"La liberté d’expression n’a rien à voir avec les saloperies de Ruquier" par Christine Tasin. Préface Gérard Brazon

Publié le 15 Novembre 2011

Christine Tasin et la Présidente de Résistance Républicaine. 
J'ai l'honneur d'avoir été élu 
au Directoire de cette association pour travailler à ses côtés.

Christine se réclame de la gauche et s'affirme toujours de gauche, la vraie comme elle dit. Moi je suis de droite et même bien installé à la droite de la droite. Une droite que je souhaite nationale et tournée vers les Français avant que d'être populaire si je puis m'exprimer ainsi. Pour autant, cela ne veut pas dire une droite réactionnaire comme cherche à le faire croire les "droits-de-l'hommistes"! Il y a des humanistes à droite, il y a des femmes et des hommes qui ont le souci du social! La gauche n'a pas le monopole du coeur comme dirait l'autre, le Giscard d'Estaing qui a entrainé hélas, la France dans cette spirale infernale de l'Europe et de l'immigration débridée avec son compère Jacques Chirac! 

Si nous nous sommes retrouvés à Résistance Républicaine, association qu'elle a fondée, c'est sans doute parce que nous partageons les mêmes inquiétudes au sujet de notre pays, de son Histoire, de sa grandeur. C'est bien aussi parce que dans ce pays, il y a un problème de représentativité pour défendre la liberté d'expression, dénoncer et résister à cette islamisation galopante envers et contre tous les biens pensants de droite comme de gauche qui pourrissent la vie politique dans ce pays et prennent les français pour des abrutis. Résistance est apolitique puisque nous côtoyons aussi bien des militants de droite comme de gauche. 

Il est désormais quasiment impossible de parler de  sujets comme l'immigration, l'islamisation, l'insécurité, la police, la justice sans prendre des précautions oratoires dans les appareils politiques ou risquer la censure des médias!

Silence, on tue la liberté d'expression au nom de l'idéologie "droits-de-l'hommiste" qui n'est qu'un cache sexe de la volonté de tuer les libertés tout court et déposséder les peuples de leur liberté de choix. Car aujourd'hui, voter à droite (UMP) ou voter à gauche (PS), revient quasiment au même à quelques détails prés. Pour ma part, je reste orphelin du programme de 2007 et la gauche est affligeante de bêtise! 

Gérard Brazon 

**********

Christine TasinInterview de Christine Tasin par Enquête et débat

E&D : Christine Tasin, dans un article récent de Riposte laïque vous appelez à la démission de Laurent Ruquier qui aurait eu le tort selon vous de représenter l’arbre généalogique de Marine le Pen en forme de croix gammée. Or sur Riposte laïque, vos adversaires sont régulièrement dépeints en nazis (qui pratiquent des autodafés), en stalinien (le surnom Staline-Corbière par exemple), donc pourquoi une telle réaction ?

Christine Tasin : Je tiens d’abord à préciser que nos caricaturés sont représentés en policiers de régimes totalitaires et non en nazis ; de plus si nous les caricaturons de cette sorte c’est parce qu’ils agissent vraiment comme des commissaires politiques des régimes totalitaires. En effet, ces gens que nous dessinons ainsi veulent interdire tout débat sur l’islam, nos manifestations et même à présent notre présence au salon du livre du B’nai B’rith où nous étions pourtant officiellement invités. Ils ont, d’autre part, la spécificité de qualifier de fasciste et de raciste quiconque s’oppose à leur vision bien-pensante de la société, un BHL ou une Fourest en sont la meilleure illustration. Ils sont donc des totalitaires de la pensée unique, et méritent la représentation que nous faisons d’eux. Même si le mur est tombé il y a maintenant 22 ans, même si le PC ne fait plus que 2 % des voix, ils ont conservé une culture stalinienne, comme nombre de militants de gauche. Dessiner Marine Le Pen en représentant son arbre généalogique en croix gammée ne se situe pas à ce niveau. Cela s’appelle une saloperie indigne, car elle n’a jamais tenu de discours antisémites, n’a jamais appelé au génocide des juifs et des handicapés, n’a jamais évoqué l’idée d’une race supérieure ou autres thèses nazies ! D’autre part, je n’appelle pas à la démission de Laurent Ruquier, je demande à ce qu’il soit viré.

