La Kabylie ne veut plus être algérienne? Les berbères se réveillent enfin.

Publié le 24 Avril 2010

La Kabylie cherche sa voie vers l’autonomie

À peine quelques milliers de manifestants ont entendu l’appel du Rassemblement pour la culture et la démocratie, mais surtout du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Créé en juin 2001, le MAK répond aux frustrations d’une jeunesse sans repères, qui croit de moins en moins au combat pacifique de ses aînés dans le cadre d’une « Algérie, une et indivisible ». Dans un climat politique délétère marqué par des manipulations multiformes, il n’est pas toujours facile de distinguer la passion militante des uns, des provocations policières des autres, qui poussent aux dérapages.

Le président du MAK, Ferhat Mehenni, chanteur engagé et militant de la cause berbère depuis les années 1970, a brisé bien des tabous. Mercredi, lors d’une conférence de presse à Paris, il a franchi un nouveau pas : « J’annonce solennellement la création d’un gouvernement provisoire kabyle (GPK). Il aura pour mission de mettre en place les institutions officielles de la Kabylie, et de représenter celle-ci auprès de la communauté internationale. Il durera jusqu’à la reconnaissance officielle de la Kabylie en tant que peuple et en tant que nation par l’État algérien. »

Ce « gouvernement provisoire », dont les « ministres » ne sont pas encore désignés, est loin de faire l’unanimité en Kabylie, y compris dans les milieux autonomistes. Si personne ne remet en cause l’intégrité de Ferhat Mehenni, exilé depuis avril 2009 après un mandat d’arrêt, nombre de militants Kabyles s’interrogent sur les objectifs de son entourage qui semble très influent. Certains de ses conseillers, prompts à la surenchère, travailleraient, dit-on, pour les services algériens, qui tentent d’instrumentaliser ainsi la région dans les jeux claniques du sérail. Pour plus d'information sur la Kabylie, terre berbère occupée par les arabes, lire le site Kabylie.net.

Par Arezki Aït-Larbi

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article