La Liberté d'expression est morte dans notre pays. La "socia-lie" l'a assassinée.

Publié le 17 Janvier 2015

Liberté d'expression

Comment ne pas être choqué. Comment ne pas être en colère contre ces dirigeants politiques et ces hauts fonctionnaires aux ordres.

Il restait le tribunal administratif, la justice au secours de la liberté. La main secourable envers notre liberté d'expression. Mais elle n'a pas tendu la main, pire, elle a validé l'interdiction. Elle a pointé son pouce vers le bas comme un empereur romain qui souhaitait la mort plutôt que la vie de celui qui était tombé.

La liberté est morte aujourd'hui, dans une salle d'un tribunal. 

Ailleurs on tue et ces responsables détournent le regard. Pas vu pas pris, responsable peut-être mais pas coupable.

En France, on interdit au nom de la Liberté, on étouffe celle-ci, peu à peu, doucement. D'interdits en interdits, s'installe en France une dictature douce mais efficace: bien pensance, politiquement correct, justice aux ordres avec le soutien d'associations "communautaristes", "anti racistes", "droits de l'hommistes", un outillage judiciaire liberticide. 

En France, on fait son cinéma dans la rue, on proteste contre les assassinats, on joue les indignés, mais en douce, on serre la corde au cou de notre liberté de manifester, de s'exprimer. Honte à vous !

Français de France, amoureux de la liberté, fidèles à notre histoire nationale, vous devez prendre conscience que la "socia-lie" veut la mort de notre nation.

Gérard Brazon

Interdiction d'une manifestation contre les "islamistes" dimanche à Paris

Liberté d'expression2-copie-1

"Déséquilibrés, égorgeurs, chauffards... islamistes hors de France." C'était le mot d'ordre de la manifestation qui devait se tenir dimanche à Paris, une semaine après les marches historiques en réaction aux attentats terroristes. Mais le rassemblement a été interdit par la préfecture de police, vendredi 16 janvier.

"Nous avons reçu à 18 heures un appel de la préfecture nous informant de l'interdiction de la manifestation, nous attendons maintenant une notification officielle", a déclaré Pierre Cassen, responsable de l'association anti-islam Riposte laïque, qui organisait le rassemblement. De source proche du dossier, on annonce que la manifestation sera "très certainement interdite", mais la préfecture n'a pas officiellement confirmé l'information dans l'immédiat.

Lors de ce rassemblement, devaient s'exprimer une responsable du mouvement anti-islam Pegida, qui organise des manifestations au succès croissant en Allemagne, le philosophe Renaud Camus, théoricien du concept de "grand remplacement" (l'immigration conduit selon lui à un changement de peuple qui menacerait la civilisation française) et des responsables italien ou suisse.

Une "bonne" décision, selon le maire du 2e arrondissement

Le maire du 2e arrondissement de Paris, où devait se dérouler la manifestation, a salué une "bonne" décision de la préfecture de police. "C'est celle qu'attendaient tous les démocrates attachés à construire une société basée sur les valeurs de liberté, de paix, de tolérance, d'égalité, ou encore de solidarité entre tous et toutes quelle que soit sa culture, sa croyance ou son origine", a déclaré Jacques Boutaut.

Outre le maire, plusieurs associations, dont la Ligue des droits de l'homme, avaient demandé l'interdiction de la manifestation.

Voici le communiqué de Riposte-Laïque

Ce régime ne recule devant rien pour interdire toute expression qui ne convienne pas à sa vision du monde. Les juges du tribunal administratif viennent de confirmer, malgré un dossier vide, la décision inique du préfet Boucault. Celui-ci, a décrété, ce vendredi 16 janvier, de manière tardive, que le rassemblement intitulé « Islamistes hors de France » organisé par Riposte Laïque et Résistance républicaine serait interdit, sous le prétexte qu’il inciterait à la haine et à la division. On croit rêver, à un moment où, partout en France des soldats d’Allah menacent de tuer un maximum de policiers et de Français.
 
