La machine à désinformer s'emballe de nouveau. La Syrie est la nouvelle cible. Par Gérard Brazon

Publié le 27 Août 2013

 Gens Réflexion-4 La machine à désinformer s'emballe de nouveau. La Syrie est la nouvelle cible. Les États-Unis nous bassinent avec la morale comme si ce pays pouvait se permettre de faire la morale au monde entier. Combien de mort en Irak depuis les mensonges de Colin Powell ? Rien que cette année 2013, l'Irak affiche 4000 morts depuis le début de l'année. (500 000 morts en Irak depuis 1991 selon des sources ONG).

Gérard-France Par Gérard Brazon

Saddam Hussein était un nain meurtrier à l'aune des dégâts commis par l'intervention des Etats-Unis, des Anglais et des Occidentaux en général.

Aujourd'hui, c'est l'arme chimique comme autrefois les "armes de destruction massive". Entendre parler de moral de la part de ce pays qui mène sans cesse des guerres depuis la fin de la fin de la dernière guerre mondiale pour imposer un modèle, son modèle qui souhaite in fine, la mort des nations européennes. D'un côté, (indépendance nationale: économique, politique, militaire) et la création d'un espace islamique au Moyen-Orient.  Les Etats-Unis veulent imposer une sorte marché transatlantique qui fera de l'Europe son vassal et  tuer nos systèmes et lois de protection de la santé des consommateurs. (Bœufs hormonés, poulets javellisés, normes industrielles souples, OGM, agriculteurs captifs par l'interdiction de faire leurs propres semences, etc.)

Les gendarmes du "Monde libre" comme disent les médias carpettes sont en fait des incendiaires. S'il fallait additionner l'action de la morale des Etats-Unis partout dans le monde, que ce soit en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient depuis les 60 dernières années nous serions effarés de cette morale humaniste finalement meurtrière.

Alors des médias français annoncent déjà la couleur d'une intervention militaire en Syrie. Aviation et bombardement. Refaire le coup de de la Serbie, celui de l'Irak puis de l'Afghanistan avec les conséquences que nous connaissons désormais. Nous nous retrouvons avec cette tache de peinture que nos génies militaires ont étalé sur l'ensemble du monde en espérant (disent-ils) que l'on finira par retrouver les couleurs originelles. Même un gamin sait que ce n'est pas possible.

J'entends des commentaires des "va-t'en guerre"Gattegno sur RMC, les mêmes qui s'apitoient le reste du temps sur les otages, sur les militaires "morts pour la France", les civils massacrés. Quelle honte ces indigestes gesticulations explicatives de ces "journaleux bien planqués dans leurs bureaux. Comment ne peuvent-ils pas se souvenir des mensonges précédents pour envoyer des troupes se faire descendre dans les différents déserts de la planète.

Masques.gifCes journaleux nous parlent de démocratie, de droits de l'homme, de libertés civiles comme si tous les pays du Moyen-Orient avaient des peuples qui aspiraient à des démocraties de type occidental. Pour ma part, je pense que les peuples vivent à des époques différentes. Certains sont en 2013, d'autres sont en 1800 voire plus loin encore.(Les salafistes rêvent de revenir en 632).

La démocratie n'est pas un système qui s'applique comme un manteau sur toutes les épaules des hommes du monde. La démocratie est un combat, une volonté. Elle répond à une histoire, des luttes, des rêves, des morts, des espoirs sur plusieurs siècles. Chez nous, elle s'est exprimée sur les barricades et pourtant, nous avons la démocratie la plus imparfaite qui soit en Occident, (qui peut parler de démocratie française avec un président élu par 28% d'électeurs inscrit). C'est-tout dire. Pour autant, nous pouvons espérer qu'une démocratie même imparfaite puisse s'améliorer. Ce n'est pas le cas d'une dictature qui ne l'envisage nullement.

Salut nazi palestinien5 Les peuples arabo-musulmans d'aujourd'hui, de par leurs cultures n'ont pas encore l'envie de démocratie de type occidental et ce n'est pas demain la veille que ce type de démocratie existera. Elle implique la séparation véritable du spirituel par rapport au temporel, l'égalité des droits, l'égalité des sexes, la liberté de conscience, la liberté d'expression, etc. Tous ces impératifs sont contraires aux croyances religieuses.  

L'intervention en Syrie fera des films de guerre qui enrichira Hollywood. Des films donnant le beau rôle à l'Amérique qui envahiront les salles de cinéma du monde entier. Cela fera tourner des usines d'armements aussi. Mais la paix, la "stabilité mondial", la prospérité, le bonheur des peuples, la démocratie, qu'est-ce que c'est au fond ? Broutilles, billevesées à l'aune des intérêts économiques et financiers.

