La jeunesse de France, en mal d'engagements, pourrit sur place ou se barre. Par Gérard Brazon

Publié le 30 Décembre 2014

La France est un pays incroyable ou certains sont encore persuadés que leur délire à 100 millions de morts vaut encore quelques chose d'humain !

Je ne vais pas rappeler ici, tout ce que vous, lecteurs bien informés, connaissaient depuis longtemps. La mort est et restera la marque tragique de cette engeance maudite issue du socialisme. Tout comme le fascisme et le nazisme. Je reste à chaque fois stupéfait du niveau politique de certains de nos concitoyens qui manifestement ne mesurent pas leurs délires à l'aune de l'histoire vécue des peuples et des résultats et encore moins au nombre de morts qui semblent pour eux, n'être que des aléas sur le chemin du communisme. Comme d'habitude, pour eux, Staline n'est pas cette idéologie qu'ils vénèrent et qu'ils considèrent comme étant l'avenir de l'humanité.

prcf_logo

Comment ne pas être atterré par un tel amalgame : (...)  positions de classe et de masse qui ont apporté tant d’avancées aux travailleurs salariés au fil des luttes du début du dernier siècle, du Front populaire, de la Résistance, des années cinquante, de mai 1968 et de décembre 1995, sans parler les milliers de grèves victorieuses menées localement pour l’emploi, les salaires et les conquêtes sociales. 

Combien de mensonges dans ces raccourcis historiques?  Alors ils se disent "franchement communiste" comme si la franchise faisait partie de leur bagage historique. Comme si les communistes n'avaient jamais collaboré avec l'Allemagne nazie. Comme si l’honnêteté était la norme chez eux, comme si le courage d'un Maurice Thorez valait celui d'un Jean Gabin qui avait tout en perdre en s'engageant dans les forces françaises libres à commencer par perdre sa vie alors même qu'il avait une vie dorée à Hollywood. Mais pour ces gens-là, Jean Gabin n'est qu'un acteur de cinéma et sans doute, ignorent-ils tout de son engagement et des combats bien réels qu'il a mené sur des champs de batailles. Maurice Thorez est revenu après guerre, il n'avait pas maigri le bougre. Il fût même gracié de sa peine de mort pour désertion en 1939 !

C'est là tout le soucis de cette jeunesse d'aujourd'hui en mal d'engagements. D'autres vont en Syrie couper des têtes, traîner des cadavres derrière des camions, violer des femmes Yazidis et Chrétiennes, vendre leur âme "au diable" pour une place au Paradis des 75 vierges et des rivières de miel. Certains parmi eux, les moins stupides ou les plus épuisés par leurs exactions et leur crimes, ont décidé de revenir comme de sales mioches dépassés par les événements, à moins qu'ils aient fini par comprendre que pour eux, la seule porte de sortie offerte par l'état islamique, était de finir comme de la viande à canon.

En effet, revenir en France en héros dans les cités leur semble bien plus profitable et ils cherchent à profiter justement de cette "socia-lie" imbécile qui leur offre un numéro vert pour afficher leur désir de retour. Vous savez ce que j'en pense ! Ils doivent rester en Syrie, en Irak et qu'importe dans quel état, ni comment ! Ils sont définitivement irrécupérables et pourris par cette gangrène islamique et rien ne pourra les récupérer. Ce ne sont pas des soldats en campagne traumatisés, mais des ordures à balayer. Que diront ces belles âmes lorsque l'un d'eux se fera exploser dans un RER, un cinéma ? Qu'il était déséquilibré ?

desequilibres

La jeunesse est en mal d'engagements ! Une jeunesse à qui il ne fut proposé que les plaisirs du consumérisme. Pour ceux qui en avaient les moyens. Nous avons tous été des jeunes cons un moment de notre vie et affirmions sans malaise, notre connerie qui nous semblait d'une intelligence folle que les vieux ne pouvaient pas comprendre. Normal, ils avaient le défaut d'être des parents de plus de 45 ans. Rédhibitoire en effet.

L'islamisme, comme le communisme, le fascisme, le nazisme font partie de ces engagements possibles pour ces jeunes. Une solution, un moyen de changer le monde qu'ils détestent alors même que ce monde n'a pas besoin du sang, des larmes, des cris de ces horreurs au nom de ces idéologies.

Il y a tant d'engagements qui traînent dans les caniveaux aujourd'hui, à commencer la main qui se tend, le sourire qui se donne, un regard de compassion pour les plus modestes. Petits engagements certes, mais... Il y a aussi des engagements plus profonds dans des organisations caritatives, chez les soignants de l'âme ou des corps, dans des associations de terrain. On ne dira jamais oh combien, que le radical-socialiste Jacques Chirac, commit l'une de ces nombreuses et fatales erreurs en supprimant le service militaire qui était, quoi qu'on en dise, un formidable moyen de récupération.

Il y a aussi cette éternelle colère à gérer car bien sûr, lorsque l'on a 20 ans, du caractère, du coeur, on ne peut être qu'en colère face à certains comportements de politiques, d'artistes, de journalistes, de présentateurs qui s'avancent déguisés en bergers et donnent des leçons de morale pour obtenir une apparence d'apôtre. Ce sont des loups la plupart du temps.

Cette jeunesse qui cherche des engagements ailleurs,  joue finalement l'"idiote utile", et  les médias les mettent en valeur afin de faire de l'audimat. Les politiques infâmes, jouent les médecins à deux balles. Au fond, cette jeunesse les emmerde.

Que reste-t-il à ces jeunes ? Les plus malins songent à partir travailler ailleurs, les plus instruits sont déjà à Londres, aux Etats-Unis, en Australie et en Chine, les autres, les plus lourds, se prennent pour des héros en décapitant des innocents ou profitent du système social. La France exporte ses BAC plus 10, et elle importe des BAC moins 10. Combien de temps cela peut-il durer ?

Et puis, il y a cette engeance qui après 100 ans de crimes de toutes sortes, croit encore que le salut de l'humanité passe par le communisme. A désespérer...

La question est et reste: comment vous, les politiques, avez-vous pu laisser notre pays tomber dans un tel état de déconfiture morale ?

Gérard Brazon (Le Blog)

Bonnes fêtes à tous

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article