Depuis les assassinats commis dans les locaux de Charlie Hebdo, puis ceux du lendemain, nous assistons à un gigantesque lavage de cerveau orchestré par ce gouvernement et nombre de journalistes. Alors qu’une guerre est déclarée à notre pays par les représentants les plus radicaux de l’islam, on assiste, depuis la manifestation de dimanche, à une énorme manipulation. Il s’agit de faire passer les musulmans pour les principales victimes de ces attentats. De manière politicienne, ce régime tente d’organiser une union nationale autour d’un président de la République massivement désavoué. La promotion du multiculturalisme, de l’islam et de l’immigration est mise en avant, et on vient à accuser les Zemmour, Houellebecq ou Marine Le Pen d’être coupables des crimes commis par les soldats d’Allah ! Plus grave, Hollande menace d’instituer un délit d’islamophobie !
 
Nous remarquons qu’il n’y a que dans la France de Hollande-Valls-Taubira qu’on n’a pas le droit de manifester contre l’islamisation de notre pays. En Espagne, en Suisse, en Italie, en Belgique, dans la foulée de Pegida en Allemagne, des patriotes se mobilisent, devant la violence grandissante de militants islamistes. En France, des mouvements naissent à Montpellier, Lyon, Bordeaux et Vannes, entre autres.
 
Au lieu de dire la vérité aux Français, ce régime multiplie les actes d’allégeance en direction des islamistes. Pour leur donner des gages supplémentaires, il a donc, une semaine après la gigantesque manifestation du dimanche 11 janvier, décidé d’annuler notre rassemblement. C’est un véritable scandale, qui montre l’imposture de la prétendue liberté d’expression mise en avant le 11 janvier.
 
Même si nous comprenons la colère, l’indignation, voire la révolte de ceux qui entendaient venir à ce rassemblement, nous ne tomberons pas dans le piège recherché par le pouvoir. Ce dernier espère voire les patriotes, excédés par le deux poids deux mesures permanent, braver l’interdiction, et aller à l’affrontement avec les forces de l’ordre.
 
Nous appelons donc les Français à ne pas se rendre à la manifestation interdite. Nous organiserons, ce dimanche, une conférence de presse, à Paris, avec notamment Mélanie Dittmer, de Pegida, et d’autres intervenants étrangers, à une heure et dans un lieu qui seront annoncés demain. La voix de tous ceux qui refusent l’accélération de l’islamisation de nos pays sera entendue, n’en déplaise aux maitres-censeurs socialistes.
 
Nous encourageons par ailleurs tous les patriotes à s’organiser localement, et à rejoindre les mouvements de résistance qui se mettent en place.
Liberté d'expression

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

lombard 20/01/2015 11:24


BONJOUR 


j'en arrive à me demander si l'assassinat de l'équipe de charlie ne serait pas le fruit d'une conspiration d'état afin de sauver l'etat socialiste U M P S.....

maury 18/01/2015 17:54


Leur « union nationale », c’est la « soumission »





Tout cela était malheureusement prévisible.






Michel Gandilhon


Journaliste







 






« Dans un monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux » (Guy Debord).


C’est un indicible écœurement que toute personne intègre devrait ressentir devant le déferlement de glu sentimentale et d’obscénité auquel a donné lieu le massacre commis à l’encontre des
journalistes de Charlie Hebdo. Et de mensonges, aussi. Notamment celui d’une France unie et debout face à l’intolérance, alors que la comédie de l’union nationale qui se joue devant
nous, du NPA à l’UOIF en passant par l’UMPS, n’est rien d’autre que la manifestation de la soumission de la France institutionnelle devant l’islam le plus barbare.


Lire aussi : Trop forts, ces musulmans !


Comment, en effet, qualifier l’invitation des Frères musulmans de l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) à participer à la manifestation du 11 janvier, sinon de capitulation et
de consentement à l’islamisation de la société française ? Comment ne pas voir que cette mascarade ne fait finalement que donner raison à Houellebecq : l’unité nationale du
moment se réalisant sur le dos du Front national et des « méchants » du moment, les Zemmour, Camus, Millet et Finkielkraut qu’une certaine presse commence déjà à rendre
responsable du carnage, du fait d’un climat « nauséabond » et « islamophobe » qui règnerait dans le pays ?