E&D : Marine le Pen porte à nouveau plainte pour diffamation à cause de cela, elle approche de 20 attaques en diffamation en quelques mois. N’y a-t-il pas là une judiciarisation du débat contraire à la liberté d’expression ?

Christine Tasin : Je pense qu’elle n’a pas le choix. Elle supporte à longueur d’émissions et d’interviews des attaques en-dessous de la ceinture, souvent crapuleuses et très agressives, à cause de la diabolisation de son père et du FN, qui dure depuis trente ans. Certes Jean-Marie le Pen a eu le don des petites phrases provocatrices et de mauvais goût mais tout le monde (et Jospin l’a fait en son temps) reconnaît que la diabolisation du FN a été entièrement orchestrée depuis l’ Élysée du temps de Mitterrand pour faire peur, faire exploser la droite et permettre à la gauche de remporter le maximum d’élections. Aucune autre personnalité politique n’est traitée pareillement dans les médias. Cela a assez duré, et Marine le Pen n’a aucune raison de subir sans réagir ces attaques qui n’ont aucun sens, et ne visent qu’à empêcher le débat public et à dissuader les Français de voter pour elle. Je pense que quand un Mélenchon se permet de la qualifier de “fasciste”, elle a raison de ne pas laisser faire cela. Quand Fourest, dans son livre, attaque de manière grossière son grand-père, et multiplie des contre-vérités dans le seul but de la salir gratuitement, ce n’est pas plus acceptable, et ce n’est pas honteux que cela se finisse au tribunal. C’est la démocratie qui est en danger et la justice doit jouer son rôle pour que le débat politique ait lieu en toute objectivité sur les médias français et ne soit pas oblitéré par des attaques ignobles et sans fondement. Là encore, ne tombez pas dans le “tout se vaut”, rien à voir avec les poursuites qui ont frappé Éric Zemmour, ou qui vont atteindre Pierre Cassen et Pascal Hilout. Là, on assiste à la volonté d’interdire tout débat démocratique sur des thèmes qui dérangent les nouveaux dictateurs de la pensée unique que sont les prétendues associations anti-racistes.

E&D : Peut-on appeler à la démission de quelqu’un quand soi-même on a été interdit du salon B’nai Brith ce week-end ?

Christine Tasin : Quel rapport ? Ruquier refuse déjà d’inviter sur le service public une personne qui représente dans les sondages un Français sur cinq, parce que Sa Majesté n’est pas d’accord avec ses idées. Ensuite, il se permet d’insulter grossièrement cette candidate, mais aussi toute sa famille. Le service public n’a pas à être réservé à des militants politiques qui font passer leurs convictions avant les devoirs d’une chaîne qui est le bien public, et qui appartient également aux Français qui sont susceptibles de voter pour la candidate du FN. C’est l’attitude de Ruquier qui se rapproche de celle de nos censeurs, le journaliste Abel Mestre, et le mélenchonien Alexis Corbières, tous deux bien connus d’Enquête et Débats. Je me dois bien sûr d’ajouter que dans nos livres, il n’y a ni racisme, ni xénophobie, des thèses qui sont le contraire de ce que nous sommes. Bref, notre interdiction est celle de la liberté d’expression, et rien d’autre, et elle choque de nombreux juifs amis.

E&D : Le droit à la caricature doit-il avoir des limites, et si oui lesquelles et qui a la légitimité pour les fixer ?

