La Mairie de Paris préfère rendre hommage au "suicidé tunisien" qu'aux soldats français tués en Afghanistan.

Publié le 15 Juillet 2013

A Paris, il n’y aura pas d’espace spécifique dédié en hommage aux militaires français tombés en Afghanistan. Le plus ignoble est le refus des verts dans leur réponse inqualifiable. En d'autres temps, ce serait probablement une accusation de haute trahison vis à vis du peuple de France et de son armée. Comme quoi, on peut regarder le défilé du 14 juillet et être un salaud !

Gérard Brazon

****

A l’initiative des conseillers du XVIe arrondissement de la capitale, emmenés par Claude Goasguen, un voeu a été déposé lors du dernier Conseil du Paris afin que soit dédié un espace spécifique dédié à la mémoire des militaires français tués en Afghanistan depuis 2001.

“Considérant que nos 88 soldats tombés au combat (…) méritent une hommage et une reconnaissance dignes de ce nom, Considérant que Paris (…) ne peut rester indifférente aux multiples demandes des familles des victimes, du ministère de la Défense et des soldats qui servent nos couleurs”, il est proposé que “la ville de Paris rende hommage aux 88 soldats français morts en Afghanistan, en leur dédiant un espace public de la capitale” peut-on lire dans le voeu soumis au vote.

Seulement, cette initiative n’a pas été adoptée par le Conseil de Paris

Chargée de la mémoire et du monde combattant au sein de l’équipe municipale, Mme Catherine Vieu-Charier (Groupe communiste et élus du parti de gauche) a fait valoir que le monument qui devrait être bientôt érigé à la mémoire de tous les militaires français tués lors d’opérations extérieures “pourra répondre totalement à l’objet” du voeu déposé.

La position du groupe Europe Ecologie / Les Verts et apparentés  (EELVA) a été défendue par son président, Sylvain Garrel, lequel s’était mis en avant, l’an passé, en dénonçant “idéologie” véhiculée par le 1er Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa), et plus généralement les traditions des Troupes de Marine.

Ainsi, les conseillers écologistes ont voté contre le voeu déposé par les élus du XVIe arrondissement.

Je rappelle simplement qu’il y a effectivement eu 88 soldats français qui sont morts en Afghanistan. C’est bien triste pour eux et leurs familles mais qu’il y a eu aussi 120.000 civils afghans morts depuis que nous avons déclenché la guerre en Afghanistan” a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : “Je pense que si l’on devait construire des monuments, il faudrait aussi penser à ces 120.000 personnes qui, pour la plupart, n’avaient rien demandé et qui ont été tuées à cause d’une guerre que nous avons déclarée à leur pays.”

Pour rappel, la France n’a jamais déclaré la guerre à l’Afghanistan, pays qu’elle aide par ailleurs à reconstruire.

Si cela avait été le cas, il aurait été beaucoup plus simple pour accorder aux militaires français le bénéfice de la campagne double !

Enfin, selon les stastistiques des Nations unies, environ trois quarts des victimes civiles de conflit sont le fait des insurgés afghans.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Commenter cet article

FRANHENJAC 16/07/2013 17:25


Quelle honte !  Quelle épreuve pour cette famille !

Marie-claire Muller 16/07/2013 17:14


Une horreur de plus que les médias nationaux ne diffusent pas:


La tombe de Clément Kovac a été saccagée


Publié le 15/07/2013


Par Courrier picard



Réactions (5)

Share on rss

Le journal du jour à
partir de 0,80 €


| VILLERS-CARBONNEL (80) |










- A +








Spectacle de désolation ce lundi soir pour les parents, la soeur et la compagne de Clément Kovac dans le petit cimetière du village.


Comme tous les jours, ils venaient rendre visite à leur fils, mort pour la France en Afghanistan le 11 juillet 2011. Ils ont découvert la stèle saccagée, les fleurs renversées, arrachées et des
pots et compositions florales volées.


Ils ont alerté les gendarmes qui se sont rendus sur place pour constater les dégâts. Ils déposeront plainte ce mardi matin.


 


Pas une première


Ce n'est malheureusement pas la première fois que la tombe du soldat samarien est vandalisée. En mars 2012, toutes les fleurs avaient été enlevées de la tombe. N'étaient restées que les
plaques.

Polux 16/07/2013 16:58


N'oublions pas que Mme Joly  ( qui ne mérite pas son nom ! ) souhaitait abolir le défilé militaire du 14 juillet...mais bordel, quelle aille gérer les problèmes dans son pays d'origine et
quelle nous laisse nos traditions !!!


Comme pour beaucoup d'autres dans son cas, je lui dis : " La France tu l'aimes ( comme elle est ) ou tu la quittes "

FRANHENJAC 16/07/2013 01:43


Honteux !

marie-plume 15/07/2013 11:54


Effectivement cela devait être dit, et nous ajouterons le "twweet" du monsieur des "Verts"- qui partage la vie d'une ministre de la même appartenance, et pourtant très à l'aise dans le
gouvernement -qui a manifesté son courroux(?) - j'écrirais plutôt sa haine viscérale!- de " l'armée, des militaires ... et du 14 Juillet"  Quel triste individu! Quelle saloperie des gens
pareils qui vivent avec l'argent des contribuables- familles de militaires compris, il faut le souligner, que diable!-   et qui crachent salement dans la soupe le jour de la Fête
Nationale... Les enfants de ces parents sont à bonne école! Berk! Dehors!