La malédiction islamiste au Moyen-Orient, par Hélios d'Alexandrie.

Publié le 16 Janvier 2014

Poste de Veille.ca

Nombreuses sont les personnes qui s'interrogent sur le sens des évènements qui ont cours dans le monde islamique en général et dans les pays arabes en particulier: la guerre civile en Syrie, les changements politiques en Égypte, le retour en force des jihadistes sunnites en Irak, l'autonomie politique acquise par les kurdes, la crise politique en Turquie, la désintégration de la Libye, l'impasse politique et l'avenir plus qu'incertain en Tunisie, les conflits internes au Yémen, le réalignement de la politique américaine au Moyen-Orient à la lueur du conflit multiséculaire entre sunnites et chiites, l'accès de l'Iran au statut de puissance nucléaire... De toute évidence les affaires vont mal en terre d'islam, mais ce qui est encore plus frappant c'est qu'elles ne cessent de s'aggraver avec le passage du temps.

Avec le retroscope il nous est possible d'affirmer que la situation actuelle était prévisible mais qu'elle n'a pas été prévue. Les nuages ont commencé à s'accumuler dès la première crise pétrolière en 1973, en même temps que la guerre du Yom Kippur, déclenchée par l'Égypte et la Syrie contre Israël le 6 octobre de la même année. L'embargo pétrolier mis en place à cette occasion à l'encontre de l'Occident, a eu pour effet de tripler du jour au lendemain les prix du pétrole, entraînant un transfert massif de richesses, et par le fait même de leviers politiques, en faveur des pays arabes producteurs de pétrole.

À bien y penser, la Malédiction qui sévit sur le Moyen-Orient, repose sur deux piliers: l'islamisme et l'argent du pétrole.

Les monarchies pétrolières et à leur tête l'Arabie Saoudite avaient le choix entre le développement humain des peuples arabo-musulmans et l'islamisation, elles ont sans hésiter choisi la deuxième option, motivées par la peur de l'occidentalisation, et par le désir de faire triompher l'islam. Stratégie défensive par excellence, dont le but était de faire échec aux idées de liberté, de progrès et de démocratie, jugées dangereuses pour les régimes monarchiques en place. Des sommes colossales ont été consacrées pour atteindre ces objectifs, la propagande et l'endoctrinement islamiques ont atteint toutes les couches de la société, à travers l'enseignement scolaire, les médias, les mosquées et les centres culturels islamiques. Le "succès" a dépassé les attentes des plus optimistes. Deux résultats majeurs ont été atteints, voire dépassés: le premier, sur le chapitre de la haine de tout ce qui n'est pas musulman, le second sur celui de l'enfermement et du rejet de l'occident. Il a fallu à peu près vingt ans d'efforts soutenus pour atteindre une masse critique d'individus dûment islamisés, suite à quoi l'islamisation s'est poursuivie naturellement par le fait du mimétisme et de la pression sociale environnante.

L'absence de développement humain a eu paradoxalement l'effet d'ancrer davantage l'islamisation et de la consolider. Du moment que l'objet de la haine est bien identifié, il est aisé de le charger de tous les maux: sous-développement, pauvreté, maladie, chômage, échecs, défaites, oppression et humiliations de toutes sortes. Seule échappatoire possible: l'islam... Davantage d'islam et rien que l'islam... L'islam est la solution à tous les maux... Si ça va mal, c'est parce que les musulmans ne sont plus musulmans ou pas assez, ils se sont détournés d'Allah, du coran et de la charia. Pour s'en sortir, pour vaincre leurs ennemis, pour dominer l'humanité comme ils l'ont déjà fait il y a quatorze siècles, ils doivent retourner à l'islam des origines dans toute sa pureté et sa rigueur, c'est de cette façon qu'ils connaitront le succès et qu'ils obtiendront justice sur cette terre et dans l'au-delà. Du coup est désigné comme ennemi, tout ce qui n'est pas musulman ou tout ce qui détourne le musulman du vrai islam, tout ce qui entrave l'enfermement.

Lire la suite "La malédiction islamiste au Moyen-Orient, par Hélios d'Alexandrie" »

Califat-carte

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Histoire d'Islam

Commenter cet article

DURADUPIF 16/01/2014 22:43


Trés belles analyses. La seule civilisation qui a fait la part belle à l'homme est la Civilisation Occidentale. Charge à lui charge à elle de ne pas se laisser s'en défaire par l'avênement d'une
sociéte injuste et obscure que nous charrirai la charria.

Pivoine 16/01/2014 13:49


Si ça va mal, c'est parce que les musulmans ne sont plus musulmans ou pas assez, ils se sont détournés d'Allah, du coran et de la
charia.


 


C'est le discours tenu pas les islamistes, surtout en période électorale. Voilà pourquoi les dirigeants des pays musulmans, plus ou moins laïcisés, n'admettent pas la liberté d'expression. Car
s'il y a des opposants laïcs, il y a aussi les démons islamistes, qui vont en profiter. Et comme les populations de ces pays-là sont très croyantes (il y a très peu d'athées), elles ne manquent
pas de mordre à l'hameçon.


Mais les membres de ces gouvernements ont une lourde responsabilité, en ce qu'ils n'ont pas permis le développement économique.


Considérons ce qui se passe en Algérie : les anciens du F.L.N. qui sont aux commandes du pays depuis l'Indépendance ne cessent de vilipender la France, en lui reprochant (50 ans après !) la
colonisation. Et comme ils ont l'esprit revanchard, ils font tout pour que la France, à son tour, soit colonisée par les Algériens. De quelle façon ? En maintenant sa population dans une extrême
pauvreté, pendant que les hôpitaux, et le reste, se délabrent. Ce serait si facile de la faire profiter des pétro-dollars, ne serait-ce qu'en lui assurant une sorte de R.S.A., mais il faut
qu'elle parte, pour coloniser l'ancien pays colonisateur !


Il en est de même des autres pays du Maghreb, hormis la Tunisie (Ben Ali empêchait ses ressortissants de quitter le pays), et accessoirement pour les pays d'Afrique Noire.


Mais ils jouent là un jeu dangereux (les pays du Maghreb) ! Car si le clergé chrétien a évolué, ce n'est pas le cas du clergé musulman. L'islam étant aussi politique, il a tout pour séduire des
personnes vivant dans la misère, car les habitants de ces pays ne sont pas tous candidats au départ. Malgré les conditions de vie (pauvreté, guerre), il y en a qui ne quitteront pas la terre de
leurs ancêtres, quoi qu'il leur en coûte.


Malgré ce qui s'est passé en Algérie dans les années 1990, le F.L.N. reste sourd et aveugle, et les autres pays n'en ont tiré aucun leçon !