Point). L’accusation en islamophobie accentue cet enfermementIl empêche par exemple de distinguer clairement l’offensive générale menée par l’islamisme.

En Égypte et en Tunisie, les faits montrent pourtant que les Frères musulmans, interlocuteurs qualifiés de « modérés » par la bien-pensance, sont un obstacle à la démocratie. En France, ils sont, oui, un frein à l’intégration. Les menaces des censeurs ont assez duré. Hollande à Alger Hollande à Alger, hier : « Rien ne se construit dans la dissimulation, l’oubli ou le déni. » Le président reconnaît « les souffrances » infligées par la colonisation. Mais pas un mot sur les crimes de masse du FLN contre les harkis ; par un mot sur l’épuration ethnique contre les pieds-noirs.

L’autoflagellation continue.

Ivan Rioufol

 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

DURADUPIF 22/12/2012 11:13


Merci M. Roufiol. Nous ne sommes plus en auto-flagellation, nous sommes en auto-sacrification.

LA GAULOISE 22/12/2012 08:38


Notre president n'aime pas les riches? Comme il doit se detester , lui, et toute sa troupe !

Marie-claire Muller 21/12/2012 20:31


Elle décréte la morale et quelle morale!!!!:



Flash info : Jean-Marc Ayrault fichait (illégalement)
les SDF de Nantes – ignoble -






Le premier ministre Ayrault qui, lorsqu’il était dans l’opposition, ne ratait jamais une occasion de se poser en garant de la morale universelle, a touché le fond.


Le Point.fr a eu accès à un fichier illégal des SDF constitué par la mairie de Nantes du temps où Ayrault en était le maire.


Il s’agit d’un document informatisé datant de 2006 et comprenant 129 noms (et que Le Point a publié, ce que je trouve assez douteux)


L’ignoble Ayrault avait fiché les habitudes de chaque SDF jusqu’aux moindres détails : on peut ainsi savoir s’il est homosexuel, si c’est un punk, s’il fait la manche, s’il
deale de la drogue, s’il est lui-même toxicomane, s’il a des problèmes psychiatriques, des antécédents judiciaires ou si c’est un squatteur..


Là encore, attendons-nous à un entrefilet à la page mots croisés des médias, lesquels, lorsqu’un homme politique de droite fait un pet de travers, déclenchent une guerre du Vietnam médiatique.
Attendons-nous à un silence sidéral de la part des associations de défense des droits de l’homme.


Quand à la Cnil, qui se déchaîne sur les entreprises qui ont l’imprudence de conserver des données – légales – sur leurs clients en oubliant de les déclarer, elle conclura probablement que
« Selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » (Contactée par Le Point.fr, la Cnil n’a pas trouvé le temps de répondre à leurs
questions…)


 


Voici un exemple :





Légende : AAH : Allocation aux Adultes Handicapés, TOX : Toxicomane, PSY : problèmes psychiatriques, G2 TRAM : prend le tramway, CCAS : Centre Communal
d’Action Sociale, MAJ : Majeur.


Ce fichier tendrait à prouver également que des fonctionnaires, à la police, à l’Action sociale, aux transports, etc, ont violé le secret professionnel pour satisfaire aux demandes de la mairie.


 


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info