La libération d’un terroriste Français nommé Salah Hammouri par Guy Millière

Publié le 20 Décembre 2011

passeport-salah

« Un jeune Français innocent pris en otage par l’abominable dictature sioniste qui occupe très provisoirement un fragment de l’Etat arabe de Palestine a retrouvé la liberté. Ce jeune Français innocent avait été arrêté illégalement par des agents de la dictature sioniste et jeté dans une effroyable geôle. Il a sans doute été torturé : c’est pourquoi il a reconnu avoir organisé des actes de résistance contre la dictature sioniste et avoir voulu éliminer l’un des agents les plus honnis de la dictature, le rabbin Ovadia Yossef. Comme la mère de ce jeune Français a épousé un citoyen de l’Etat de Palestine, il est aussi Palestinien. Gloire à lui. Et gloire au grand Président Sarkozy qui s’est employé à obtenir la libération de l’otage et qui le recevra sans doute à l’Elysée, après quoi le jeune Français, Salah Hammouri, pourra rentrer chez lui, à Jérusalem, capitale de l’Etat de Palestine ». 
 
C’est ainsi que j’écrirais si je tenais un blog sur le site du journal Le Monde ou sur celui d’Europalestine. C’est ainsi que je penserais si j’étais victime d’une intoxication intellectuelle, et si j’oubliais ce qui doit être rappelé aux lecteurs de la quasi intégralité de la grande presse de ce pays : lire la presse écrite française, à de rares exceptions près, nuit gravement à la santé mentale. 
 
Comme je ne tiens pas de blog sur le site du Monde ou sur celui d’Europalestine, comme je ne souffre pas d’intoxication intellectuelle, et que je prends soin de ma santé mentale en ne fréquentant la grande presse française qu’à dose strictement homéopathique, ce qui me vaut d’être boycotté et menacé par de grands amoureux de la liberté, je vais traduire ce qui précède en français normal, et en utilisant un style qui devrait être celui d’un journaliste faisant un travail normal d’information. 
 
Un jeune homme de nationalité française, de père arabe, résident de Jérusalem Est dans l’Etat démocratique d’Israël, a été arrêté par l’armée alors qu’il s’apprêtait à commettre un attentat terroriste contre le rabbin Ovadia Yossef et son entourage. Un bain de sang a été évité de justesse. Le jeune homme, membre actif d’une organisation terroriste, le Front Populaire de Libération de la Palestine, a reconnu le projet d’attentat et la préparation de plusieurs autres attentats. Il a été jugé par un tribunal militaire, et condamné en 2004 à sept ans de prison, après qu’il ait décidé de plaider coupable. Il a été bien traité, comme le sont tous ceux qui sont incarcérés en Israël. Il a été relâché ce dimanche. Au terme de sa peine.
 
Nicolas Sarkozy s’est évertué à faire pression sur le gouvernement israélien aux fins que Salah Hammouri soit libéré de manière anticipée, et aux fins que sa libération apparaisse comme faisant partie de l’échange qui a permis la libération de Guilad Shalit. 
 
Il n’a pas hésité en ce cadre, à mettre sur un pied d’équivalent un soldat innocent, kidnappé par un groupe terroriste, et un terroriste convaincu d’activités criminelles, et légalement jugé et condamné dans un pays démocratique, ce qui est tout à la fois une insulte au soldat Shalit et à la justice israélienne, et une forme de blanc seing accordé au terrorisme.
 
Nicolas Sarkozy espère sans aucun doute obtenir, en faisant connaître son action, des voix de militants pro-palestiniens et des voix musulmanes lors des prochaines élections en France. 
 
Il n’est pas certain qu’il y parvienne, mais il s’est une fois de plus conduit comme un véritable ami d’Israël. 
 
La presse française, en relatant cette histoire en des termes à peine moins outranciers que ceux que j’emploie dans le premier paragraphe de ce texte, ne sort pas grandie de ce qui n’est qu’un épisode supplémentaire de sa propre déchéance.
 
Je plains les journalistes honnêtes qui sont contraints de faire leur métier d’une manière peu honnête parce qu’ils ont une famille à nourrir. Je méprise les journalistes malhonnêtes qui font sciemment et sans remords leur métier de façon malhonnête, et se transforment ainsi en vils propagandistes au service d’idées criminelles.
 
Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info
 
PS Notez bien, dans l’illustration, le nom du pays où se trouve Jérusalem sur un passeport français. Ce pays s’appelle : XXX. Intéressant. Est-ce un pays qui n’existe pas ?

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Israël: une démocratie

Commenter cet article

island girl 21/12/2011 12:31


Les journaux s'imaginent que les français gobent leurs infos tronquées ,ils courent à leur perte à la vitesse grand V et cela me réjouit !