La loi anti-burqa à l’épreuve du séminaire salafiste aux Mureaux (78)

Publié le 1 Mai 2011

Ce week-end, aux Mureaux, un millier de fidèles sont attendus à la mosquée Tarik Ibn Zyad. Un séminaire est organisé deux fois par an durant deux jours en présence d’imams et de savants religieux venus de toute la France.

Existant depuis trois ans, cet événement n’a jamais posé problème, si ce n’est ceux de circulation liés à la venue d’un millier de personnes à deux pas du centre-ville.

Mais la loi anti-burqa qui vient d’être mise en application va peut-être changer la donne. Côté police, on explique que des représentants de la mouvance salafiste, l’aile rigoriste de l’islam, sont habituellement présents lors de ce rassemblement : « On a déjà vu beaucoup de niqabs et de burqas les années précédentes, parfois même de très jeunes filles les portent », apprend-on de source policière.

Une tolérance aux abords des lieux de culte ?

Officiellement, à la préfecture comme au commissariat des Mureaux, aucun commentaire n’est fait : « Il y a une loi, et si elle est transgressée, on la fera respecter, c’est aussi simple que ça », entend-on au commissariat.

 

Pourtant, à la préfecture, une voix légèrement dissonante se faisait déjà entendre, montrant tout l’embarras et les difficultés de l’application de la loi anti-burqa : « Il y a une certaine tolérance concernant les abords des lieux de culte. » Mais où commencent et où s’arrêtent les « abords » d’une mosquée ? Pour le syndicat de police Alliance, cette tolérance est définie par le ministère de l’Intérieur. « Il y a une note qui stipule qu’on ne verbalise pas à proximité immédiate d’une mosquée, confie Philippe Timores, secrétaire zonal grande couronne. Il faut s’en remettre au discernement du fonctionnaire de police. »

Mais pour Michel Pigeon, de l’Unsa : « Le fait qu’il y ait un rassemblement de cette taille aura tendance à étendre cette zone de tolérance. C’est une loi très compliquée à appliquer. On ne veut pas que les collègues s’exposent. Disons qu’on pense qu’il y a eu des consignes pour plus de diplomatie. »

 Le Parisien

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Islamisation française

Commenter cet article

Charle MartelI 01/05/2011 13:46



Soit pour les abords directs,bien que ce soit une excuse gratuite pour servir d'alibi aux pourfendeur de l'islam en France.


Et avant d'arriver a la mosquée,n'ont elles pas de burqua ? pourtant c'est défendu egalement en voiture.


Ne peuvent elles pas se travestir a l'interieur de cette mosquée.


Comme quoi tout est bon comme excuses pour dénigrer les lois francaises et imposer les lois de la charia.



LA GAULOISE 01/05/2011 12:51



ce qui tendrait à prouver ,une fois de plus, qu'ilpas beaucoup de courage pour faire des lois, mais beaucoup beaucoup plus pour les faire appliquer.Or, notre sport national est devenu la
COUARDISE ? et là, nous sommes devenus champions toutes catégories confondues.