Tout cela était malheureusement prévisible. Qu’attendre, en effet, d’une classe politique qui brade au nom du néant « européen » la souveraineté du peuple, qui suit servilement 
les injonctions américaines en s’alignant sur l’axe wahhabite Doha-Riyad, qui enterre tous les jours un peu plus la laïcité en subventionnant généreusement les constructions de mosquées
abandonnées aux bons soins des imams de l’UOIF ? Que penser d’une UMP dont le président, à peine élu, n’a rien de plus urgent à faire que de courir au Qatar toucher 100.000 euros ?
Que penser d’un Juppé dont la seule ligne politique à peu près identifiable est la lutte contre l’islamophobie ? Que penser d’une gauche et d’une extrême gauche qui n’ont cessé de
stigmatiser le « racisme antimusulman » de Charlie Hebdo (de Boniface, le porteur d’eau du rappeur Médine, qui dans son dernier clip appelle à crucifier les
« laïcards », à Besancenot en passant par Bedos, qui lui souhaitait carrément, selon ses propres termes, que le journal « crève »), tout en défilant à Paris, lors
des manifestations de l’été dernier, aux côtés des indigènes d’opérette devenus la branche parisienne Hamas, ignorant pudiquement les drapeaux noirs du djihad qui parsemaient les
manifestations, les prières de rue et les tentatives de pogroms à l’encontre des juifs de Sarcelles et d’ailleurs ?


De quoi se plaignent-ils ? Pourquoi gémissent-ils ? Les frères Kouachi ne sont rien d’autre, en effet, que les fruits amers  de leur lâcheté et leurs mensonges, et les larmes de
crocodile et les indignations vertueuses n’y changeront rien. « Nul ne ment plus qu’un homme indigné », écrivait Cioran : il avait raison.



Michel Gandilhon

Pouf 17/01/2015 20:43


On peut voir cette interdiction sous un angle moins honorable pour les "Maîtres" de la France : ils savent qu'ils sont incapables de pallier la moindre tentative d'attaque de cette manifestation
par quelque déséquilibré criant "allah akbar" ...et ça, on ne s'en vante pas et on interdit...

Claude Germain V 17/01/2015 18:53


Et ce qui emmerde le plus les dirigeants de cette europe nazie c'est que les jeunes souchiens de tous les pays d'europe ne tomberait pas dans le piege d'aller se battre les uns contre les autres
...... J'aime mes compatriotes allemands , mais EFFECTIVEMENT LES DIRIGEANTS ALLEMANDS ONT CONSERVE QUELQUES PRINCIPES POLITIQUES DOUTEUX : la preuve:...  


 


-Supposons que la capitulation Allemande ne soit qu'une armistice. le III Reich aurait donc signé un traité de paix le laissant comme autorité (toujours) légitime sur l'Allemagne, la
Pologne et l'Autriche. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a, le 31 juillet 1973, précisé que le III Reich a survécu à la guerre de 45. C'est ce qui transparaît du préambule des articles 16,
23, 116 et 146 de la loi fondamentale (Allemande). Selon la jurisprudence de la Cour Constitutionnelle, le Reich allemand a toujours une capacité légale (BVerfGE 2, 266(277) ; 3, 288(319f); 5,
85(126); 3, 309, 336, 363), mais pas de capacité juridique, par manque d'organes légaux et institutionnels.



Les gouvernements actuels ne sont que transitoires.

Claude Germain V 17/01/2015 18:28


Insidieusement le 4ieme reich se met en place , celui çi au meme titre que les participants au 3ieme qui etait composé a l'époque a 100% de socialiste ,
communiste , deviance strotkiste et autre F.Maçonnerie fausse et pseudo laiquarde , additionné a une majorité de journaux pseudo-français faisant l'apologie des dirigeants ; comme en 2015
....INCROYABLE !!!! D'INCROYABLE !! comme quoi l'histoire se repete , mais cette fois çi en pire car avec la complicité de l'europe qui avait combattu le National-Socialisme et qui en
2015 le prend completement en exemple , comprenne qui peut et qui veut ......