Christine Tasin : Le droit à caricature doit être entier, et bien évidemment les hommes politiques, parce qu’ils prennent des décisions qui peuvent être contestées, en sont les cibles principales. La règle du genre fait que la caricature est forcément outrée et destinée à faire rire. Il n’empêche qu’il doit y avoir des limites définies et par le bon sens (et nul besoin d’une quelconque autorité pour définir ces limites ; la justice, dans les cas extrêmes définissant s’il y a atteinte à l’image) et par les actions ou paroles des caricaturés. Là où Ruquier est indéfendable, c’est que sa caricature est une attaque gratuite qui n’a aucun fondement et cherche juste à développer chez le spectateur un réflexe de rejet de la caricaturée. La croix gammée aurait eu un sens si Marine Le Pen avait fait des déclarations que l’on aurait pu trouver dans la bouche d’Hitler, ce qui n’est pas le cas. La liberté d’expression a ses limites, et on ne peut impunément entacher gravement –et gratuitement !- l’image de quelqu’un comme l’a fait Ruquier avec Marine Le Pen. C’est la même chose quand Oskar Freysinger est dessiné en nazi, en train de conduire des gamins dans les chambres à gaz. C’est tout simplement dégueulasse. Je pense qu’il doit y avoir des limites à la liberté d’expression, celles qui concernent les symboles du pays que sont le drapeau français et la Marseillaise, qui doivent être sacrés parce qu’ils représentent l’ensemble des citoyens, celles qui appellent délibérément à la violence ou à la pédophilie et celles qui atteignent de manière mensongère l’image publique de quelqu’un. Il faut porter plainte quand son image est sérieusement atteinte, afin d’obliger chacun à être modéré ; pourrait-on imaginer que quelqu’un caricature Jean Robin en nazi, en homme frappant sa compagne ou en pédophile et que Jean Robin l’accepte au nom de la liberté d’expression ? [note de Jean Robin : je ne crains aucune caricature, comme j'en ai déjà fait la preuve en en relayant certaines sur ce site  ou  et une autre violente que je ne retrouve plus mais c'était ça]

E&D : Charlie Hebdo avait clairement dépassé des limites fixées par certains musulmans, donc cela confirme que si chacun met les limites qu’il souhaite, plus rien ne sera permis demain non ?

Christine Tasin : Je ne suis pas sûre que Charlie Hebdo ait vraiment dépassé quelque limite que ce soit, le numéro Charia Hebdo étant un ramassis de plaisanteries dignes d’ados de 15 ans évitant soigneusement d’attaquer Mahomet, le coran et même les islamistes ! Par ailleurs cela n’a pas empêché un certain nombre de responsables musulmans et de musulmans interrogés à la télé ou à la radio de condamner la violence tout en affirmant avec force que l’on devrait respecter leurs croyances. Ils ne veulent pas comprendre ce qu’est la République, ils cherchent à remettre en vigueur, par l’intimidation ou la terreur, le délit de blasphème en France. En effet, on peut concevoir qu’un croyant considère que le livre ou le prophète de sa religion, que ce soit l’Ancien testament, les Évangiles, le coran, Jésus ou Mahomet soient sacrés pour lui-même, c’est-à-dire qu’il les respecte, mais il ne peut demander et encore moins imposer qu’autrui ait la même déférence. Depuis 1905, la religion est d’ordre privé, elle doit rester dans le domaine privé et nul ne peut exiger la prise en compte de ses convictions religieuses, dans quelque domaine que ce soit. Pour les musulmans, il est temps qu’on leur parle fermement. On est en France, nous avons su nous émanciper de la toute puissance de l’Église catholique, et le délit de blasphème n’existe plus. Si ils considèrent que la liberté d’expression doit s’arrêter là où commence la liberté du croyant, qu’ils aillent vivre dans un pays musulman, cela correspondra à leurs aspirations.

E&D : Que pensez-vous du voyage aux États-Unis de Marine le Pen, et notamment de sa rencontre avec le libertarien (donc qui veut supprimer totalement l’ État pour le remplacer par le marché) Ron Paul ?

Christine Tasin : Je ne vois pas en quoi le fait de rencontrer un homme politique étranger serait problématique. Tous les hommes et toutes les femmes politiques qui aspirent à devenir Président des Français prennent des contacts à l’étranger, se font connaître sur la scène internationale, cela ne signifie pas pour autant qu’ils veulent adopter les programmes de leurs contacts. A priori le programme de Marine Le Pen est tout sauf libertarien puisqu’elle est la seule avec Nicolas Dupont-Aignan à dénoncer le pouvoir des marchés et qu’elle défend au contraire l’idée d’un État fort et à nouveau souverain ! On peut supposer que la diabolisation dont elle fait l’objet en France ne facilite pas sa reconnaissance à l’étranger, elle est donc obligée de rencontrer un maximum d’hommes politiques pour qu’ils sachent qui elle est vraiment. Cela me semble légitime.