Je suis triste et en colère de voir notre pays et au-delà l'Europe s'aplatir devant les Etats-Unis et abdiquer notre indépendance, nos indépendances.

Les conséquences d'une intervention en Syrie seront incalculables. Les frontières directes de la Syrie  avec le Liban, Israël, la Turquie, l'Irak ne sont pas celles de la Serbie. Ce qui me fait dire mon incompréhension par rapport à l'implication d'Israël dans les dernières péripéties en Syrie.

En quoi Israël serait gagnant dans ce conflit ? Quel intérêt aurait Israël d'avoir des islamistes radicaux aux pouvoirs à sa frontière du Golan ?

Q Enfants de Gaza Des islamistes qui éduquent leurs enfants à "tuer du juifs, de l'associateurs (chrétiens) et du mécréants.

Et puis:

Q Que feront les Kurdes devant ce qu'ils peuvent considérer comme une aubaine pour créer leur propre pays indépendant qui leur fût tant promis après la première guerre mondiale et refuser, in fine. Cela la impliquera également la Turquie, l'Irak et l'Iran.

La Haine Que ferons-nous des islamistes qui appellent au Califat, à la charia à l'installation de l'Oumma. De ces gens qui pillent les Eglises, tuent du Chrétiens dans l'indifférence des bonnes âmes journalistiques et politiques de type Laurent Fabius. Il y a des "indignations" à géométrie variable en Socia-lie mais pas seulement chez eux. La droite molle n'est pas en reste. C'est à vomir.

Israël n'a rien à gagner, pas plus que la Turquie pas plus que l'Europe dans son ensemble et surtout, pas plus pour la France.

Encore une fois, les intérêts américains nous envoient contre le mur. Nous avons des dirigeants politiques en dessous de tout depuis plus de 50 ans, des élites intellectuels transformée en béni oui-oui. Tous mangent dans la main des Etats-Unis, des banquiers et des financiers.

Sommes-nous devenus un peuple servile, et donc un peuple vil ?

Sommes-nous condamner à nous enfoncer dans l'abject, le compromis permanent.

"De Gaulle revient, ils sont devenu fous".

Gérard Brazon

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

Respectvaleurs 28/08/2013 18:05


Je crains bien cher Gérard que la majorité du peuple français soit vil et servile, car ce qui compte de nos jours, c'est surtout de ne pas rater la dernière promo chez SFR...

Francis Claude 28/08/2013 09:36


le drame est que les journaleux n'ont pas "oublié" mais pire il font sembant ce qui fait d'eux des journaleux collabo!

Marie-claire Muller 27/08/2013 17:44


Merci Gérard!!! même Mélanchon dit de ne pas suivre Obama ainsi que Marine à qui il donne raison pour la premiére fois sans doute.Je me souviens d'un article qui disait que le Pentagone avouait
vouloir destabiliser 7 Pays au Moyen Orient!!!Le peuple égyptien ne comprend pas pourquoi Hussein Obama soutient les fréres muzz alors que Morsi n'a pas été élu démocratiquement comme certains le
disent mais que l'élection a été truquée et les gens ont été menacé si ils ne votaient pas pour cet islamiste; voir l'article sur dreuzz!!



Les Egyptiens sont déroutés par le soutien international aux Frères
musulmans



Posted On 27 août 2013


By : Rosaly


Comments: 18






Frères musulmans – Egypte



« Si seulement en 1940 le peuple allemand avait eu le courage du peuple égyptien en destituant un homme « démocratiquement élu », cela nous aurait évité
des millions de morts et la Shoah. Mais cet argument, l’Occident ne l’entend sûrement pas. Il ne veut pas l’entendre« .
- Gilbert Sinoué, auteur de « immeuble Yacoubian ».


Une majorité d’Egyptiens ne peut comprendre la position de l’Administration américaine, qui se range du côté des forces de l’oppression et assiste à la transformation du pays en un état en
faillite sous la direction des Frères musulmans. Cette position s’oppose aux intérêts américains. L’Egypte ne peut simplement pas se permettre de devenir une autre Somalie ou un autre
Afghanistan, sous le contrôle de Talibans égyptiens.


Les Egyptiens sont perplexes. Ils ne comprennent pas les efforts de l’Administration Obama pour ramener les Frères musulmans au pouvoir.


Afin de donner un sens à la politique de l’Administration Obama, Amr Adeeb, un éminent analyste politique égyptien, soutient l’idée selon laquelle les USA aident les Frères musulmans
à reprendre le pouvoir afin de transformer l’Egypte en un aimant qui attirerait les combattants jihadistes. Le but, selon Adeeb, est de faire de l’Egypte une autre Syrie ou un autre
Afghanistan et ainsi discréditer l’islamisme en tant que mouvement politique viable.


