La Grande-Bretagne et la France égales à elles-mêmes ! Par Victor Pérez

Publié le 3 Décembre 2012

La France et la Grande-Bretagne, selon le quotidien Haaretz, ont été choquées, semble t-il, par la décision du gouvernement israélien de construire trois milles logements entre Ma’ale Adumim et Jérusalem. Une décision prise en réponse à l’action unilatérale du Président de l’Autorité palestinienne, rompant à l’Onu, de fait, les ‘’Accords d’Oslo’’ alors parrainés en 1993 par ces mêmes puissances aujourd’hui ‘’choquées’’. Comme mesures concrètes, le rappel de leurs ambassadeurs respectifs postés en Israël serait envisageable. Le grotesque étant que lorsque Mahmoud Abbas a annoncé son intention de se présenter à l’Assemblée générale onusienne et, ainsi, violer les accords signés, ces deux pays ont oublié de prendre des mesures de rétorsions évitant, de la sorte, l’évidente riposte israélienne à venir. 
 Si Israël est donc sommé de construire là où on l’y autorise seulement, alors que nulles lois internationales ne peut démontrer la propriété ‘’palestinienne’’ de ces terrains, il lui est enjoint également de ne pas être ingrat envers ces mêmes puissances pour leurs « soutiens apportés à l’opération Pilier de Défense ». Des soutiens à une légitime autodéfense qui viennent après leurs silences assourdissants sur les centaines de missiles lancés précédemment sur la population civile israélienne. Là encore, nulles mesures concrètes contre l’Autorité palestinienne, si désireuse de gouverner un état, n’ont été préalablement prises ni même contre le Hamas, pourtant organisation terroriste reconnue comme telle. 
 Deux attitudes, parmi tant d’autres, qui donnent largement l’impression que l’état juif est mis d’office sous protectorat. Ses droits régaliens lui étant systématiquement refusés, condamnés ou accordés parcimonieusement quand bien même il s’agit à chaque foi de sa propre défense. Deux postures qui encouragent évidemment les ennemis à persévérer dans leur combat au seul objectif d’éradication de cet état et demandant, l’air de rien, la participation à leur affaire des ‘’amis’’d’Israël
 Quelles seront donc les prochaines contributions à la ‘’paix juste et durable’’ prises par ces pays se disant ‘’choqués’’ ? 
 - Un boycott généralisé des produits israéliens ? 
 - Une interdiction de transit sur leurs territoires de tous voyageurs porteurs de passeports israéliens ? Les ‘’Palestiniens’’ de 1948, forcément non Juifs, seront-ils exemptés de celle-ci ? 
- Un embargo sur toutes pièces ou machines nécessaires à l’armée et donc à la défense du pays ? 
Etc. Etc. 
Des ‘’contributions’’ au nom des Droits de l’Homme devant calmer la ‘’colère’’ causé par « ce petit pays de merde », dixit Daniel Bernard ancien ambassadeur de France à Londres en 2001 et décédé depuis. 
A l’heure où sont écrites ces lignes aucune décision n’a encore été prise par les diplomaties de ces deux pays. Gageons que si elle devait causer un tort quelconque à leur état, les Israéliens se rangeront massivement derrière le Premier ministre lors du prochain scrutin de janvier. 
Il appartiendra aux communautés juives de ces deux pays et à leurs organisations de montrer leur solidarité envers l’Etat d’Israël, ce refuge qui semble devenir, jour après jour, indispensable à leur propre sécurité.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

Epicure 03/12/2012 14:24


les Juifs continueront de faire comme toujours:


se diviser se chamailler et se créer un parfait chaos en mettant la tête dans le sable...


les autres vont se battre (Résistance Première partout mais toujours microscopique...)

marco 03/12/2012 14:17


Israel a raison ,et les faux-culs français n'auront jamais mon assentiment.