E&D : Comment réagissez-vous à l’affaire Lamoitier, un des élus du groupe FN au Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, et par ailleurs un des leaders du marché « halal » de la région, fournissant chaque année une trentaine de tonnes de volailles estampillées du sceau de la Grande Mosquée de Paris aux boucheries du Nord-Pas-de-Calais ?

Christine Tasin : Effectivement, un élu FN qui doit sa fortune au halal, cela fait désordre, cela me rappelle un peu le milliardaire communiste des années 80 ! Je trouve que toute entreprise, toute personne qui fabrique ou vend du halal est en faute, puisqu’elle accepte l’égorgement sans étourdissement qui est une honte dans un pays qui se prétend civilisé. De plus cette entreprise ou cette personne ne peut pas ignorer que le halal est vendu à monsieur tout le monde à l’insu de son plein gré, chacun finançant sans le savoir un culte. Je porte donc le même jugement sur ce monsieur Lamoitier, que sur tous les députés UMP et PS (et donc forcément leurs dirigeants), tout aussi coupables puisqu’ils refusent que la viande halal soit étiquetée. Seuls 50 députés ont signé la proposition de loi dans ce sens de Nicolas Dhuicq, qui a été obligé de la retirer, le secrétaire d’ État Frédéric Lefèbvre s’y étant opposé, au prétexte que l’on “stigmatiserait les musulmans” si les gens savaient qu’ils sont susceptibles de manger de la viande halal ! J’ose espérer que ce Lamoitier ne fera plus partie très longtemps du FN, puisque Marine le Pen se dit attachée à la laïcité, et s’inquiète de l’islamisation de notre pays. Une femme qui a le courage de vouloir interdire le voile en France (et je l’en remercie, elle est la seule à proposer ce que nous appelons de nos vœux depuis des années, par respect pour la femme et l’égalité homme-femme) se doit de s’attaquer au halal, et ne peut accepter longtemps cette incompatibilité d’un élu halal !

E&D : Cette affaire est loin d’être la seule concernant les contradictions du FN sur l’islam : quand Marine le Pen déclare que l’islam est compatible avec la démocratie, la présence de l’islamolâtre Christian Bouchet parmi les cadres régionaux du FN, le fait que Marine le Pen ait travaillé avec le non moins islamolâtre Alain Soral lors de la campagne 2007, le rapprochement entre Stéphane Durbec du FN et Omar Djellil à Marseille, les relations historiques du FN avec les régimes islamiques d’Iran et d’ailleurs, etc. Qu’en pensez-vous ?

Christine Tasin : Ces questions me paraissent destinées à faire un procès d’intention à Marine le Pen. Je ne suis pas Marine Le Pen, qui serait sans doute la mieux placée pour répondre à ce genre de questions ; je ne suis pas non plus une spécialiste du FN et de sa Présidente, ni une militante du Front national, alors je vais répondre comme Présidente de Résistance républicaine qui observe les déclarations et les programmes des différents candidats sur ce qui nous intéresse, l’islamisation de notre pays et la défense de la République et de la France. Marine Le Pen a encore beaucoup à apprendre de l’islam, puisqu’elle fait une différence entre islam et charia. Je crois qu’elle croit encore aux vieilles lunes véhiculées par nos gouvernants et nos médias qui mettent en avant l’imam de Drancy qui prétend qu’un islam de France pourrait exister. En cela elle se trompe et il est aberrant que son entourage ne lui ouvre pas les yeux. Il est également possible que dans son entourage, quelques personnes lui conseillent de mettre la pédale douce sur l’islam, pour récupérer des voix musulmanes. Si elle tombait dans ce piège, elle ferait une erreur terrible. Néanmoins je remarque que, malgré tout, Marine Le Pen est la seule à défendre l’interdiction du voile, la seule à avoir dénoncé les prières dans la rue, la seule à affirmer haut et fort qu’il n’est pas envisageable qu’il y ait un seul euro public qui aille à la construction des mosquées et à vouloir défendre la loi de 1905 qu’elle veut faire appliquer strictement. Cela ne suffit pas à notre avis mais si, déjà, on obtenait cela on verrait diminuer les revendications communautaristes parce que les musulmans et les associations musulmanes comprendraient qu’il n’y a rien à attendre. Un coup d’arrêt retentissant aurait lieu dans la phase de conquête implicite qui a lieu dans notre pays. Alors vous comprendrez bien qu’à côté de cette détermination, de ce programme laïque affiché, ce que fut le FN d’un Jean-Marie le Pen pro-Iran quand sa fille est proche d’Israël, le soutien d’un Soral il y a 5 ans ou la présence de quelques personnalités-vestiges-alibi de l’ancienne direction du FN, ce soit de la roupie de sansonnet !