Aux yeux des Occidentaux, cela peut paraître comme une théorie conspirationniste étrange, mais pour les Egyptiens, elle permet d’expliquer la raison pour laquelle le gouvernement américain
soutient une organisation qui a ouvertement déclaré le jihad contre l’Occident, s’est engagée dans des menaces de guerre contre Israël et l’Ethiopie, a démoli plus de 80 églises historiques
en quelques jours, incendié des hôpitaux, et assassiné des Chrétiens dans les rues. Les Frères musulmans n’ont aucun respect pour l’Etat de droit, mais, dit l’Administration Obama, c’est
l’Armée égyptienne, qui a destitué les Frères musulmans, qui menace la démocratie.


La réalité est différente.


Les « ikhwan » (appellation arabe pour Frères musulmans) ont adopté des méthodes très peu démocratiques lors des élections qui les conduisirent au pouvoir en juin 2012.


Morsi a menti sur son expérience professionnelle à la NASA.

Sa promesse de consacrer 200 milliard de dollars à la renaissance de l’Egypte était du vent. Une fois élu, il déclara que ce n’était « qu’une idée ».

Il acheta le vote des plus pauvres en leur distribuant de l’huile, du sucre, des médicaments.

Le jour des élections, sous la menace de représailles, les sbires des Frères musulmans empêchèrent des milliers de Chrétiens coptes de voter.

En outre, de nombreux électeurs se plaignirent de recevoir des bulletins de vote déjà cochés en faveur de Morsi.



Démocratiquement élu le Morsi ???


Les Egyptiens étaient prêts à ignorer ces irrégularités dans l’espoir que Morsi apporterait de l’ordre et de la stabilité à leur pays. Ils espéraient qu’il respecterait ses promesses de
construire une Egypte moderne, de créer des emplois, de mettre sur pied un gouvernement de coalition et une constitution. Ils croyaient en sa promesse de consacrer 200 milliard de dollars à
la réparation des infrastructures qui faisait partie du projet islamique de « Renaissance ».


Au lieu de cela, Morsi travailla au démantèlement systématique des institutions d’un pays vieux de 7.000 ans. Il incita ses amis à parler publiquement sur les chaînes de télévision nationales
contre l’Ethiopie, dans le but de la déstabiliser, et dans la lutte pour l’utilisation de l’eau du Haut-Nil. Le gouvernement des Frères musulmans menaça de déclarer la guerre à l’Ethiopie à
propos de la construction du grand barrage de la Renaissance éthiopienne sur le Nil bleu, actuellement en cours.


Morsi déclara également de manière très directe qu’il était en train de recréer un califat islamique. Il pardonna et libéra des islamistes radicaux, y compris les assassins de Sadate, et leur
permit de créer un parti islamique, ce qui est contraire à la constitution, qui interdit les partis religieux. Quand Morsi s’adressait à un auditoire, les islamistes radicaux étaient assis à
la première rangée, il démontrait par là que ces gens constituaient sa base politique.


Afin de renforcer le soutien de cette base radicale, Morsi libéra les membres de Gamaa-al-Islamiyya, groupe fondé par le cheikh aveugle, Omar Abdel Rahman, qui participa à
la première attaque du World Trade Center. Ce groupé, classé comme terroriste par les USA, fut responsable du massacre de 60 touristes à Louxor en 1997. Cela n’empêcha pas Morsi de nommer
l’un de ses membres Gouverneur de Louxor, passant outre l’objection des résidents, dont la survie dépend du tourisme. Cela ne le gêna pas non plus de nommer au poste de Ministre de la Culture
un autre membre de cette organisation terroriste. Avec ces décisions, Morsi asséna le coup de grâce à l’industrie du tourisme en Egypte.


Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir
les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.


Et si les gens n’ont pas envie de venir en Egypte, comment pourraient-ils investir ?


Les Frères musulmans, apparemment, ne voulaient plus de touristes occidentaux en Egypte, même s’ils représentent une importante source de devises. Il semblerait que le Cheikh Hazem Salah
Abu Ismail, un islamiste ultra-conservateur et membre de la confrérie, avait demandé à Morsi de ne plus permettre aux touristes occidentaux de venir en Egyp


henri 27/08/2013 11:28


ooops la foteu !

henri 27/08/2013 11:27


Merci Gérard de cet article suffisemment explicite !   

mika 27/08/2013 11:15


Le malheur c'est qu'ils ne sont pas fous du tout et que l'europe est aux ordres des USA.


Depuis Mai, Mme Catherine Ashton, l'élue de nulle part, a totalement disparu après avoir
déclaré «...Nous devons soutenir les deux parties et
contribuer au processus de leur réconciliation...»


Son patron Obama, déjà pas content d'être moins bien payé qu'elle, a du
lui demander de fermer sa gueule et de continuer à faire ce qu'elle fait de
mieux, RIEN.