E&D : Jean-Pierre Chevènement vient de déclarer sa candidature, peu après qu’un de ses cadres ait rejoint le FN. Qu’en pensez-vous ?

Christine Tasin : Je suis attristée qu’un homme de sa valeur, d’une intelligence et d’une culture extraordinaires puisse, une fois encore, “servir la soupe” au PS en se ralliant, comme c’est vraisemblable, comme il l’a fait en 2007, à une gauche qui n’a rien de républicain, qui l’utilise et le piétine tour à tour depuis 30 ans. Par ailleurs cet homme si lucide sur tant de sujets est d’un consternant aveuglement sur l’islam, comme Nicolas Dupont-Aignan. Tous deux ne voient pas de problème avec le voile et considèrent que l’islam a sa place en France, comme les mosquées, comme le halal… sans vouloir voir la volonté de faire disparaître nos valeurs et nos traditions qui sont véhiculées par les revendications communautaristes.

E&D : Martine Aubry, compagne de Jean-Louis Brochen, a été battue par François Hollande aux primaires du PS. Cela vous rassure-t-il, étant donné les positions de l’un et de l’autre vis-à-vis de l’islam ?

Christine Tasin : Pas du tout. Je suis ravie que Martine Aubry ait été battue, car elle a dû ainsi en rabattre et se rendre compte qu’elle n’était pas à la hauteur, même aux yeux de ses propres militants. C’était une claque nécessaire. Mais par ailleurs mes inquiétudes par rapport à une éventuelle victoire de la gauche demeurent. Le scénario catastrophe (nous l’avons montré dans le roman écrit à quatre mains avec Pierre Cassen) serait le même, que ce soit Hollande ou Aubry, qui feront la même politique en vue d’imposer “l’autre civilisation” qu’ils appellent de leurs vœux, avec les libertaires liberticides d’Europe Écologie qui détestent et la France et ses traditions. Entendez par là remplacement d’une population par une autre, immigration débridée, régularisation des clandestins avec appel d’air pour d’autres, forcément, droit de vote des étrangers, disparition complète du peu de souveraineté qui nous reste au profit de Bruxelles, disparition de l’État au profit des régions, attaques contre la langue française qu’ils aiment si peu qu’ils font leur campagne avec des slogans en anglais, financement des cultes sous prétexte de financement d’édifices culturels, autorisations de non mixité dans les piscines et même dans les salles de cinéma ou de théâtre sous la pression des étrangers votant aux élections locales, discrimination positive rendant impossibles certains emplois à ceux qui ne seraient pas d’origine étrangère… et puis, ultima sed non minima, sans aucun doute, ils mettraient la main à la casse finale de l’école, développant à l’infini ce qui y tient pourtant déjà une bonne place, l’islam, les empires africains, l’histoire de l’esclavage (mais silence sur l’esclavage arabo-musulman) et celle de la colonisation (mais silence sur les conquêtes arabes). Bref, le pire scenario, une catastrophe dont la France ne se relèverait pas.

http://www.enquete-debat.fr/archives/christine-tasin-effectivement-un-elu-fn-qui-doit-sa-fortune-au-halal-cela-fait-desordre

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Politique Française

Commenter cet article

francis Claude 15/11/2011 20:41



bravo félicitations encore des voies pour Marine en 2012 j'espére que vous entrainerez beaucoup de "tiédes" de vos associations!!!